Le cinéma kurde à l’honneur à Bordeaux

0
824

BORDEAUX, Plusieurs films/documentaires kurdes vont être projetés au Cinéma UTOPIA de Bordeaux le samedi 16 février, de 14:00 à 21:00.

Voici la programmation donnée par le Cinéma UTOPIA

Dans le cadre de LA CLASSE OUVRIÈRE C’EST PAS DU CINÉMA
En partenariat avec le Conseil démocratique kurde de Bordeaux
Intervenant : Kristian Feigelson, professeur des Universités, Sorbonne nouvelle-Paris 3, IRCAV (Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel).

Projection-débat : Le Cinéma kurde

LE TEMPS DURE LONGTEMPS, à 14h
Écrit et réalisé par Özcan ALPER

La musique, les chants pour raconter l’histoire, pour raconter un peuple… Sumru est étudiante en ethnologie et entame un long voyage à travers la Turquie pour collecter les élégies anatoliennes et les histoires qu’elles racontent. Sumru a un beau visage, un charme fou et Ahmet, vendeur de DVD pirates, accepte de l’accompagner dans sa quête.

Sumru a du mal à se défaire du souvenir de Harun, un kurde dont elle est séparée depuis quelques mois et dont elle n’a plus de nouvelles. En plongeant dans l’histoire douloureuse de son pays, portée par les mots des chants populaires, c’est aussi dans sa propre histoire qu’elle remonte: le destin douloureux d’un peuple la ramène sans cesse à son présent, l’expérience collective est indissociable de la vie des individus.

Les élégies chantées dans les provinces sont autant de témoignages des traumatismes de guerres dont les conséquences se mesurent aujourd’hui encore avec la question kurde, toujours pas résolue. « A travers cette guerre sans nom qui se poursuit depuis les trente dernières années, au cours de laquelle 17 500 assassinats politiques ont été commis sous le nom de « cas non résolus », je tiens à regarder la Turquie d’aujourd’hui en face » dit Özcan Alper. « Le Temps dure longtemps est moins un film qui raconte une histoire qu’un film qui sauvegarde l’histoire, qui rend hommage de façon égale aux souffrances des peuples persécutés, qui offre à réfléchir et interroge ».
La dernière séquence, dans les montagnes sous la neige, est magnifique. Sumru a désormais les réponses aux questions qu’elle se posait et va devoir continuer son chemin.

En Juin, des dizaines de milliers de personnes se sont regroupées autour de la place Taksim à Istanbul, mais aussi à travers toute la Turquie contestant la gouvernance de Recept Tayyip Erdogan, dans un mouvement aux multiples facettes qui reflète les changements de la société depuis dix ans.

En nous immergeant dans la culture anatolienne, le film introduit parfaitement un débat sur l’état actuel d’une Turquie en pleine évolution. »

Deux films documentaires, en présence des réalisatrices
En partenariat avec le Conseil démocratique kurde de Bordeaux

Intervenant : Kristian Feigelson, professeur des Universités, Sorbonne nouvelle-Paris 3, IRCAV (Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel).

COMMANDER ARIAN, à 17h
Film documentaire d’Alba SOTORRA

Alba Sottora suit le parcours de la commandante Ariane, âgée de 30 ans, qui participe avec ses camarades à la libération de Kobané, occupée par les troupes de l’Etat Islamique. Ariane fait partie des YPJ, les unités de protection de la femme qui combattent pour la liberté et l’émancipation des femmes dans la Syrie du nord.

ROJAVA, LA RÉVOLUTION PAR LES FEMMES 
Film documentaire de Milène SAULOY

Coincé entre une Turquie agressive, une dictature syrienne qui renaît de ses cendres, et des factions djihadistes criminelles, le Rojava – récemment rebaptisé Fédération démocratique du Nord Syrien –, peuplé majoritairement de Kurdes, mène une révolution sociale et féministe. Une tentative politique originale qui présente une espérance et offre une autre voie que celle des régimes sanguinaires, despotiques et dictatoriaux qui l’entourent.

UN TEMPS POUR L’IVRESSE DES CHEVAUX, 20h30
Écrit et réalisé par Bahman GHOBADI

Les chevaux ne sont que de simples mulets à qui on fait boire de l’alcool pour leur donner du cœur à l’ouvrage. Ils transportent des marchandises de contrebande et franchisent la frontière avec l’Irak en pleine hiver. Mais les véritables héros sont un groupe d’enfants orphelins vivant au Kurdistan iranien, tout près de la frontière avec l’Irak.

C’est l’histoire d’une fratrie qui vit en subvenant seule à ses besoins : Amaneh, la petite sœur, Madi, l’un des frères abimé par la vie, Rojine la grande sœur. Et Ayoub, 12 ans qui se débrouille comme il peut face aux épreuves que la vie lui impose. Des enfants qui vieillissent plus vite qu’ils ne le voudraient.

RDV au Cinéma UTOPIA
5 place Camille Julian

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici