La Turquie demande à ses mercenaires de pousser les Kurdes à fuir Afrin « volontairement »

0
729
L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a publié un communiqué dénonçant le but ultime de la Turquie qui veut chasser tous les Kurdes d’Afrin et de les remplacer par les familles des mercenaires combattant sous ses ordres.
 
Voici le communiqué de l’OSDH :
 
Les forces turques ont demandé aux factions du « rameau d’olivier » de ralentir et de ne pas expulser immédiatement la population [kurde] mais à la pousser à fuir « volontairement » Afrin.
 
41 semaines consécutives de l’invasion d’Afrin, 287 jours de violations, après une série de tueries intensives par l’artillerie et les avions de guerre turcs, et de tirs de l’armée turque et et ses factions alliées, Afrin a été envahie par l’armée turque er ses factions de l’opposition et islamiques le 19 mars 2018. L’offensif turc a provoqué le déplacement de plus de 350 000 civils dans la plus grande vague de déplacement par les opérations militaires précédentes dans différentes zones de Syrie.
 
Après quoi, les violations commises par les mercenaires ont commencé sous diverses formes, et ont augmenté jour après jour, les autorités turques leur ayant donné le pouvoir. Les sources fiables ont confirmé à l’Observatoire syrien des droits de l’homme que les groupes opérant dans l’opération « rameau d’olivier » après avoir contrôlé Afrin ont parlé aux autorités turques, leur demandant de chasser complètement les habitants d’Afrin et de sa campagne, de saisir leurs biens, leurs sources de subsistance, leurs fermes et maisons, tous leurs biens. Les autorités turques ont rejeté cette demande. Ces dernières ayant confirmé vouloir le même but mais en opposition avec cette méthode, disant à ceux qui voulaient cette décision qu’elle soulèverait la communauté internationale contre eux, qu’elle poussera le monde entier à intervenir en faveur des habitants kurdes de la région, qu’elle leur ordonne d’attendre, et qu’un jour viendra où les habitants de la région demanderont à sortir de là, et ils paieront pour sortir de leurs maisons et de leurs fermes et les quitter. Ce qui s’est produit lentement, alors que des centaines de familles restées à Afrin ont fui en raison de l’escalade des violations des droits des femmes et des filles, des enlèvements, des coups, des agressions, des pillages, des vols et des agressions contre elles.
 
L’Observatoire syrien des droits de l’homme a surveillé ces derniers jours l’escalade des violations, où la « rameau d’olivier » a profité de la saison de la cueillette et de la compression des olives pour créer des prétextes pour saisir les biens des civils restants de la région d’Afrin qui ont refusé de partir, où les sources ont confirmé que plus de 45 civils, dont une femme et sa fille, une autre femme et trois de ses enfants et autres femmes avaient été enlevés. Les groupes auxquels la Turquie a confié l’autorité dans cette zone ont procédé à des arrestations contre les deux sexes et les ont transférés dans des centres de détention installés dans des maisons civiles qu’ils ont saisies et transformées en quartiers généraux pour les factions pro-Turquie, qui partagent leur influence et leurs biens à Afrin, et de temps à autre pillent et confisquent des biens. Par ailleurs, les enlèvements de nombreux civils, qui est passé à environ 2 450 citoyens. Le nombre de personnes arrêtées, dont plus de 900 qui sont toujours en détention, tandis que les autres ont été libérés après que la plupart d’entre elles ont payé la rançon imposée par les membres de l’opération « rameau d’olivier ». Parfois, il atteint plus de 10 millions de livres syriennes.
 
Afrin dort sur les violations et se réveille au son des armes, et souvent ; ses lumières ne sont que des véhicules militaires et les cris de ceux qui se battent pour le pillage, et chaque jour la violation s’intensifie, d’autant plus que le contrôle de la ville d’Afrin et de toute la région est entré dans son 9ème mois consécutif, depuis le 19 mars 2018.
 
Cette opération a été soutenue par les Forces turques des Loups Gris, les avions de guerre et les hélicoptères turcs, qui ont causé des dommages aux biens des citoyens et des massacres qui ont tué environ 380 civils, dont 55 enfants et 36 femmes, parmi les civils kurdes, arabes et arméniens. Des dizaines d’entre eux ont été tués par des mines et des actes de torture par des groupes armés. Mais la majorité a été tuées par l’aviation turque dans des tirs d’artillerie, des tirs de roquettes et des exécutions de plusieurs citoyens dans la région d’Afrin, sous la torture depuis le 20 janvier 2018. Il y a également eu des centaines de blessés et des centaines de milliers déplacés, tandis que les violations et les pratiques inhumaines sont infligées à la part des habitants de la région qui ont refusé de quitter la région et laisser leurs maisons et fermes aux forces et factions turques qui ont pillées.
 
L’Observatoire syrien des droits de l’homme a surveillé la confiscation de milliers de réservoirs d’huile d’olive et la récolte d’olives, ainsi que l’abattage de centaines d’arbres et leur vente comme bois de chauffage. Les violations ont eu lieu ces derniers jours à Kafr Sheila, Arab Oshagi, Brimja, Mirkan, Khazian, Dar Kier et dans plusieurs autres régions d’Afrin.
 
En plus de toutes ces violations, le trafic de détenus se poursuit par les factions de l’opération « rameau d’olivier », pour de la rançon à payer pour leur libération.
 
Des centaines de milliers de personnes déplacées souffrent encore de situations tragiques, en raison du refus total de la Turquie de renvoyer la population dans la région, craignant leur retour, alors qu’elle continue la réinstallation les familles des mercenaires travaillant sous son commandement, et des personnes déplacées d’autres régions du centre et du sud de la Syrie dans les maisons saisies, en plus des redevances imposées aux propriétaires des magasins et des fermes de réservoirs de pétrole ou une partie des profits de l’exploitation.
 
L’Observatoire syrien des droits de l’homme a suivi plus de 140 opérations ciblées du « rameau d’olivier » dans la région d’Afrin, depuis l’invasion de la région d’Afrin en mars 2018.
 
L’Observatoire syrien des droits humains a enregistré la mort de 1 582 combattants au moins des YPG et d’autodéfense, qui ont été tués depuis le début de l’opération « rameau d’olivier », au moins 91 des membres populaires des forces du régime ont été tués dans les bombardements turcs depuis leur entrée le 20 février 2018, tandis que les forces turques ont perpétré environ 140 assassinats et attaques contre les forces contrôlant Afrin. Les principales sources des YPG nient que leurs forces ou cellules aient des relations ou des responsabilités dans de nombreux actes de torture ; dont certaines sont apparues sur des vidéos et attribuées aux forces kurdes, et les sources accusent d’autres cellules d’appartenir à d’autres partis d’avoir perpétré ces assassinats et de les attribuer aux forces kurdes pour leur propre programme, dont l’objectif principal est d’intensifier leurs violations contre les civils, où le ressentiment a augmenté parmi ceux-ci jour après jour, avec les procédures injustes et le silence des forces turques – qui dirigent l’opération « rameau d’olivier » – sans répondre aux plaintes des intéressés.
 
Des sources croisées ont confirmé à l’Observatoire syrien qu’un commandant militaire du corps de Rahman (qui a été déplacé de Ghouta Est) avait un accord avec le conseil local de la ville d’Afrin, basé sur la prise d’un terrain montagneux situé dans la zone entre Basutah et la ville d’Afrin par le commandant militaire puis en accordant 400 mètres aux personnes déplacées du Ghouta Est en échange de 100 dollars. Des sources fiables ont confirmé que l’accord avait été conclu entre les deux parties, mais aucune personne déplacée n’a encore été transférée.
 
Les redevances imposées aux civils qui se déplacent dans la région d’Afrin par les routes principales et secondaires, où des sommes d’argent variables sont versées aux points de contrôle des Forces du « Rameau d’olivier », qui arrêtent tous les véhicules et parfois vont au-delà des redevances et se transforment en pillage, sans parler du contrôle arbitraire des factions de l’opération du « Rameau d’olivier » des ressources économiques à Afrin, s’est produit dans le contexte de la saisie de la plupart des oliveraies à Afrin par les factions. Les mercenaires ont loué les oliveraies à des marchands et à des ouvriers pour y travailler et recevoir de l’argent en avance comme prix pour la location des terres saisies, qui représentent plus de 75% des surfaces des exploitations à Afrin, après le contrôle des exploitations d’oliviers par les mercenaires.
 
L’Observatoire syrien des droits de l’homme a observé la saisie complète de la ville d’Afrin par les forces turques et les factions opérationnelles du « Rameau d’olivier », où ces factions se partagent leurs zones de contrôle et écrivent des phrases sur tout ce qui est saisi pour prouver leur propriété, et pour empêcher les autres factions de saisir le même bien immobilier ou machine. Ils ont également brûlé des oliveraies et des biens, tandis que les violations dépassaient la saisie et le partage des biens pour effectuer des raids quotidiens dans les maisons sous prétexte de chercher des armes et des cellules dormantes et d’autres prétextes. Ils ont également pillé les biens des maisons : L’or, de l’argent, des appareils électroniques, même des téléphones portables et des meubles, tandis que le vol se déplaçait de la propriété privée à la propriété publique, où des groupes de factions travaillant dans la région d’Afrin ont volé des câbles électriques en cuivre devant la population ainsi que le matériel des hôpitaux et des institutions de services. Ces vols ont créé des affrontements internes entre les factions rebelles et islamiques opérant dans l’opération « Rameau d’olivier », qui ont tué et blessé des dizaines de membres dans des séries fréquentes de combats meurtriers, et pendant lesquels les autorités turques ne se sont impliquées dans aucune sorte de répression ou pression mais ont essayé de résoudre les différends qui peuvent échapper à tout contrôle.
 
Nous demandons à la communauté internationale à travailler avec diligence pour ramener les habitants de la région d’Afrin dans leur pays d’origine et garantir leur vie et leur sécurité, là où ils n’ont aucun endroit où se réfugier et aucune organisation fournissant de l’aide. Nous demandons à également les agences humanitaires et de secours à fournir une assistance qui bénéficiera aux personnes déplacées d’Afrin, et en fournissant des soins médicaux à des centaines de milliers de personnes déplacées dans une zone géographique restreinte. Nous appelons la communauté internationale à faire pression sur la Turquie pour qu’elle ouvre les points de contrôle des personnes souhaitant rentrer à Afrin et qu’elle contrôle les factions qui ont tout pillé, celles qui commettent des violations quotidiennes contre les habitants de la région d’Afrin.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici