Saleh Muslim parle d’Abdullah Öcalan

0
1054

Abdullah Öcalan a vécu 20 ans au Moyen-Orient et en Syrie où il est passé par Kobanê le 20 juillet 1979. Pendant son séjour au Liban et en Syrie, sa personnalité, sa rhétorique, ses idées, sa philosophie et ses réalisations ont eu un impact énorme sur les habitants du Rojava.

Le politicien kurde syrien, Salih Muslim, qui a déclaré qu’Öcalan et le Mouvement kurde pour la liberté avaient été utilisés par des conspirateurs pour des opérations internationales contre le Moyen-Orient, a ajouté que l’isolement actuel vise à empêcher les idées d’atteindre le public et à leur montrer le chemin.

Saleh Muslim : « Ce que nous faisons n’est pas suffisant, nous devons faire mieux.« 

Le leader du peuple kurde Abdullah Öcalan était un ami du peuple syrien, des politiciens, des chefs de parti, des leaders d’opinion et des ecclésiastiques. Il a inspiré leur lutte avec ses idées. L’un des hommes politiques qui ont rencontré le mouvement kurde pour la liberté et le leader du peuple kurde et qui a consacré sa vie à la solution du problème kurde est Salih Muslim, aujourd’hui responsable de la commission des relations extérieures du PYD.

Salih Muslim, l’un des fondateurs du Parti de l’Union démocratique (PYD) au Rojava, a été interpellé par le leader du peuple kurde : « Vous devez faire quelque chose pour les Kurdes du Rojava. »

Saleh Muslim s’entretient avec ANF sur Abdullah Öcalan,  la conspiration et  la réaction des habitants de Rojava à cette conspiration.

Muslim a appris l’existence du PKK en Arabie

« Avant de rencontrer M. Öcalan, j’ai rencontré le Mouvement kurde pour la liberté. Depuis 1978, je travaillais en Arabie. En 1979-1980, j’ai vu des cadres du Kurdistan du Nord. Nous étions toujours à la recherche de quelque chose. Surtout après 1975, après la répression du Serhildan (soulèvement) par Barzani, nous nous sommes dit : « Que sera le mouvement kurde, comment sera-t-il ?

En particulier, il y avait un ami de Adıyaman, Hüsnü Yorulmaz, il a ensuite déménagé au nord du Kurdistan et est tombé martyr en 1987. Nous avions l’habitude de lire et de recevoir des publications par son intermédiaire. Surtout en 1979, 1980, 1981, nous suivions constamment les développements ».

Saleh Muslim rencontre Öcalan à Damas

« J’avais la permission d’aller et venir souvent en Syrie. Je suis revenu en Syrie avec une permission en 1984. J’ai dit à Hüsnü Yorulmaz que je vivrais dans une maison à Damas.  Nous sommes allés au 4ème étage d’une maison dans un quartier à la périphérie de Damas. Soudain, j’ai vu quelqu’un me saluer dans l’escalier : c’était M. Öcalan. C’était une conversation si chaleureuse et intime. C’était comme si on se connaissait depuis des années ».

Il a inspiré confiance et espoir

« Puis nous avons parlé pendant 2 à 3 heures. Je me suis d’abord présenté : ce que je faisais, d’où je venais. Il s’est ensuite présenté. Il a expliqué le mouvement, a essayé d’expliquer les différents processus. On a déjeuné ensemble et puis on s’est séparés. Il était très chaleureux et sincère dans sa façon de parler et dans son comportement. Il avait du charisme. Ses discours et ses analyses ont inspiré confiance et espoir. Il était convaincu que les processus pour le peuple kurde seraient difficiles. En même temps, il nous a donné confiance en nous disant : « Nous pouvons réussir, nous pouvons le faire. » Cela a eu un impact si profond et si sincère sur moi ».

Les pourparlers se sont poursuivis

« Après cette première rencontre, les pourparlers entre nous se sont poursuivis. Chaque fois qu’on était en permission, on s’arrêtait et on se voyait. Je suis finalement venu m’installer en Syrie en 1991. Après cela, nos pourparlers se sont poursuivis sans interruption. J’écrivais aussi des choses pour Dengê Kurdistan etc. J’écrivais des articles. Je traduisais du turc vers l’arabe, parfois vers le kurde. Je n’étais pas un cadre du mouvement, mais en tant qu’ami, j’aidais les autres. Parfois à Alep, parfois à Damas, j’ai continué à parler avec le leader ».

Vision et conseil

« Certains d’entre eux étaient des ordres. Les dirigeants ont consulté tout le monde autour de lui, et ont obtenu des opinions différentes. « Une telle situation existe, comment allons-nous y faire face ? » demandait-il. Parfois, il consultait même des enfants. En 1997-1998, le PDK a mené des opérations à la frontière sud. Les bureaux participant à ces processus ont été très actifs. Il y a eu des discussions. Il a peut-être pris la décision finale lui-même, mais il réfléchissait et discutait de la contribution de chacun. Il était très impressionné par les personnes avec qui il parlait. Parce qu’il parlait aux personnes avec sincérité et dans une langue qu’ils pouvaient comprendre. Ces personnes se demandaient souvent « Pourquoi n’ai-je pas pensé cela ? »

L’importance de l’ouverture de MED TV

« En 1995, MED TV a ouvert ses portes. Nous étions assis à la maison du parti avec le chef. Il y avait des amis du parti. MED TV était à l’antenne et une émission pour enfants kurdes a été diffusée. Ils enseignaient le kurde.  Le leader regardait la télévision qu’il avait installée avec le peuple et les enfants apprenaient le kurde de cette façon. C’était très impressionnant et prometteur pour moi. À l’époque, de nombreux États n’avaient pas de télévision par satellite. Il n’y avait que quelques États. Nous étions en 1995 et j’étais vraiment impressionné à l’époque ».

Valoriser les amis

« Le leader attachait une grande valeur au peuple, aux amis. Quand il parlait, il ne vous laissait pas vous lever. « Non, assieds-toi, parlons », disait-il. Il n’a jamais été imposant, il a été très modeste. Un paysan qui ne le connaissait pas le prendrait pour une personne ordinaire« .

Les pourparlers avant le complot

« Quelques mois avant le complot, il a commencé à dire « où aller s’ils me disent de partir ». Dois-je aller à la montagne ou en Europe ? Personne ne savait pourquoi il a commencé à parler comme ça. On s’est dit : « Que peut faire le Président maintenant ?

En fait, tout le monde se le demandait. Nous ne savions pas s’il y avait un complot ou s’il y en aurait un. Il a probablement eu une vision. Il savait ou ressentait des choses. C’est pour ça qu’il se préparait ».

Dernière réunion

« Notre dernière réunion a eu lieu le 17 septembre 1998. Nous voulions faire quelque chose pour les Kurdes syriens. Nous avons pensé à un mouvement, à organiser une fête. Pour discuter de tout cela, nous sommes allés le voir. Nous sommes restés avec lui du matin au soir, nous avons déjeuné ensemble. Nous avons discuté de  » Ce que nous pourrions faire « . Il a dit : « Tu devrais t’organiser, faire quelque chose à Rojava, les Kurdes en Syrie. Ecoutez, nous sommes ici maintenant et nous sommes des invités, nous pouvons y aller n’importe quand. »

Il nous a dit de penser par nous-mêmes et de faire quelque chose pour nous-mêmes. « Vous avez des idées, vous avez des expériences. On peut faire quelque chose », disait-il. Nous avons essayé de faire quelque chose sur cette base ».

Le début de la conspiration

« Le complot du 9 octobre 1998 a commencé 15 jours après cette réunion. Le leader a quitté la Syrie. Tout le monde était inquiet. Nous nous demandions ce qui lui était arrivé et où il était allé. Pour la première fois au Rojava, le peuple s’est senti si proche du leader. Il y avait de l’incertitude. J’étais à Kobanê. C’était comme si un homme mort sortait de toutes les maisons. Tout le monde était si bouleversé, pendant que le leader était en Italie ».

Les habitants de Kobanê affluèrent en masse à la frontière

« Lorsque la conspiration du 15 février a eu lieu, les habitants sont descendus dans la rue. Quand je l’ai entendu pour la première fois, je travaillais sur le terrain à Kobanê. J’écoutais la radio le matin. Les infos disaient : « Öcalan a été capturé. Deux ou trois heures plus tard [le premier ministre de l’époque] Bulent Ecevit fera une déclaration ».

Quand j’ai appris la nouvelle, je suis immédiatement rentré chez moi. Mes enfants et ma femme regardaient les nouvelles à la télévision et étaient sous le choc, alors j’ai essayé de les calmer. Le soir, tous les habitants de Kobanê, enfants pieds nus, femmes, hommes, tout le monde était dans la rue en criant. Nous avons marché jusqu’au poste frontalier. Les forces de l’État ont pris le contrôle de la frontière. Nous avons essayé d’apaiser tout le monde pour qu’il n’y ait pas de mal, pas d’affrontements ».

Ils le voyaient comme un obstacle

« L’idéologie et les idées de Leader auraient pu avoir une plus grande influence non seulement sur le peuple kurde, mais aussi sur tout le peuple du Moyen-Orient. C’est pourquoi il était considéré comme un obstacle à la refonte du Moyen-Orient. C’est pour cette raison qu’ils ont mené une conspiration internationale. Il avait à la fois une vision de l’avenir et une idéologie forte. Il avait une fête et une guérilla. Une force qui affecterait les équilibres au Moyen-Orient. Ils ont réalisé cette conspiration pour séparer la tête du corps ».

Pourtant, ils n’ont pas pu faire taire le leader

« Malgré la conspiration, ils n’ont pas pu faire taire le leader. Là, avec ses écrits, ses analyses, ses livres, il a de nouveau influencé le peuple. Les Arabes, les Kurdes et d’autres peuples les suivaient. A Imralı, il a développé de nombreux projets de solutions et a fait des prédictions fortes. Toutes les idées, pensées et projets du Leader s’adressent à tous les peuples, pas seulement aux Kurdes. Autonomie démocratique, nation démocratique, etc. tous ses projets sont basés sur la coexistence et la fraternité des peuples ».

Isolement

« Depuis juillet 2011, le leader n’a pas pu voir ses avocats et à partir de 2016, il n’a pas pu rencontrer sa famille. L’approfondissement de cet isolement ne vise qu’à empêcher la diffusion des idées et des pensées. Parce que les gens sont touchés par elles et les mettent en œuvre ».

Ce que nous faisons n’est pas suffisant

« Ce que nous faisons n’est pas suffisant. Nous devons faire mieux. Mme Leyla Güven n’agit pas pour une seule personne, pour un seul parti, mais pour 40 millions de Kurdes. Elle fait ce qu’on n’a pas pu faire. Nous ne pouvons pas attendre. Nous soutenons et soutenons des actions de solidarité dans les villages de Rojava, mais ce n’est pas efficace. Il y a déjà un processus de révolution ici. En particulier, un soutien devrait être apporté aux grandes villes de Turquie. Les Kurdes, qui sont dans de grandes villes comme Ankara, İstanbul et İzmir, devraient faire entendre leur voix plus fort ».

Nous devons nous mobiliser

« Notre avenir dépend de ce processus. L’ennemi s’est mobilisé, nous devons nous mobiliser davantage. Nous devons activer nos actions des villages aux villes. Leyla Güven et ses amis de la grève de la faim ouvrent la voie, mais nous devons rester forts et élever leur voix dans tous les domaines ».

https://anfenglishmobile.com/features/salih-muslim-talks-about-abdullah-Oecalan-32944

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici