Une anecdote d’un des militants kurdes en grève de la faim à Strasbourg

0
691
STRASBOURG – 14 militants kurdes sont en grève de la faim depuis 79 jour à Strasbourg. Une grève de la faim illimitée afin de lever l’isolement aggravé imposé au leader du peuple kurde Abdullah Ocalan qui se poursuit avec détermination.
 
Voici une anecdote carcérale racontée par un des grévistes de la faim à Strasbourg, Mustafa Sarikaya qui est resté dans les geôles de Turquie pendant 20 ans – où il a frôlé la mort à plusieurs reprises lors des grèves de la faim :
 
« Nous avons vécu dans un petit test le 27 Mars 1987. Ce fut par hasard en fait. Les exécutions avaient lieu généralement le matin en Turquie. Il y avait une bibliothèque. Nous avons lu des livres jusque tard dans nos cellules avec des livres que nous recevions. Bien sûr, on était au mois de mars, temps de neige, et il faisait très froid. Il n’y avait pas de chauffage dans les cellules. Nous avions fermé la cellule ouverte avec du nylon. Il était tard dans la nuit, le garde est venu. « Vous allez être transférés », a-t-il dit.
 
De toute façon, ils ne disaient jamais à un condamné à mort qu’il allait être emmené à la potence. Ils disaient « Vous allez être transférés » ou « Vous allez être exilés ».
 
Ils avaient réveillé d’autres amis. Les cellules dans lesquelles nous étions étaient des cellules individuelles. Nous avions huit cellules individuelles et nous étions tous des condamnés à mort. Nous étions 3.
 
A ce moment, les conversations ont commencé.
« Allez-vous nous emmener à la potence ? » a-t-on demandé. On n’a pas eu de réponse. Le couloir était plein de soldats. Ils se comportaient comme quand ils emmenaient quelqu’un à l’exécution.
 
Nous avons commencé à parler entre nous de ce qu’on allait faire. C’est-à dire, nous parlions des slogans que nous allions crier dans la cour. Nous avons dit que chacun allait renverser sa chaise avec un coup de pied.
 
Le nom de Seyit Riza a bien sûr été mentionné. En d’autres termes, les personnages historiques des Kurdes ont été mentionnés. Nous n’avons donc pas pensé à sortir de là avec un courage audacieux. Cela donne également du moral. Ce sont toutes des situations stratégiques.
 
Les prisons où nous étions étaient de type E. La première cour des prison de type E est grande. Depuis des couloirs, on passe à la cour des exécutions. Les tables d’exécutions d’ici n’étaient pas au milieu, mais étaient posées contre le mur. Ils nous avaient tous attachés avec des chaînes.
 
Il y a eu des conversations plus tard, nous avions été exilés en fait. »
 
Baris Balseçer
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici