Les féministes se lèvent pour le Rojava !

0
393
La campagne féministe « Gemeinsam Kämpfen (luttons ensemble) » appelle au soutien pour les Journées mondiales d’action des 27 et 28 janvier pour envoyer un signal clair contre la menace d’Erdogan d’une guerre agressive contre la révolution des femmes au Rojava, nord-est de la Syrie.
 

Voici l’appel de la campagne féministe pour le Rojava :

#RiseUp4Rojava

Libération de Kobanê

 
Le 27 janvier 2015, après des mois d’âpres combats et de résistance de la part des YPJ (Unités de défense des femmes) et des YPG (Unités de défense du peuple), la ville de Kobanê au Rojava (nord de la Syrie) a été défendue et libérée du Daesh (Etat islamique).
 
La lutte pour Kobanê raconte l’histoire de la résistance des femmes, car la lutte contre Daesh était aussi la lutte des femmes pour l’autodétermination et leur rôle dans cette guerre. Les YPJ sont devenues le symbole mondialement connu de la résistance des femmes dans la libération de Kobanê.
 
Une menace pour la révolution des femmes
 
Au début de l’année dernière, trois ans après la libération de Kobanê, Erdogan a attaqué Afrin, le canton le plus occidental de la Fédération démocratique du nord-est de la Syrie. Depuis le 18 mars 2018, Afrin est occupée par les troupes djihadistes et fascistes de Turquie et de leurs alliés et placée sous séquestre turc. Les pillages, les meurtres de civils, les viols, les enlèvements et le nettoyage ethnique sont devenus monnaie courante depuis lors.
 
Moins d’un an plus tard, la Turquie, membre de l’OTAN, menace à nouveau d’attaquer les zones libérées du Rojava, dans le nord de la Syrie, où la révolution avec les femmes est à l’avant-garde.
 
Nous comprenons la menace d’attaques comme des attaques contre les réalisations des femmes au cours des sept années de la révolution, comme des attaques contre la lutte pour la liberté et l’autonomie. Pour nous, la révolution des femmes à Rojava – qui est basée sur la libération du genre, l’écologie et la démocratie de base – est l’espoir, car elle est la preuve vivante qu’une vie au-delà du patriarcat capitaliste est possible. La guerre, que l’Etat fasciste turc et ses alliés djihadistes ont déclarée à ses côtés, doit donc être considérée comme une guerre idéologique contre la résistance des femmes. Une lutte contre le fascisme, le patriarcat, le capitalisme et toutes les autres formes d’oppression.
 
Même si le silence de la communauté internationale est difficile à supporter, il ne nous surprend pas. Parce que les belles idées qui sont à la base de cette révolution des femmes font peur aux dirigeants du monde entier.
 
Comme ils veulent préserver le système du patriarcat capitaliste, les dirigeants se mettent du côté de la Turquie, en particulier l’Etat allemand qui vend des chars à la Turquie, maintiennent une « bonne diplomatie » avec les fascistes et sa répression contre les militants kurdes et ceux qui expriment leur solidarité avec le mouvement kurde sont de pire en pire.
 
Ainsi, les relations économiques et politiques de l’Allemagne et de tout autre Etat avec la Turquie sont également responsables de la situation de guerre et d’occupation d’Afrin et de la guerre à venir dans tout le nord-est de la Syrie.
 
Ensemble, luttons contre le patriarcat capitaliste
 
La guerre contre la révolution des femmes est une guerre internationale, nous devons donc également réagir sur le plan international et développer une résistance pour combattre cette guerre! Même si nous combattons avec des moyens différents dans des endroits différents, nous luttons avec nos amis du Rojava pour le même objectif: Une vie au-delà du patriarcat capitaliste.
 
Nous nous organisons de manière autonome pour nous renforcer mutuellement et nous opposer à la situation patriarcale.
 
Nous luttons pour l’autodétermination, que ce soit par la construction du village autonome des femmes Jinwar ou par l’abolition du paragraphe 219a.
 
Nous nous défendons, que ce soit la lutte militaire contre Daech et l’Etat fasciste turc, ou la lutte contre l’appropriation générale des questions féministes par la loi.
 
Nous luttons contre les violences faites aux femmes en affirmant que cette violence est toujours politique. Nous luttons contre la culture du viol, où il est considéré normal que les femmes fassent face au viol n’importe où et n’importe où, et leur travail consiste à s’en protéger.
 
Nous luttons pour l’espace – que ce soit dans les discussions politiques ou dans la vie quotidienne
 
Nos luttes ici peuvent différer des luttes des amis là-bas, et pourtant c’est une lutte commune. C’est pourquoi une attaque contre l’utopie vécue au Rojava est également une attaque contre nous tous qui rêvons d’un autre monde et qui sommes prêts à se battre pour l’avoir.
 
Notre appel
 
Nous sommes convaincus que nous avons la responsabilité historique de défendre la révolution et la liberté contre toutes les menaces qui pèsent également sur le Rojava. C’est pourquoi nous appelons toutes les forces féministes à soutenir cette résistance révolutionnaire féministe autonome et à participer aux Journées mondiales d’action les 27 et 28 janvier !
 
Soyez créatives, soyez bruyantes, soyez colorées ! Diffusez les belles idées qui sont à la base de cette révolution ! Participez à des actions et organisez des manifestations ou des actions de désobéissance civile !
 
Défendons ensemble la révolution des femmes du Rojava, défendons notre espoir !
 
Jin Jiyan Azadi!
 
Campagne féministe « Gemeinsam Kämpfen (Luttons ensemble) »
 
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici