La solitude des Kurdes, les olives d’Afrin

0
772

Au cours d’une récente visite d’une semaine à New York, tout le monde a parlé de la décision du président américain Donald Trump de se retirer de la Syrie.


Le sujet a été omniprésent dans les cocktails et les dîners organisés par les Nations Unies et les différentes ambassades auxquelles j’ai assisté le soir. Tout le monde était conscient des sacrifices consentis par les Kurdes dans la lutte contre l’État islamique (DAESH), mais les succès remportés sur le champ de bataille ne s’étaient manifestement pas traduits dans le domaine de la diplomatie.


J’ai réalisé que les Kurdes n’avaient aucune représentation politique réelle dans ces discussions et sentais la profonde solitude du Kurde à l’étranger.


De retour à la maison, des nouvelles d’attaques racistes à Sakarya, dans le nord-ouest de la Turquie, ont commencé à apparaître sur mon téléphone.


Un père et son fils quittant un salon de coiffure ont été interrogés : «Etes-vous kurdes ?» Ils ont répondu «Oui» et ont été abattus. Le père, Kadir Sakçı, âgé de 43 ans, a perdu la vie, alors que son fils Burhan, âgé de 16 ans, avait été grièvement blessé.


Je suis arrivée à Diyarbakır et la capitale kurde de la Turquie était silencieuse, comme toujours. Les quelques organisations à but non lucratif qui ont réussi à rester ouvertes après une série de fermetures imposées par le gouvernement pourraient organiser des événements occasionnels, mais la participation est très faible.


Il semble que les Kurdes se sentent seuls, même au sein de leurs propres communautés. « L’enjeu n’est pas seulement la peur et la répression de l’État », m’a dit un ami. « Maintenant, je n’ai aucune idée de la façon dont les choses que je dis seront traitées de différentes manières, alors j’ai choisi de ne rien dire du tout. »


Un autre ami m’a décrit des sentiments de solitude à la suite de la destruction du quartier Sur de la ville et a envisagé pour la première fois de quitter la ville.


La compétition entre Kurdes et les tentatives de tirer profit des uns des autres ne font que nourrir cette solitude. Tout le monde attire l’attention sur les côtés négatifs des autres. De plus en plus, nous perdons le terrain d’entente qui a suscité chez nous des sentiments de bonheur ou de tristesse universels.


La cruauté dont nous avons été témoins au cours des trois dernières années et le fait que les forces les plus puissantes du mouvement kurde ont été emprisonnés ou forcés de fuir à l’étranger sont des facteurs contributifs.
Le besoin de leadership est fortement ressenti. La tolérance à la différence diminue régulièrement. Les commérages ont pris le contrôle de la ville. Dans cet environnement, les gens veillent à rester chez eux pour ne pas être vus ou entendus et hésitent à écrire quoi que ce soit.


Je suis allée au marché l’autre jour pour acheter des olives. À Diyarbakır, un kilo d’olives coûte généralement 15 livres turques (2,80 dollars). Quand j’ai vu des olives pour 5 lires, j’ai été surprise.


« Ces olives sont d’Afrin, c’est pourquoi elles sont si bon marché », a expliqué le vendeur. J’ai hésité à sa réponse et je me suis demandée si je l’avais mal compris. Mais non, j’ai bien entendu, les olives viennent de la ville d’Afrin, dans le nord de la Syrie, capturées par l’armée turque des forces kurdes syriennes en mars de l’année dernière.


J’ai d’abord entendu parler de «transformation des olives d’Afrin en Turquie» en octobre, dans des publications proches du gouvernement turc. En novembre, le journal pro-gouvernemental Yeni Şafak a déclaré: «Les olives d’Afrin sont mises à la disposition du monde». L’article continuait :


«Afin de développer les régions débarrassées du terrorisme dans le cadre de l’opération Rameau d’oliver, la Turquie a commencé à appliquer de nouvelles politiques économiques. Des mesures ont été prises dans divers domaines, (…). Les routes endommagées pendant la guerre et qui sont importantes pour l’activité économique sont en cours de réparation. La porte des douanes du rameau d’olivier, créée pour desservir Afrin, a été mise en service au cours des derniers jours.


Des installations ont été construites pour traiter les olives d’Afrin, célèbre pour ses oliviers. Des olives, du savon et de l’huile d’olive sont produits. Afrin compte plus de 200 millions d’oliviers. (…)


« (…) Les olives d’Afrin représentent près de 200 millions de dollars du marché mondial. (…) »


Peu de temps après, le 12 novembre, Fatma Kurtulan, députée du Parti démocratique du peuple (HDP), a demandé des informations sur les allégations selon lesquelles l’armée syrienne libre, alliée à la Turquie, pillait des olives à Afrin et les vendaient en Turquie.


Les olives que j’ai vues au marché étaient probablement ces mêmes olives. Les olives volées d’Afrin ont fait tout le chemin ici et se retrouvent maintenant dans les cuisines des Kurdes d’Amed [le nom kurde de Diyarbakır].


Voyant l’expression d’horreur sur mon visage, le vendeur m’a dit: « Nous ne les achetons pas directement, ils nous viennent de villes du sud de la Turquie telles qu’Antakya, Adana et Mersin… Ma maison a été démolie à Sur, voilà comment je mets du pain sur la table. »


Réalisant ma colère, il a essayé de me convaincre et de se convaincre. «Nous avons été laissés seuls, personne ne nous a montré de sortie, mes enfants et moi avons été laissés dans le froid pendant des mois. Il n’y a pas de nourriture, il n’y a pas d’emplois, tout le monde est obsédé par la politique. Personne ne nous pose des questions sur notre condition. Nous sommes tous seuls. »


Je rentre chez moi mais j’ai du mal à rassembler mes pensées. D’un côté, je pense «j’espère qu’ils s’étoufferont avec ces olives», mais de l’autre, je repense au vendeur et à son combat pour gagner sa vie. Je suppose que les arbres pillés d’un Kurde peuvent devenir le moyen de gagner sa vie pour un autre Kurde.


Bien entendu, ni les Kurdes contraints de vendre les olives, ni ceux qui doivent les acheter ne sont responsables. Les coupables sont ceux qui effectuent le pillage. Mais pour une raison quelconque, je ne peux toujours pas m’empêcher de dire: «honte à nous ! Comment nous sommes-nous laissés si seuls, sans autre choix que d’acheter les biens pillés d’un autre Kurde ? »


Les Kurdes sont seuls ! Non seulement en Amérique, en Europe et en Turquie, mais aussi en nous-mêmes. Une profonde solitude nous submerge tous. Pour briser ce cycle, nous avons besoin d’un leadership qualifié et d’une politique qui unifie au lieu de diviser.


Avant qu’il ne soit trop tard, le mouvement kurde doit élaborer de nouvelles stratégies et mettre en place des politiques cohérentes. Il doit le faire avec bon sens et cohérence. Il doit trouver des moyens nouveaux et novateurs de se faire entendre dans les politiques internationales.


Le temps presse. Les Kurdes sont en train de s’aliéner non seulement du reste du monde, mais de leur propre mouvement et de leurs propres communautés, se retirant dans leur propre coquille, devenant convaincus qu’ils sont seuls, que personne n’est là pour les entendre. Même si quelqu’un entend, personne ne s’en soucie.


La solitude se propage tous les jours. Pour mettre fin à cet état d’esprit, il faut créer de bonnes stratégies et de bonnes politiques, agir de manière solidaire, être à l’écoute les uns des autres et partager la douleur et le bonheur de chacun.


Cela devrait également faire en sorte que personne ne soit obligé de manger les olives pillées de nos frères et sœurs, de l’autre côté de la frontière ou ailleurs.


Nurcan Baysal

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici