SANTE : Il est temps de s’attaquer au sort de la population du nord-est de la Syrie

0
677
SYRIE / ROJAVA, « Le système de santé de la région autonome de facto du nord-est de la Syrie, comprenant les gouvernorats d’Al-Hasakah, Deir ez-Zor, Raqqa et certaines parties d’Alep, a été décimé par huit années de conflit. Bien que l’auto-administration kurde de la région ait atteint un minimum de stabilité, avec Daesh (ISIS) qui ne détient plus de territoire, elle fait face à un ensemble unique de défis, avec des centaines de milliers de personnes nécessiteuses, y compris des dizaines de milliers déplacés vivant dans des conditions difficiles dans des camps et colonies. Isolée géo-politiquement, seule la présence des forces américaines la soutient contre une Turquie hostile. Son accès à l’aide extérieure est étroitement contrôlé par le gouvernement syrien, ce qui laisse la myriade d’organisations non gouvernementales (ONG) de la région sous-financées et opérant avec peu de soutien de l’ONU, dont le Bureau pour la coordination des affaires humanitaires est largement absent.
 
Il ne reste que les vestiges d’un système de santé fonctionnel. Sur les 16 hôpitaux publics qui fonctionnaient dans le nord-est de la Syrie avant la guerre, seuls deux sont maintenant pleinement opérationnels, et neuf autres ne le sont que partiellement. Sur les 278 centres de santé primaires publics d’avant-guerre, un seul fonctionne pleinement et 103 fonctionnent partiellement. Il n’y a pas d’hôpitaux tertiaires dotés de services de poly-traumatologie, d’unités de soins intensifs, d’unités pour grands brûlés ou de services de réadaptation adéquats. L’ONG Un Ponte Per… a constaté que la chirurgie neurologique et la chirurgie cardiaque sont absentes et qu’un seul centre de dialyse rénale est disponible, alors que les laboratoires publics spécialisés en bactériologie ne sont disponibles que dans le district de Qamishli. Les services de santé mentale sont inexistants : avant même la guerre, il n’existait que deux hôpitaux psychiatriques publics dans toute la Syrie. Malgré les dons et les efforts des agences internationales et de plus de 40 ONG, les chaînes d’approvisionnement médicales sont rompues et il y a une grave pénurie de médicaments et d’équipement.
 
La main-d’œuvre du secteur de la santé a également été gravement réduite, de nombreux médecins et infirmières ayant fui le nord-est de la Syrie pendant la guerre. En juin 2018, dans le gouvernorat d’Al-Hasakah, seuls 55 médecins résidents étaient employés à plein temps par les hôpitaux publics et il y avait deux médecins généralistes et 94 spécialistes, dont 13 chirurgiens et deux urgentologues. Le secteur privé, où les salaires sont jusqu’à trois fois plus élevés que dans le secteur public, est inaccessible à la plupart de la population.
 
Les programmes de vaccination, suspendus pendant l’occupation par DAEch, sont progressivement réintroduits en Syrie par l’OMS, dont le travail dans le nord-est se déroule sous l’égide du gouvernement syrien. Cependant, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Au premier trimestre 2018, les taux de vaccination pour Deir ez-Zor et Al-Hasakah étaient les plus bas du pays, avec seulement 58% de la population couverte par le vaccin diphtérie-coqueluche-tétanos (DTC3), 63% par le vaccin rougeoleux (MCV1) et 60% par le vaccin polio oral bivalent. Une conséquence inévitable de cette faible couverture, combinée à de mauvaises normes sanitaires, est la réapparition de maladies infectieuses évitables par la vaccination, avec des enfants particulièrement à risque. Le Système d’alerte précoce, d’alerte et de réponse (EWARS) de l’OMS a mis en évidence les récentes épidémies de leishmaniose et de lèpre. La région reste vulnérable à la réapparition de la polio, le plus récent cas confirmé ayant été signalé en mai 2017.
 
Le rétablissement du système de santé dans le nord-est de la Syrie devrait idéalement reposer sur une connaissance détaillée de la répartition des besoins dans la région, mais l’infrastructure et la capacité de recueillir, d’agréger et d’interpréter ces données font défaut. Néanmoins, des progrès peuvent être réalisés pour améliorer l’accès aux services de base en établissant les rudiments d’un système de santé qui fonctionne. En conséquence, l’auto-administration de la région, avec l’appui des ONG, a élaboré un inventaire des services et des infrastructures nécessaires, comprenant les soins d’urgence, les soins primaires et secondaires et les services spécialisés.
 
Dans le cadre de ce plan, qui couvre la période allant jusqu’à la fin de 2020, un réseau de postes de santé primaire de base sera le premier point de contact pour les personnes à la recherche de soins ou de traitements.
Les postes d’urgence seront axés sur la fourniture de soins de santé de base aux mères et aux enfants de moins de 5 ans, avec pour objectif de couvrir entre 500 et 5000 personnes dans une ou quelques communes situées dans un rayon de 10 km. Les centres de soins de santé primaires fourniront le niveau de soins suivant, visant à répondre aux besoins d’au moins 80 % de la population, chacun fournissant des soins de santé primaires complets à une population comprise entre 5 000 et 25 000 personnes dans un rayon de 30 km.
 
Le plan comprend des mesures d’urgence pour combler les lacunes en matière de ressources humaines et de formation pour la gestion des cas cliniques dans les soins primaires et secondaires – par exemple, des cours sur le maintien des fonctions vitales de base et avancées et sur la manipulation du matériel diagnostique. Le plan énonce l’ambition de renforcer la capacité de former un personnel de santé adéquat pour le long terme. Jusqu’à 180 agents de santé communautaire actuellement en formation intensive devraient être déployés dans les prochains mois dans les gouvernorats d’Alep, Raqqa, Deir ez-Zor et Al-Hasakah. Entre-temps, l’Académie de médecine de Rojava à Qamishli a été fondée en juillet 2016 pour augmenter le nombre de médecins et d’infirmières et assurer une formation médicale de 6 ans avec un programme de 4 ans de formation médicale intensive et de 2 ans de suivi de la pratique obligatoire dans les zones en difficulté. La première cohorte de 27 médecins subalternes en est actuellement à sa deuxième année de formation. Un programme de formation accélérée de six mois pour les infirmières a également été mis au point, y compris la pratique obligatoire dans les hôpitaux et les soins primaires, dont 60 infirmières ont déjà obtenu leur diplôme, et une autre école d’infirmières est en construction à Raqqa.
 
L’administration régionale a estimé qu’un investissement total de 1 à 9 milliards de dollars américains serait nécessaire pour construire et équiper des postes de santé primaire et des centres de santé primaire dans tout le nord-est de la Syrie, tandis que des investissements supplémentaires seraient nécessaires pour convertir les bâtiments publics en hôpitaux et établir des unités de traitement des brûlures et de dialyse. De toute évidence, ce montant devrait être vérifié et il ne couvrira pas tous les besoins mais il ne semble pas excessif pour une région aussi vaste où les infrastructures ont largement disparu. Cependant, sans financement public, les efforts de réhabilitation du système de santé continueront à dépendre du financement international des agences de l’ONU et des donateurs institutionnels et privés, canalisés vers les ONG opérant dans la région, dont les efforts sont entravés par le fait que le gouvernement syrien doit approuver tous les programmes internationaux dans toute partie du pays. La population du nord-est de la Syrie est confrontée à la persistance de cette existence précaire, son système de santé étant sur le point de s’effondrer. Malgré la complexité des intérêts politiques en jeu dans la région, il y a de solides arguments en faveur d’un engagement et d’une action collectifs plus concertés pour faire face au sort de sa population. »
 
Signé :
Sherwan Bery
Lorenzo Ciancaglini
Pedro San Jose Garces
Bangin Brim
George Wharton
Elias Mossialos
 

Tribune publié sur la revue de santé The Lancet

Image ANF

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici