« La Turquie voulait que je sois leur agent au Rojava »

0
134

Le jeune Mohammed Hassen a quitté sa petite ville, fuyant les combats, vers l’Europe, mais les autorités turques l’ont arrêté, emprisonné quatre ans et ont tenté d’en faire un agent au Rojava, notamment à Afrin.

Mohammed Hassen, un jeune homme de 25 ans originaire du village de Basuta, dans le district de Sherawa, ç Afrin, a été arrêté alors qu’il tentait de rejoindre avec des milliers de réfugiés syriens l’Europe via la Turquie. Mohammed Hassen est sorti de sa ville, Afrin, en 2015 et a franchi illégalement la frontière turque avec de nombreux jeunes pour se rendre en Europe.

Après avoir traversé le territoire turc et avant d’arriver à Istanbul, les éléments de sécurité turcs l’ont arrêté et ont fouillé le convoi dans lequel se trouvait Hassen. Ils ont exigé sa carte d’identité et celle de son compagnon, l’ont déchirée et ont arrêté Hassen et son compagnon.

Torturé pendant huit jours

Après avoir arrêté Muhammed Hassen et l’avoir mis dans l’une des prisons, sans avoir fait l’objet d’une enquête et sans connaître sa charge, le jeune homme a été gravement torturé et battu pendant huit jours.

« Après avoir torturé et battu pendant huit jours, sans connaître l’accusation portée contre moi, j’ai été accusé de terrorisme sans preuves, sachant que je suis un citoyen syrien qui a émigré de mon pays pour assurer la subsistance de ma famille. J’ai été insulté et maltraité, en particulier contre mon ressortissant kurde. Je suis resté six mois à l’isolement, j’ai même fait une grève de la faim pendant 27 jours pour sortir de la solidarité et me mettre avec les autres détenus. »

Un agent au Rojava

Hassen a souligné que les enquêteurs et les autorités turques ont essayé d’en faire un agent travaillant pour eux au Rojava, en particulier à Afrin. Mais les tentatives des autorités turques pour faire de Mohammed Hassen leur agent, le former et l’envoyer à Rojava et en Syrie ont échoué.

Malgré le fait que les parents du jeune homme disposaient d’un avocat pour enquêter sur l’arrestation de Mohammed, ce dernier a été emprisonné pendant quatre ans et les a passés dans trois prisons à Qandra, Bursa et Amed.

Formation des réfugiés dans les camps et annexion à Jebhet al-Nosra

Mohammed Hassen a été transféré de la prison d’Amed au camp de réfugiés syrien de Gaziantep, où vivent deux millions de réfugiés syriens dans une autre prison. Il a déclaré que le camp était une autre prison, y compris celles qui avaient été détenues par les autorités turques sous de faux prétextes.

Il a souligné que les réfugiés de ces camps étaient exposés à des pratiques immorales et inhumaines, jusqu’à ce que deux personnes se suicident à cause de la tragédie qu’elles ont vécue dans le camp.

Il a expliqué que la plupart des éléments des factions mercenaires soutenues par la Turquie en Syrie avaient été formés dans les camps. Les autorités turques les ont exhortés à rejoindre les factions mercenaires et à les exploiter.

Et d’ajouter :  » La Turquie prétend, par l’intermédiaire de ses médias, aider les réfugiés syriens, mais ils ne les utilisent que comme une carte. La vie des Syriens y est insupportable. »

Dans le camp de Gaziantep, les autorités turques remettent les jeunes hommes aux mercenaires de Jabhet al-Nosra pour les tuer ou pour les rejoindre dans leurs rangs. Les autorités remettraient le jeune Mohammed Hassen à Jabhet al-Nosra par la porte Bab al-Hawa avec la ville d’Idlib qui est sous le contrôle de Jabhet al-Nosra.

Puis l’avocat du jeune Mohammed Hassen a réussi à l’empêcher de rejoindre Jabhet al-Nosra à Idlib, alors il a réussi à sortir du camp et à rejoindre la famille qui a quitté Afrin après l’occupation turque, et qui reste maintenant en Shehba.

ANHA

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici