Leyla Guven est prête à mourir pour la liberté et la paix de son peuple

0
146

Margaret Owen OBE, directrice des « Veuves pour la Paix par la Démocratie (WPD) », parle avec passion de la députée HDP, Leyla Guven, en grève de la faim depuis 93 jours. Margaret Owen est marraine de la campagne pour la paix au Kurdistan depuis plus de 15 ans.

Margaret Owen a fait sien l’appel des organisations de femmes kurdes et des grévistes de la faim et est devenue leur voix dans la tentative de briser le silence qui entoure la résistance.

Owen travaille sans relâche pour s’assurer que la voix de Leyla (et celle des autres grévistes de la faim) soit entendue et exhorte les gouvernements et les institutions à agir avant qu’il ne soit trop tard.

Q : Vous avez récemment été à Amed avec une délégation de femmes. Comment avez-vous trouvé la situation à Amed, un peu plus d’un mois avant les élections locales ?

Margaret Owen : J’ai souvent rendu visite à Amed ces dernières années, à la fois pour observer et rendre compte des procès d’avocats, de parlementaires et de militantes kurdes, pour surveiller les élections et pour rendre compte des crimes de guerre et atrocités commis à Cizre et Sur.

Il y a toujours eu une certaine présence policière, mais rien à voir avec ce que nous avons vu et vécu les 12 et 13 janvier lorsque, en tant que membre d’une petite délégation de femmes (2 députés et 4 avocates), nous sommes venus à Amed dans l’espoir de visiter la députée emprisonnée Leyla Guven, alors en 66ème journée de grève de la faim. 

Je n’ai jamais vu autant de policiers dans la rue. Nous avons même eu du mal à entrer dans les bureaux du HDP, car tant de policiers munis de boucliers anti-émeutes surveillaient l’entrée.

Mais le dimanche 13 janvier, nous avons décidé d’aller à la prison où Leyla était détenue, pour voir si nous pouvions au moins parler à l’administration et lui demander la permission de lui rendre visite (toutes nos ambassades nous avaient demandé d’être accréditées mais ni elles ni les autres n’avaient reçu aucune réponse). 

Nous avons été accueillis par une brigade vraiment vicieuse d’une cinquantaine de policiers ou plus, et à proximité (comme à l’extérieur du bureau du HDP) les fourgons des canons à eau et de gaz lacrymogène. Ils nous ont pratiquement attaqués, nous repoussant avec leurs boucliers anti-émeutes, alors que nous montrions nos passeports et essayions d’expliquer pourquoi nous étions là. C’est un miracle qu’aucun de nous n’ait été sérieusement blessé. Juste quelques bleus sur la tête quand la police nous a repoussés.

Q : Comme vous l’avez mentionné, vous n’avez pas été autorisé à rendre visite à Leyla Guven, qui fait actuellement la grève de la faim depuis 93 jours. Mais vous pourriez parler à ses avocats et à l’Association des droits de l’homme (IHD). D’un point de vue juridique, que pensez-vous de ce procès ? Et plus généralement, en tant qu’avocat vous-même, comment évaluez-vous la situation juridique actuelle en Turquie ?

Margaret Owen : Leyla n’a pas assisté à l’audience du 25 janvier, pas plus que son avocat. Le tribunal a ordonné sa libération, mais sous réserve qu’elle fasse l’objet d’une « surveillance ».  Nous ne sommes pas certains de ce que cela signifie.  Maintenant qu’elle en est à son 93e jour, elle poursuit sa grève de la faim, refuse de s’arrêter pour recevoir des médicaments. Nous craignons simplement, puisque l’État ne veut pas qu’elle meure, conscient de la réaction, ils pourraient la nourrir par la force ou lui administrer des médicaments sans son consentement.

Ces dernières années, tous les nombreux procès que nous avons observés ont été de toute évidence « injustes ».

Il n’y a plus de système judiciaire indépendant. Les audiences sont une farce. Personne ne peut s’attendre à ce que justice soit faite lorsque les accusations sont portées en vertu de la loi antiterroriste. De nombreux avocats, voire des juges et des procureurs sont aujourd’hui en prison, ainsi que des milliers de personnes qui ont osé critiquer le régime Erdogan, condamner les crimes de guerre en Syrie et en Turquie, et demander une reprise du processus de paix qu’Erdogan a abandonné en 2015.

Oui, nous avons parlé à ses avocats et à l’association des droits de l’homme. Leyla et les 256 autres grévistes de la faim indéfinis sont en grève pour protester contre la violation du droit international par la Turquie en refusant à Ocalan le droit d’être visité par son avocat (depuis 2011) et sa famille (depuis 2016). Ils protestent contre sa torture et le déni de ses droits humains.

Ocalan est depuis presque 20 ans dans l’isolement total. Les conditions de son isolement sont la torture. La Turquie viole les lois internationales sur les droits civils et politiques, la convention sur la torture et la CEDH (Charte européenne des droits de l’homme), ainsi que les règles de Mandela (les négociations de paix ne peuvent commencer tant que le leader de l’opposition n’est pas libre). Il n’y a pas d’autre isolement que celui d’Ocalan.

Q : D’un point de vue personnel, que diriez-vous de cette femme qui a décidé de mener une action aussi forte ?

Margaret Owen : Je l’admire profondément et inconditionnellement. (…) La seule personne à avoir été élue députée alors qu’elle était en prison. Elle a été arrêtée en janvier 2018 pour avoir condamné les atrocités perpétrées par la Turquie à Afrin.  Elle est prête « à mourir pour que les autres ne meurent pas ». Elle a également clairement indiqué, comme ses codétenus, que (contrairement à 2012), même si Ocalan leur ordonnait de cesser leur grève de la faim, cette fois, ils ne le feraient pas. 

Ils le font de façon indépendante. Je l’admire parce qu’elle est aussi la mère d’une fille merveilleusement loyale et courageuse (on reproche trop souvent aux femmes, contrairement aux hommes qui sont pères, de risquer leur vie comme activistes si elles ont des enfants), mais elle est désintéressée, prête à mourir pour la liberté et la paix de son peuple.

Elle symbolise également l’incroyable résilience, la bravoure et la créativité des femmes kurdes en quête de paix, d’égalité et de justice. 45 des prisons en grève de la faim sont des femmes comme elle prêtes à frapper à mort.

J’ai l’intention d’entamer une grève de la faim en solidarité avec elle, bien que j’aie presque 87 ans. Si elle peut le faire, moi aussi. (J’en ai fait un court pour la libération de British Shaker Amer de Guantanamo il y a quelques années et j’allais bien).

Partout dans le monde, des gens, en particulier des femmes (…), se mobilisent pour la soutenir. Nos gouvernements, à notre grande honte, sont silencieux.

Q : Que pensez-vous que la communauté internationale pourrait et devrait faire ?

Margaret Owen : Nous devrions faire davantage pour rendre public le verdict du PTT (Tribunal populaire sur la Turquie) qui, après avoir recueilli plus de 400 témoignages, a déclaré la Turquie coupable de crimes de guerre, afin que la Turquie soit poursuivie devant la CPI.

L’OTAN devrait expulser la Turquie de l’adhésion car, bien qu’il soit lié par la CEDH en tant que membre du Conseil de l’Europe, M. Erdogan affirme qu’il n’est « pas lié par elle ».  Nous devrions imposer des sanctions. Tous les gouvernements, en particulier ceux du Royaume-Uni et des États-Unis, sont également en faute. Ils devraient respecter le traité sur les armes et cesser de vendre des armes à cette dictature autoritaire génocidaire, raciste et misogyne.

Les crimes de guerre et le génocide nous menacent tous. Le mépris public et éhonté d’Erdogan pour le droit international, s’il n’est pas condamné et puni, donne le feu vert à d’autres dictateurs et autocrates potentiels à travers le monde. Ce silence nous met donc tous en danger et menace de paralyser ou de rendre redondante l’architecture internationale du droit relatif aux droits humains qui s’est développée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Q : Quelle est la force des intérêts européens en Turquie et comment cela affecte toute action en faveur des Kurdes ?

Margaret Owen : Il est évident que la Turquie fait chanter l’UE sur la question des réfugiés. Elle reçoit 6 milliards de l’UE pour garder les réfugiés à l’intérieur de ses frontières et ne pas les débrancher pour leur permettre d’inonder les pays européens.  En outre, ici au Royaume-Uni, BREXIT domine et nos gouvernements actuels placent les ventes et le commerce des armes bien avant toute considération des droits de l’homme. Nous vendons donc en Arabie Saoudite (malgré le Yémen) et en Turquie. 

Theresa May a invité Erdogan au numéro 10 à l’automne dernier et lui a fait prendre le thé avec notre reine ! 

Et cette semaine-là, à la Chambre des communes, nous avons parlé des « terroristes kurdes ». Les conservateurs sont très favorables à la Turquie pour des raisons commerciales et pour les ventes d’armes. Notre police fait le sale boulot des dindes ici, faisant souvent des descentes dans des maisons kurdes et arrêtant des militants kurdes pour la liberté et des manifestants pacifiques.

Nous menaçons de poursuivre en justice et  » enquêtons  » quiconque revient de Syrie après avoir combattu ou soutenu les unités de défense du peuple kurde, le YPG et le YPJ, en utilisant notre loi antiterroriste. Bien qu’il s’agisse des troupes sur le terrain en Syrie qui combattent ISIS alors que l’armée d’Erdogan est là, ayant illégalement envahi la Syrie, pour attaquer et détruire les Kurdes à Rojava. 

Je pleure de honte devant notre apaisement d’Erdogan… me rappelant comment, au début des années 30, nous avons apaisé Adolf Hitler.

Q : Vous travaillez avec et pour les Kurdes depuis de nombreuses années, comment diriez-vous que la situation a changé au cours de ces années, en termes de solidarité et de sensibilisation internationale aux revendications des Kurdes ?

Margaret Owen : Il y a maintenant plus de solidarité… Surtout parmi les groupes de femmes internationaux et nationaux, qui ont appris la Révolution remarquable et miraculeuse à Rojava et dans le sud-est de la Turquie grâce aux enseignements et à la philosophie d’Ocalan. L’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes, la liberté de croyance, le pluralisme étant au cœur de ces administrations.

Malgré tous les efforts déployés par le HDP en Turquie et le PYD à Rojava pour faire connaître leur plate-forme, leurs manifestes, demander la reprise des pourparlers de paix, la fin de la violence, réaffirmer qu’ils n’ont plus aucun désir ou intention de séparatisme ou de changement des frontières internationales, le fait choquant est que le gouvernement britannique n’est pas le seul ici, au Royaume-Uni, à être totalement silencieux, ou à s’opposer aux Kurdes.

Mais nos médias sont aussi silencieux. Malgré la menace d’Erdogan d’attaquer « l’Est de l’Euphrate », c’est-à-dire le Rojava, et la menace de Trump de retirer les troupes américaines qui ont travaillé avec les YPG/ YPJ pour chasser Daesh, rien dans nos papiers. 

La seule émission de la BBC à laquelle j’ai pu participer était « BBC Heure des femmes ». Mais après de nombreux appels téléphoniques pour qu’ils interviewent Leyla (…), il y a un silence de leur part… et je soupçonne que la BBC doit se surveiller, et sa relation avec Downing Street…

Mon entretien du 15 janvier avec l’estimée Jane Garvey a été interrompu par des références au PKK en tant qu’organisation terroriste… (…).

Ils ne répondront même pas à mes questions par e-mail « avez-vous déjà interviewé Leyla Guven ». Je soupçonne qu’ils ont dû se soumettre à des pressions pour abandonner le suivi du cas de Leyla.

(…)

http://www.widowsforpeace.org/

https://anfenglishmobile.com/features/owen-leyla-is-ready-to-die-for-her-people-s-freedom-and-peace-32757

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici