Pour que vivent les femmes

0
647

TURQUIE – ISTANBUL – L’exposition intitulée « Pour que vivent les femmes » a été organisée pour attirer l’attention sur les meurtres de femmes. Dans l’exposition, 19 femmes ont expliqué leur expérience de la féminité à travers 30 histoires différentes.


A travers la plate-forme « Stoppons les meurtres de femmes », 19 artistes femmes se sont réunies dans 30 expositions. Les expositions racontent l’histoire de femmes exposées au meurtre, à la violence, aux viols et à l’oppression.

Les femmes artistes participant à l’exposition racontaient les histoires des œuvres.

« Pour mettre fin à la banalisation »

Beyza Boynudelik, qui nous rappelle que presque chaque jour des meurtres de femmes se trouvent dans les journaux et à la télévision, a déclaré que de tels actes ne devraient pas être banalisés. Boynudelik a souligné que quelque chose pourrait changer socialement puisque la normalisation pourrait être éliminée et a souligné que tout le monde devrait s’exprimer à son niveau contre ces actes.

Boynudelik a déclaré avoir réalisé ses peintures sur la base de son expérience de femme et a déclaré : « Comment puis-je vivre dans cette géographie en tant que femme ? Où dois-je aller ? Quelle est ma force ? Enregistrer un problème social qui se déroule dans la communauté, comme attirer l’attention sur une structure, une image ou une photo peut laisser une impression inattendue chez les gens, a-t-elle souligné. »

« 80 pièces de figures de femmes »

L’artiste Eda Emirdağ a également mentionné l’histoire de sa féminité dans son travail : Une figure féminine captive, divisée en 80 pièces représentant 80 millions de personnes. « Ainsi, j’essaie d’expliquer que le problème des femmes dans notre pays peut être réduit aux cinq doigts de la main et que nous pouvons libérer cette femme captive : il s’agit en fait d’un travail interactif. »

Déclarant que la résistance représente mille et un états, Emirdag a déclaré avoir choisi la photo comme moyen d’expression. Emirdağ a souligné que ce qu’elle voulait faire, c’était sensibiliser et encourager les gens.

« Mettre fin aux crimes d’honneur »

Suzan Aktan expliquait que l’image occupait une place importante dans la mémoire des gens, a déclaré qu’elle soutenait le travail de la plateforme « Stoppons les meurtres de femmes ».

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Dw8aGAtX4AIo5Oq.jpg.

Dans son travail sur « Le drap ensanglanté* », Aktan a déclaré vouloir attirer l’attention sur le premier matin du mariage où un drap du lit ensanglanté est montré aux aînées de la famille le lendemain du mariage pour attester que la mariée était vierge et qu’elle a été déflorée par son mari.

Aktan a rappelé que, pour ces raisons du « drap ensanglanté », il y a eu des femmes victimes de crimes d’honneur car elles n’avaient pas saigné lors de la première nuit de noce : « Je voulais souligner cette histoire et j’ai utilisé le drap de lit sanglant comme métaphore » a déclaré Aktan.


*Dans de nombreuses familles, le drap du lit ensanglanté est montré aux femmes aînées de la familles le lendemain du mariage.

Agence Mezopotamya

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici