Alaa Quassem: une des figures de la liberté du Rojava

0
553

Dans les lignes de l’histoire, son nom a été écrit pour rester dans la mémoire pour les temps à venir. Alaa et Serê Kanîyê sont une histoire de martyre et de rédemption dans une période difficile où le sang des combattants a réécrit l’histoire.

Aujourd’hui, nous remonterons le temps pour plonger dans la mémoire de la révolution et découvrir l’histoire d’un de ses héros. Si nous voulons connaître les valeurs d’aujourd’hui, nous devons retrouver la mémoire pour savoir combien de sacrifices ont été consentis et combien d’étapes ont été franchies jusqu’au moment où nous en sommes arrivés là.

Au Rojava, la révolution du peuple qui a éclaté en 2012 est toujours en cours, et il ne fait aucun doute que le sang des martyrs qui ont arrosé la terre de ce pays est ce qui a contribué à sa continuation.

Dès le début de cette révolution personne ne voulait que cette révolution réussisse à atteindre son but, et les pays voisins, en particulier la Turquie, étaient à l’avant-garde.

Les combats qui ont éclaté à Serê Kanîyê (dans la partie occidentale de la région d’al-Jazira) d’al-Hasakah entre les unités de protection du peuple (YPG) et les mercenaires de Jabhat al-Nosra et certains groupes se faisant appeler l’Armée libre ont été les premiers défis sérieux auxquels cette révolution a dû faire face.

Les habitants de ce pays ont résisté à ces attaques jusqu’à ce qu’elles soient déjouées, et avec leur échec, les plans mondiaux ont été contrecarrés, dont le premier fut le plan hostile turc.

Ici, nous voulons mentionner l’histoire du martyr des YPG, Alaa Qassem, tué lors des combats qui ont eu lieu dans la ville de Serê Kanîyê.

Alaa est né en 1976 à Serê Kanîyê qui a fait l’objet d’une campagne d’arabisation sous le régime baasiste de la région qui a changé son nom en Ra’s Al Ain. Il a grandi dans une famille de classe moyenne dépendant de l’agriculture.

Alaa était membre d’une famille composée de 3 frères et 4 sœurs. Alaa a étudié jusqu’à la phase préparatoire et est travailler pour subvenir aux besoins de la famille parce que son père était malade. Il a travaillé tout le temps comme fermier dans le village.

Parce qu’il était espiègle, les fermiers se rassemblaient autour de lui tout en travaillant sur les terres agricoles, pour écouter des histoires et échanger des blagues et des conversations diverses.

Alaa a épousé Amira après avoir effectué le service obligatoire dans l’armée syrienne. Plus tard, il est devenu le père de trois enfants. Il a passé plusieurs années à vivre avec la famille sans la quitter jusqu’à ce que ses frères et sœurs plus jeunes aient été en mesure de gérer les affaires de la famille.

Comme il aimait prendre des photos et des vidéos, il s’est rendu à Damas, la capitale syrienne, pour apprendre la photographie. Selon son ami Mohammed Aziz, il avait pour but de montrer des vidéos et des photos de l’histoire de sa célèbre ville historique de Serê Kanîyê, qui remonte à des milliers d’années avant Jésus-Christ, et qui fut l’une des premières civilisations de la région de l’Euphrate en Syrie.

Alaa adorait les poèmes de l’artiste kurde Cîger Xwîn et les lisait beaucoup

Il a rejoint le travail politique du Parti démocratique progressiste kurde en Syrie, mais avec le début de la révolution populaire au Rojava, il a participé à la protection de la région et a rejoint les YPG.

Abdel Wahhab Qassem, le frère d’Alaa, a déclaré : « Au début du mouvement en Syrie, Alaa s’attendait à ce que le peuple du Rojava ait l’occasion de s’exprimer, et il répétait souvent :  » Nous devons être prêts pour cela et travailler à la protection de nos régions d’ici là. »

Amira, la femme du combattant Alaa, déclare : « Il était patriote et la cause kurde était tout pour lui. Je m’éloignais parfois de lui pour lui dire pourquoi tu impose ta nationalité à la famille. Il répondait tranquillement en disant qu’il fallait écouter mon cœur. »

Au milieu de la crise syrienne, où la solution n’était pas possible et l’était encore après huit ans, le peuple du Rojava a choisi ce que l’on a appelé la « troisième ligne », où les habitants de cette région ne se sont pas alliés aux groupes armés antirégime, ni au régime lui-même. Ils avaient leur propre approche et ont donc été soumis à de nombreux harcèlements et attaques, dont le premier a été lancé sur Serê Kanîyê.

Les mercenaires sont entrés dans les villages de Serê Kanîyê et dans certaines parties de la ville, et les YPG ont dû les libérer des mercenaires parce que leur contrôle signifiait beaucoup sur le plan politique, militaire et même social, car la destruction, la dévastation, le meurtre et le pillage se répandaient partout.

Entre la résistance des YPG et les attaques des mercenaires, plusieurs mois se sont écoulés avec la poursuite des combats. Alaa s’est joint aux YPG, a participé à la répression des attaques et a travaillé à la protection des quartiers où les combattants des unités étaient déployés.

Son camarade Mohammed Baqi se souvient d’un des moments difficiles qu’ils ont vécus en disant que de violents affrontements avaient lieu lorsque nous étions au milieu d’eux : « Alaa dit, mettant sa main sur mon épaule, et tandis que nous nous cachions dans les coins d’une des maisons qui avaient été bombardées : « Camarade, je serais martyre. Mes enfants grandiront et diront que leur père avait été martyre pour avoir défendu sa terre et la dignité de son peuple pour vivre en paix ces jours-ci. »

Les balles venaient de tous les côtés. Les combats ont été si violents. Le 4 janvier 2013, Alaa Qassem a atteint le rang de martyr après avoir été abattu par un tireur d’élite à la suite d’une résistance héroïque manifestée avec force et volonté.

ANHA

http://www.hawarnews.com/en/haber/alaa-martyr-of-athropodous-battle-h5679.html

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici