Des avocats britanniques visitent Imam Sis, jeune kurde gréviste de la faim à Newport

0
164

PAYS DE GALLES – L’avocate britannique et membre de la campagne pour la paix au Kurdistan, Melanie Gingell, était à Newport ce week-end pour rendre visite  au gréviste de la faim Imam Sis. Gingell s’est rendu au Pays de Galles avec l’avocat universitaire Val Swain.

ANF : Tout d’abord, pouvez-vous nous parler un peu de votre travail et qui d’autre est venu avec vous pour visiter Imam Sis ?

MG : Je suis avocate britannique et consultante en matière de campagnes pour la paix au Kurdistan, une organisation qui œuvre en faveur d’une solution politique et pacifique à la question kurde. L’organisation a travaillé sans relâche à cette fin depuis 1994, en fournissant des informations aux institutions politiques britanniques, en faisant du lobbying, en envoyant des délégations d’avocats et d’universitaires dans la région et en diffusant le message du mouvement kurde pour la liberté.

ANF : Comment avez-vous trouvé Imam Şiş ? De quels problèmes physiques se plaint-il. Mais aussi moralement, comment va-t-il ?

MG : Le 8 février, j’ai visité Imam Sis, un jeune Kurde, au centre démocratique kurde de Newport, en compagnie de Val Swain, avocat universitaire.

Nous nous sommes rendus sur place pour montrer notre solidarité avec Imam, qui était en grève de la faim depuis 54 jours et pour essayer de comprendre pourquoi il avait décidé de prendre cette mesure extrême, et d’identifier les questions qui, selon lui, valaient la peine de mourir. Nous voulions amplifier sa voix et diffuser son message le plus largement possible.

Il y avait beaucoup d’amis et de camarades d’Imam au centre communautaire et il était clair qu’il est bien soutenu dans la communauté et qu’il y a une vague de soutien de base pour son action. Sa grève de la faim est en solidarité avec la députée Leyla Guven qui a terminé plus de 98 jours sans nourriture. Son action a inspiré plus de 250 prisonniers politiques en Turquie à prendre des mesures similaires et bien d’autres en Europe, dont Ilhan à Newport et un groupe de 14 à Strasbourg.

ANF : De quoi avez-vous parlé ?

MG : Je lui ai d’abord demandé ce qui l’avait poussé à prendre cette mesure, pourquoi faisait-il la grève de la faim ? Imam était heureux de discuter longuement de son objectif principal qui est de mettre fin à l’isolement et à la persécution du peuple kurde incarnés par le leader kurde Abdullah Ocalan, emprisonné depuis près de 20 ans dans l’île d’Imrali en Turquie. 

Imam a déclaré : « Je ne me vois pas comme un homme libre. Nous ne sommes pas un peuple libre. Les Kurdes en tant que peuple n’ont aucune expression, aucun espace. L’État turc essaie de briser notre volonté. Nous n’accepterons pas cela. Les Kurdes disent toujours que nous voulons une vie libre, nous n’avons pas d’autre choix. Je vis en accord avec cela, ici et maintenant, il n’y a qu’une seule option pour nous maintenant et c’est une vie libre. C’est pour cela que je me bats. La liberté d’Ocalan représente la liberté du peuple kurde. Nous sommes prêts à mourir pour notre liberté parce que ce que nous avons maintenant, ce n’est pas la vie.

Quand on vit en esclavage, quand on ne peut pas exprimer son identité, ce n’est pas une vie. Nous ne pouvons pas vivre en esclavage. Nous aimons tellement la vie que nous mourrons pour elle. » « Quand je parle de la vie, ça devrait être dans une société libre, démocratique et égale. Cette vie que nous avons est comme une prison.

Je ne veux pas mourir, qui veut mourir ? Tout le monde aime la liberté, mais quand on ne peut pas l’obtenir, il faut lutter, lutter sérieusement. Je me sens esclave dans ce système capitaliste. C’est ce que nous devons montrer. Cette culture, cette langue que j’ai, elle vient de l’histoire. En tant que peuple kurde, nous avons besoin d’une communauté, d’une société, d’une nation, nous ne pouvons pas reculer tant que notre histoire, notre langue, tout est détruit. Je dois me battre pour ça. Alors que le peuple kurde est nié, soumis à des massacres, nous devons résister. L’État turc menace les villes kurdes tous les jours, regardez la menace que les armées turques font peser sur les villes kurdes en Syrie. L’État turc est une menace plus sérieuse pour nous (…). »

MG : La grève de la faim est menée par Leyla Guven, la députée de HDP Hakkari qui en est maintenant au 98e jour de sa grève de la faim. Elle a spontanément entamé une grève en novembre dernier en réaction à son traitement dans une prison turque où elle est détenue depuis plus d’un an simplement pour avoir critiqué l’invasion turque d’Afrin en Syrie du Nord.

Elle place sa détention dans la lutte plus large dont Ilhan a discuté. Cela fait partie du silence et du déni du peuple kurde. C’est une femme politique démocratiquement élue, comme tous les députés du parlement turc, mais elle a été emprisonnée avec de nombreux autres politiciens kurdes et membres du HDP (Parti démocratique populaire). Les coprésidents initiaux du parti, Selahattin Demirtas et Figen Yuksedag, risquent tous deux des peines d’emprisonnement prolongées pour des crimes de langage, encore une fois pour avoir simplement exprimé des idées et opinions pacifiques.

J’ai demandé à Ilhan s’il était important que sa grève de la faim ait été inspirée par une femme, si cela faisait une différence. Il a répondu qu’Ocalan considérait toujours les femmes comme des amies et des camarades, à la différence de nombreux autres mouvements politiques dans lesquels la place des femmes n’est pas privilégiée, même à gauche. C’est pourquoi des milliers de femmes ont rejoint le PKK dans les années 80 et 90. Ocalan s’est battu pour que les femmes soient libérées de l’esclavage, des structures féodales qui existaient dans la société kurde traditionnelle, dans laquelle les femmes n’avaient pas le droit de parler, même dans leur propre famille. Il a balayé tout ça. Il a donné des informations sur l’histoire des femmes kurdes. Les femmes kurdes voient donc Ocalan comme un héros de la libération des femmes. Il est donc très important que Leyla Guven ait entamé cette grève de la faim. Cela montre au monde entier que les femmes kurdes disent qu’elles ne sont pas libres sans la liberté d’Ocalan. Ces revendications sont celles de millions de Kurdes, hommes et femmes.

ANF : Qu’en est-il de la solidarité des Gallois, des politiciens, des associations ?

MG : Nous l’avons interrogé sur la solidarité qu’il a ressentie de la part d’autres groupes et d’hommes politiques. Il a reçu de nombreuses visites d’amis de la communauté, de Plaid Cymru, l’aile jeunesse de Plaid Cymru a été particulièrement forte. Liz Saville Roberts de Plaid Cymru lui téléphone régulièrement et la députée travailliste locale, Jessica Mordan, lui a rendu visite. L’Assemblée du peuple kurde de Cardiff se rend régulièrement en visite ainsi que la Fédération anarchiste.  Selma James de la Greve mondiale des femmes (Global Women’s Strike) vient dimanche. Mais cela ne suffit pas, dit-il, il nous faut plus de solidarité, plus de publicité, plus de visibilité.

Alors que nous arrivons vers la fin de l’interview, Imam dit qu’il se sent bien, qu’il se sent fort, mais pour être honnête, il dit que les symptômes physiques ont commencé. Il ressent de la douleur dans ses muscles, des douleurs à l’estomac et de la faiblesse et parfois il ne peut pas voir très clairement. Mais il n’a pas peur de mourir.

ANF : Quelque chose d’autre à ajouter ?

MG : Val a demandé ce qui doit se passer à la suite de ses actions pour qu’il y mette fin. Il a dit que c’est très simple : si l’État turc permet aux avocats et à la famille d’Ocalan d’avoir des visites régulières, si le CPT organise une visite pour vérifier sa situation, s’il peut être traité comme tous les autres prisonniers. Ocalan a le droit de voir son peuple, régulièrement. C’est son droit. Nous exigeons la fin de son isolement. Si ces exigences ne sont pas satisfaites, nous irons jusqu’au bout ».

https://anfenglishmobile.com/news/british-lawyers-visited-hunger-striker-sis-in-newport-32891

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici