« Les catastrophes & scandales dans les territoires syriens occupés révèlent le visage hideux de la Turquie »

0
36

SYRIE – L’opposant politique du Parti de la Modernité,  Firas Qassas, a déclaré que la Turquie n’avait pas l’intention d’éliminer le groupe islamiste Jabhet al-Nosra à Idlib et ne montrait pas la volonté de faire la guerre contre lui, soulignant que ce qui se passe dans les territoires occupés de la Syrie et du Rojava, les catastrophes et les scandales, révélaient « le visage hideux de la Turquie ».

Le conflit, le chaos sécuritaire et les différences entre les mercenaires de l’occupation turque s’aggravent de jour en jour dans les zones occupées par la Turquie au nord de la Syrie, à Idlib, Jarablus et le canton kurde d’Afrin. La Turquie n’a pas été en mesure de résoudre les différends ni de consolider la sécurité dans les zones qu’elle occupe.

Entretien accordé à l’agence ANHA

Les zones occupées par la Turquie en Syrie sont témoins d’un chaos sécuritaire, les mercenaires affiliés à la Turquie se battent ; parfois pour partager les biens volés ou les zones de contrôle, où certaines factions essaient de s’étendre aux dépens d’autres, comment évaluez-vous cela ?

Nous ne pouvons évaluer ce qui se passe dans les zones occupées par la Turquie uniquement comme des catastrophes et des scandales révélant le visage hideux de la Turquie en Syrie et la structure honteuse de ses clients des factions extrémistes. Aucun observateur ne peut voir l’image de ce qui se passe dans les zones d’occupation turque avec une vision indépendante et objective, l’aspiration de la Turquie à dominer l’avenir du pays et à créer la possibilité d’une vie commune entre ses composantes, ainsi qu’une quête diligente et patiente pour empêcher l’expérience de l’administration démocratique autonome en Syrie.

La Turquie affirme qu’elle établira une zone de sécurité dans le nord de la Syrie, mais n’est pas en mesure de consolider la sécurité dans une ville de la taille de Jarablus, qui est en place depuis trois ans, comment peut-on évaluer cette dualité ?

La Turquie est prête à payer le prix du sabotage, de la guerre et de l’occupation en Syrie, mais elle n’est pas prête à assumer la facture de sécurité demandée par les Syriens. En fait, il y a deux poids, deux mesures. La politique de la Turquie est exposée, ses motivations et ses complexes sont révélés et le masque de tromperie sous lequel elle a tenté de se cacher avant qu’un groupe de Syriens ne s’effondre. La Turquie sabote et met en danger l’avenir des Syriens et fait sauter ce qui pourrait être une base appropriée pour leur vie commune.

En ce qui concerne Idlib, Hayat Tahrir al-Sham (anciennement Jabhet al-Nosra) a fermé toutes les routes menant d’Idlib à Afrin, quel est le rôle de la Turquie à cet égard, et les groupes turcs que Jabhet al-Nusra a expulsés de la campagne occidentale d’Alep à Afrin, peuvent-ils se rebeller contre elle parmi les rares salaires qu’elle verse aux mercenaires, préférant les groupes mercenaires comme Sultan Murad aux autres ?

La Turquie ne semble pas avoir l’intention d’éliminer Jabhet al-Nusra et n’a pas la volonté de lui faire la guerre. Il ne le considère pas comme un ennemi ou une menace pour lui. Ce n’est pas étrange du tout, car ce n’est un secret pour personne que le rôle des Turcs dans le soutien d’Al-Nusra et de toutes les factions expiatoires en Syrie, comme pour les groupes clients de la Turquie, je ne m’attends pas à ce qu’ils se comportent au-delà de leurs moyens d’existence. Ce sont des factions extrêmes, pauvres et marginales, si les soutiens matériels s’arrêtent, et à mesure que les partisans et les politiques changent, ils changent aussi. Ces factions ne sont en aucun cas fiables. Le sultan Murad n’est pas meilleur selon l’équilibre que vous avez spécifié plus haut, encore pire ; c’est une tumeur cancéreuse située face à la volonté de la Syrie de guérison et de salut de la vie, de paix, d’harmonie et de coexistence.

Quant à Afrin les violations se poursuivent sous les yeux du monde, hier des affrontements entre les mercenaires du sultan Mourad et Jabha Shamia ont eu lieu, ne voyons-nous pas qu’une explosion va entraîner ces violations et l’insécurité ?

Les scénarios sont très ouverts dans cette région et entre ces deux factions, mais l’affrontement total entre elles dépend du désir turc et est soumis au contrôle turc comme je l’imagine. La Turquie, qui contrôle la décision de la faction du sultan Mourad, estime qu’elle a également une influence sur Jabha Shamia. Quel que soit l’affrontement sectaire qui a lieu entre eux, il est essentiellement lié à un rôle turc, en général, ce sur quoi nous devrions compter à Afrin, c’est sur nos peuples de diverses composantes du nord de la Syrie et de tout le pays. Pas sur le genre de guerre entre les forces de mercenaires extrémistes, mais sur la résistance inébranlable face à la Turquie et ses clients et leur encerclement sur le territoire d’Afrin. Cela se produit chaque jour et je crois que ceci mettra un terme inévitable à l’occupation turque d’Afrin.

ANHA

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici