Le génocide des Yézides discuté au Parlement européen

0
531
BRUXELLES – Le 28 février, une conférence a eu lieu au Parlement européen sur le génocide des Yézidis commis par l’Etat islamique en août 2014.
 
Le Parlement francophone de Bruxelles, en partenariat avec le Collectif belge pour la prévention des crimes de génocide et contre le négationnisme, Women for Justice, le Centre laïc juif David Susskind (CCLJ) et AGBU Europe a organisé une conférence dédiée aux femmes yézidies.
 
Fondé en 2015, le collectif regroupe des organisations arméniennes, assyriennes et tutsies.
 
Des témoignages sur le génocide livrés ont eu un impact considérable lors de la conférence, qui a porté sur les génocides des Yézidis, Assyriens, Arméniens, Juifs et Tutsis, ainsi que sur les traumatismes et la lutte pour la justice qui ont suivi ces génocides.
 
Le discours d’ouverture a été prononcé par la présidente du Parlement, Julie De Groote.
 
De Groote a souligné que malgré les leçons tirées de l’histoire, de telles tragédies se répètent. De Groote a souligné l’attitude de la communauté qui « a réagi avec indifférence au génocide des Yézidis, qui a affecté particulièrement les femmes ».
 
De Groote, qui a remercié les femmes qui sont venues témoigner, a déclaré: « Vous êtes chez vous ici. »
 
L’historien Vicken Cheterian de l’Université de Genève, fondateur et président de Yahad in Unum, Patrick Desbois, de la fédération wallonne-bruxelloise Belen Sanchez, a présenté des exposés sur l’histoire des Yézidis et les récents massacres génocidaires qui ont visés les Yézidis.
 
Chétérien: l’histoire des Yézidis est une expérience particulière
 
Le professeur et historien Cheterian a déclaré: « L’histoire du peuple yézidi nous raconte une expérience particulière. Il nous raconte l’histoire du Moyen-Orient. »
 
Il a expliqué que « les attaques de DAESH contre Shengal le 3 août 2014 n’étaient pas liées à un conflit de pouvoir. La région dans laquelle vivent les Yézidis est sèche et sans pétrole. L’attaque de DAESH contre Shengal ne peut s’expliquer par une logique analytique, militaire, politique et stratégique. […] J’ai consulté leur journal pour voir comment ils ont expliqué. Ils disent que les Yézidis sont de religion païenne et demandent comment les musulmans pouvaient le permetre pendant des centaines d’années. (…)
 
Cheterian a déclaré qu’on a essayé de détruire l’identité collective d’un peuple par le massacre des Yézidis.
 
Rappelant que l’attaque contre les Yézidis a commencé à augmenter pendant la période du sultan [ottoman] Abdulhamit, Cheterian a déclaré qu’au cours de la même période, les attaques contre les Arméniens et les Assyriens ont également commencé.
 
Cheterian a déclaré que les Yézidis avaient en effet subi des massacres au cours de l’histoire, mais qu’il s’agissait d’un génocide perpétré par DAESH.
 
Cheterian a ajouté que DAESH ne se composait pas uniquement de combattants étrangers, mais également des voisins des Yézidis, les Arabes. Il est donc urgent de sortir de la logique de la haine et de renforcer la solidarité internationale.
 
Des centaines de femmes vendues comme esclaves
 
John Desbois, fondateur et président de Yahad in Unum, a commencé son discours en déclarant qu’ils avaient filmé plus de 300 femmes vendues par DAESH et fourni des informations sur les stratégies suivies lors de l’agression.
 
Il a expliqué comment les hommes et les femmes étaient séparés les uns des autres et expliqué comment les médecins de DAESH avaient examiné les femmes et les filles, les avait étiquetées, comment les femmes avaient été vendues et comment les hommes avaient été exécutés par balle.
 
Desbois a déclaré qu’ils suivaient 300 enfants yézidis assimilés par DAESH et qu’ils ne savaient même pas qui ils étaient (…).
 
Desbois a également donné des exemples de femmes qui ont été vendues à plusieurs reprises et a décrit cela comme une tragédie.
 
Desbois a souligné qu’il ne s’agissait pas simplement de décrire le génocide. Il a montré une vidéo montrant les massacres perpétrés par DAESH, les activités d’islamisation forcée, les tortures, les exécutions et les atrocités commises à l’encontre des enfants, des femmes et des adultes.
 
Desbois a conclu son discours en déclarant qu‘ »aujourd’hui, ce qui est important, c’est ce que nous allons faire », car aujourd’hui, les Yézidis sont toujours vendus à des groupes comme al-Nosra. » Desbois a condamné le fait qu’ »aujourd’hui, rien ou presque n’est fait et pourtant le génocide n’est pas terminé ».
 
La tragédie yézidie en photos
 
Belen Sanchez, du groupe pédagogique Démocratie ou barbarie dans la Fédération Wallonie-Bruxelles, a déclaré avoir réalisé un travail photographique sur la situation des Yézidis et avoir appris la tragédie et les cultures qu’ils ont vécues.
 
« Ce peuple souffre encore », a déclaré Sanchez.
 
Une quinzaine de photos ont été exposées à l’entrée de la salle de conférence. « Nous voulions donner à ces femmes qui ont vécu l’enfer la chance de s’exprimer. »
 
Toute l’humanité est ciblée quand les femmes sont ciblées
 
Sanchez a déclaré: « Lorsque des femmes sont assassinées, toute l’humanité est prise pour cible » et a ajouté que le viol utilisé comme arme de guerre faisait partie du génocide.
 
L’histoire des témoins
 
Dans la deuxième partie de la conférence, deux femmes yézidies ont raconté les atrocités qu’elles ont subies. Les témoins ne voulaient pas que leur visage soit vu par mesure de sécurité. La première témoin, qui a déclaré s’appeler Necla, a déclaré qu’elle venait du village de Kocho, à Shengal.
 
En 2014, lorsque les mercenaires de DAESH ont attaqué Kocho, Necla a déclaré qu’elle se trouvait au village avec sa famille. « Ils nous ont réunis à l’école du village et ont séparé les femmes et les filles des hommes. Ils ont exécuté des hommes. Ils ont emmené des femmes et des filles. Le même soir, 100 filles du village ont été vendues. Les femmes et les filles ont été séparées, les filles ont été vendues. J’ai été emmenée à Mossoul.
 
Necla, qui a raconté le viol de femmes et de filles détenues, a poursuivi : « Ils nous ont appelé des cadeaux. Ils nous ont vu comme des riens parce que nous n’étions pas musulmans. On m’a vendue de Mossoul à Tal Afar. Ensuite, ils m’ont revendue 4 ou 7 dollars. Au début, ils nous vendaient pour quelques dollars. Ils forceraient les filles à devenir musulmanes. Nous avons dit que nous apprendrions le Coran s’ils arrêtaient de nous violer. (…) Il y avait des enfants qui ont oublié leur langue maternelle. Il y avait des enfants qui ne connaissaient pas leur père. Parce que leur père a été tué. »
 
Necla a déclaré avoir vu 50 femmes décapitées. « Des femmes ont été tuées, quel genre de personne tue des femmes âgées de 60 à 70 ans ? »
 
Rappelant au public qu’il y avait encore beaucoup de femmes dans les mains des mercenaires de DAECH, Necla a déclaré : « Nous voulons que ces filles et ces enfants soient sauvés de leurs mains. »
 
Les terroristes de l’EI leur ont fait subir toute sorte de supplicec
 
La deuxième témoin s’est présentée sous le nom de Marwa et a déclaré qu’elle venait d’un village situé près de Kocho. Marwa a raconté qu’elle avait été emmenée à Raqqa après son enlèvement et que le troisième jour, elle avait été vendue à un Egyptien avec sa sœur et une femme libanaise.
 
Marwa a déclaré : « Il a menacé de nous revendre si nous ne lui obéissions pas. Quand nous ne l’avons pas fait, il nous a battus, nous a attaché les mains et nous a violées. »
 
Marwa a déclaré qu’ils avaient finalement été vendues à d’autres personnes et que ces personnes ne les ont fait subir toute sorte de supplices, la torture et le viol étant une punition constante.
 
Marwa a ensuite été vendue à un homme du Yémen âgé de 70 ans, de nouveau battue et violée.
 
Elle a raconté qu’elle avait finalement réussi à s’échapper et à atteindre un camp. « La vie au camp était terrible », a déclaré Marwa.
 
En Syrie, a déclaré Marwa, ils ont décapité au moins 50 femmes. « Combien de temps vivrons-nous dans ces conditions ? » a-t-elle demandé.
 
« Je ne comprends pas pourquoi la communauté internationale ne prend pas les mesures nécessaires. »
 
Une des sœurs de Marwa s’est retrouvée au Canada, une autre en Irak et Marwa en Europe.
 
Des Yézidis enlevés et disparus
 
Leyla Ferman, directrice de l’association Women for Justice, a commencé son discours en déclarant que près de 150 000 Yézidis vivent aujourd’hui à Shengal.
 
Au départ, 6 417 personnes ont été capturées, dont 3 548 femmes.
 
Parmi ceux qui sont revenus, il y avait 1,159 femmes, 337 hommes, 962 filles, 879 garçons. Selon les chiffres fournis par Ferman, 3 833 personnes, dont 1 427 femmes, sont toujours portées disparues.
 
« Les femmes ont toujours été les premières victimes du génocide », a déclaré Ferman.
 
Ferman a déclaré qu’ils avaient réuni plus de 100 témoins, dont la plupart étaient des femmes, et qu’ils réclamaient justice, et engagerait toute action judiciaire possible.
 
Mujawayo : Nous ne pouvons pas dormir paisiblement
 
Esther Mujawayo, une survivante du génocide au Rwanda, a souligné l’importance de la solidarité avec les victimes.
 
Elle a évoqué les témoignages des femmes yézidies et a déclaré : « Elles ne dorment pas en paix et nous non plus, nous ne devrions pas le faire. »
 
Parlant du génocide rwandais de 1994, Mujawayo a rappelé les souffrances des Tutsis et a attiré l’attention sur les similitudes.
 
« Mon mari, ma famille, mes tantes et mes cousins ​​ont été tués. Ils ont tous été tués, brutalement. Ensuite, vous vivez dans un grand vide. Ceux qui nous ont tués étaient nos voisins, nous voulons la même école, ils étaient nos prêtres, nos professeurs. Nous avons vu des femmes tuées avec leurs enfants. Vous ne pouvez plus faire confiance à personne, mais vous ne pouvez pas vivre sans faire confiance à personne. Nous étions dans le vide complet. Tout a été détruit, pillé. »
 
Plaies invisibles
 
Mujawayo a rappelé que la communauté internationale n’était pas intervenue lorsque le génocide tutsi avait eu lieu et a ajouté: « Vous ne pouvez pas faire confiance. Parfois, les blessures physiques peuvent être traitées, mais les blessures invisibles sont très difficiles à guérir ».
 

Mujawayo a raconté les traumatismes vécus par les enfants après le génocide et a déclaré: « Les Yézidis ont les mêmes blessures. Oui, le génocide n’est pas terminé, les survivants le vivent encore. »

Yalçındag : Nous parlons de génocide

 
L’avocate Reyhan Yalçındağ Baydemir de Women for Justice a déclaré que les Yézidis étaient la première cible et qu’ils avaient été massacrés 73 fois au cours de l’histoire.
 
Yalcındağ a critiqué le fait qu’aucun tribunal international n’a été établi pour poursuivre DAESH et ses collaborateurs : « Nous ne parlons ici d’aucun crime, nous parlons de génocide. »
 
L’ONU devrait créer un tribunal spécial
 
Yalçındağ a appelé l’ONU à créer un tribunal spécial chargé de juger les crimes de DAECH. Dans le même temps, elle a ajouté que « la perte de preuves est un risque. Nous devons aller vite. Les femmes yézidies doivent être conduites dans un lieu sûr, des analyses médicales doivent être effectuées et des fosses communes examinées. »
 
Yalçındağ a déclaré que si le tribunal spécial n’était pas établi, les crimes resteraient impunis, et a ajouté : « Cette honte humaine devrait faire l’objet d’une procédure judiciaire. Sinon, cette honte nous tombera sur tous. Tout ce que nous voulons, c’est traduire DAESH en justice. »
 
Jakhian : Vos mots donnent un nouvel espoir à tout le monde
 
Le membre du collectif, Grégoire Jakhian, a décidé de ne pas lire le texte qu’il avait préparé et a déclaré que les déclarations et témoignages de la conférence avaient un impact très fort. Jakhian a demandé : « Comment pouvons-nous vivre en tant que témoins du génocide ? »
Il a ajouté : “vos paroles sont plus qu’un témoignage. C’est la victoire contre DAESH et son drapeau noir. Vos mots donnent un nouvel espoir à tout le monde. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici