Les jardins libres de Kobanê

0
643

Le site Solw Food a donné la parole à Ozlem Tanrikulu, une responsable kurde, pour parler des « jardins libres de Kobanê »

Voici l’article de Solw Food :

Certains entendent «Kobanê» et pensent «guerre». Chez Slow Food, nous pensons jardins, renaissance et liberté.

Ozlem Tanrikulu, Présidente du Bureau d’information du Kurdistan en Italie, a eu l’amabilité de nous parler des progrès récents dans la région.

Avant la guerre, la région du Rojava, où se trouve Kobanê, était riche en cultures : « 60% des produits agricoles syriens proviennent de cette région », explique Ozlem. Mais aujourd’hui, à la suite de la destruction de puits, de nombreuses régions sont confrontées à d’importantes pénuries d’eau. Néanmoins, ils y parviennent, en partie en cultivant des cultures qui ne nécessitent pas beaucoup d’irrigation. Les techniques culturales anciennes développées par les grandes civilisations qui se sont développées le long du Tigre et de l’Euphrate ont permis à la population locale de revenir à l’utilisation communale des terres. Dans certains villages, à demi détruits par la guerre, entourés de vertes prairies et de pâturages libres, les familles ont décidé de retourner et de réinstaller les terres libérées de la violence. L’objectif commun est maintenant de lancer un processus de reconstruction en profondeur à partir de la terre elle-même, de la rendre à nouveau productive, de revitaliser ses produits et de redonner espoir aux nombreux Syriens qui vivent encore dans un état d’insécurité totale. « Il est crucial pour la population locale de maintenir un lien avec son pays d’origine, de continuer à cultiver la vie elle-même », dit Ozlem.

L’avenir de Kobanê passe aussi par les jardins potagers, « ce sont bien plus que de simples parcelles de terre, ce sont des symboles de liberté pour une population et une terre connue comme le berceau de la civilisation ». En 2015, une délégation de Slow Food et l’administration démocratique du Rojava ont lancé le projet « Jardins au Rojava », pour la création de jardins potagers dans les écoles. L’objectif est d’apporter l’expérience de Slow Food dans ce pays ravagé par la guerre. Les jardins scolaires ont un double objectif : cultiver des aliments tout en s’initiant à l’éducation environnementale et alimentaire.

« L’initiative a été accueillie avec un tel enthousiasme par les jeunes et les moins jeunes que nous avons pu créer des jardins urbains et des écoles dans une douzaine de villages impliquant plus de 1000 élèves ». Les activités des écoles sont conçues pour promouvoir la liberté des filles et des garçons dans tous les domaines. Il s’agit notamment de l’enseignement de la langue kurde, qui était auparavant interdite, et de l’écologie en tant que principe fondamental de la société. La culture des arbres fruitiers était autrefois découragée par le régime en faveur de la monoculture du blé. Il y a maintenant un plan pour ramener la culture des figuiers, des grenadiers et des jardins potagers pour les familles et les communautés entières autour de Kobanê.

Il s’agit d’un système dans lequel les femmes jouent un rôle crucial, tant dans les ménages que dans la vie politique. Une expérience d’avant-garde sociale issue de l’adoption d’une charte qui rejette l’autoritarisme et le militarisme en faveur de l’égalité et des droits humains.

«En kurde, nous utilisons le même mot pour désigner à la fois la femme et la vie, pour souligner le lien avec la nature et la terre. A Kobanê, il est fondamental d’agir pour protéger cette terre et cette vie, pour garantir un avenir aux communautés locales ». D’autant plus dans des contextes difficiles où l’alimentation joue un rôle fondamental pour l’avenir : « La nourriture crée l’espoir, représente la vie et ceux qui se sentent liés à la vie ne quitteront pas leur terre ou leur communauté ». Pour Ozlem, c’est de la nourriture pour le changement : « C’est collaborer, responsabiliser, renforcer le sens de l’union, cultiver ensemble un avenir pour ces terres, restaurer la biodiversité qui les a enrichies au cours des siècles passés ».

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici