La question écologique : La base du confédéralisme démocratique

0
622
« Une société ne peut pas être démocratique envers les minorités ethno-religieuses ou être vraiment progressiste en matière de genre si elle ne peut d’abord et avant tout démontrer un respect intégral et profond pour notre terre commune. »
 
La guerre en cours contre Daesh au Rojava (Kurdistan occidental) a porté les Kurdes et leur lutte pour l’autonomie et la liberté au devant de la scène internationale comme jamais auparavant. Beaucoup d’attention a été accordée au concept du confédéralisme démocratique, à la bravoure des unité de protection féminines YPJ dans la lutte contre Daesh, aux institutions démocratiques en construction, à la création des Forces démocratiques syriennes, et au multiculturalisme. Mais un domaine qui a suscité beaucoup moins d’attention relative a été le pilier écologique du modèle démocratique qui naît au Rojava.
 
Des trois piliers du confédéralisme démocratique – la démocratie radicale, la libération des sexes et la durabilité écologique – je dirais que ce dernier est le plus crucial et qu’il jette les bases d’une société véritablement démocratique, inclusive et égalitaire. Une société ne peut être démocratique à l’égard des minorités ethno-religieuses ou véritablement progressiste sur le plan du genre si elle ne peut d’abord et avant tout démontrer un respect intégral et profond pour notre terre commune.
 
Les conséquences environnementales des aspirations libérationnistes des Kurdes ont été dévastatrices. Tout comme les régimes colonialistes en question ont utilisé la violence sexiste comme une forme de contrôle des aspirations politiques kurdes, la terre a attiré des politiques violentes similaires. C’est pourquoi la revitalisation de l’environnement, l’abandon conscient des méthodes capitalistes de l’agriculture et de l’élevage et l’adoption d’une approche écologiquement durable de la terre ont de multiples significations pour les Kurdes. La terre comme lieu de résistance, comme moyen d’auto-préservation politique et idéologique, comme symbole clair de l’alternative au fascisme de la mentalité étatiste moderne et de son anéantissement et effacement de la riche mosaïque culturelle existant sur son territoire. Pour cette raison, la marque de l’adhésion réelle du Rojava à la démocratie, en fin de compte, sera prouvée dans son respect et sa mise en œuvre de la durabilité écologique.
 
Pour les Kurdes, comme pour la plupart des peuples autochtones dépossédés et apatrides, le lien avec la terre et la protection de l’environnement a une identité, une signification historique et idéologique supplémentaire. Il est donc naturel que l’importance de la durabilité écologique ait émergé dans le contexte kurde dans le modèle actuel du confédéralisme démocratique en pratique au Rojava.
 
Chaque année, dans tout le Kurdistan, vous avez une combinaison de « calamités » étatiques : des bombardements de l’artillerie iranienne aux frappes aériennes turques, aux feux de forêt délibérés allumés par les forces militaires de ces régimes, au meurtre des animaux des pauvres kolbars kurdes vivant de la contrebande à travers les « frontières » du Kurdistan, aux milliers d’hectares de vergers, aux milliers d’animaux tués, aux oliviers et pistachiers arrachés à Kobane sous Daesh, aux dommages permanents des oliviers anciens à Afrin – les régions kurdes ont subi toute la gamme des violences fascistes. De plus, tout comme les Talibans ont détruit d’anciens temples bouddhistes de Bamiyan en Afghanistan et Daesh a détruit le site du patrimoine mondial de l’Unesco de Palmyre, y compris le temple de vieux de 2000 ans, un gouvernement turc islamo-fasciste a mis en œuvre le même modèle pour les terres et monuments kurdes, dont l’explosion du temple d’Hasankeyf au Nord Kurdistan (sud-est de la Turquie), qui a 12 000 ans d’histoire et celui d’Ain Dara à Afrin, qui a 3 000 ans. La même mentalité perverse a également vu des milliers de tombes kurdes bombardées et détruites par la Turquie.
 
Historiquement, la nature des mouvements de libération kurdes a été telle que l’environnement, des chaînes de montagnes de Zagros à Qandil, en passant par Halgord et Shaho, a servi de barrière naturelle contre les politiques oppressives imposées par les régimes de la région. Des Peshmergas au PKK, les montagnes et le terrain du Kurdistan ont été utilisés pour mener des attaques de guérilla et des guerres contre les régimes occupants. Mais c’est précisément pour cette raison que les montagnes et les vallées protectrices du Kurdistan ont également été la cible de politiques d’assimilation, de lutte contre l’insurrection et de nettoyage ethnique.
 
Dans les années 1980-1990 seulement, en Turquie et en Irak, plus de 10 000 villages kurdes ont été détruits, évacués sous la menace militaire et rasés. En Turquie, entre 1991 et 1995, plus de 5 000 villages ont été détruits dans l’intention de transformer fondamentalement la société et la culture kurdes et d’éliminer une importante base de soutien pour la guérilla du PKK. De même en Irak, le régime de Saddam a mis en œuvre la même politique de nettoyage ethnique au cours de sa célèbre campagne Al Anfal, ainsi qu’au cours de la guerre Iran-Irak de 1980-1988 dans laquelle les Kurdes d’Irak ont combattu son régime. Des milliers de villages ont été rasés et des centaines de milliers de personnes, y compris des non-Kurdes comme les Assyriens, ont été déplacées ou assassinées.
 
Ces politiques de destruction de l’environnement et de contrôle spatial ont été délibérées, systématiques et cohérentes dans les quatre régions du Kurdistan. La domination, le contrôle et le rasage méthodique du terrain naturel au Kurdistan implique une mentalité patriarcale, capitaliste et fasciste d’assimilation et de destruction de la culture, de l’identité et de l’histoire kurdes ainsi que de ceux qui partagent la terre avec eux. Il s’agit d’une tentative de sectionner le cordon ombilical essentiel entre les Kurdes et la terre, considéré comme fondamentalement lié aux idées kurdes de liberté, de démocratie et de coexistence collective. De même, malgré la guerre et les capacités militaires croissantes des régimes en question, les montagnes continuent de protéger les guérilleros affiliés au KCK (PKK, PYD, PJAK) et les forces peshmerga dans la région. Malgré les progrès de la technologie et de la guerre, le capitalisme n’a pas encore vaincu le terrain et les montagnes de la région et ils demeurent un important site de résistance, tant sur le plan physique que métaphorique. Tant qu’il y aura des montagnes, les Kurdes sauront qu’un refuge sûr est accessible.
 
C’est pourquoi la protection de l’environnement, l’investissement dans des pratiques écologiques et durables et l’adoption de cette mentalité comme partie intégrante de la liberté individuelle et collective devraient être un concept fondamental pour tous les Kurdes. Ce n’est pas seulement une autre forme de résistance, une autre forme d’autoprotection, de sécurité, mais aussi une autre forme de maintien de la continuité de la mosaïque des cultures kurdes. C’est aussi un rappel que la lutte contre les forces fascistes et la lutte pour la survie des opprimés et des opprimés peuvent être menées sur plusieurs fronts. Elle peut prendre la forme non seulement d’une autoprotection militaire, mais aussi de la formation d’institutions démocratiques de base et d’organisations de la société civile. Naturellement, cette protection ne peut pas impliquer une possession patriarcale et chauvine de la terre, mais plutôt une sensibilité organique, respectueuse, courageuse et révolutionnaire envers la terre partagée comme une représentation non seulement de l’amour de soi pour les opprimés, mais de l’amour communautaire et de la coexistence démocratique.
 
Auparavant, le Rojava avait subi des dommages écologiques dévastateurs sous le régime d’Assad, ce qui rend leur tentative de renaissance écologique d’autant plus remarquable. Sous la domination de Damas, des milliers d’hectares de forêts anciennes ont été coupés pour faire de la place aux entreprises d’Etat capitalistes en mettant en œuvre la production de blé. En conséquence, à ce jour, près de 70% de la production agricole syrienne provient des régions septentrionales englobant le Rojava. De même, au cours des années 1960 à 1980, une série de politiques d’arabisation et d’assimilation baasistes, de confiscations de terres et de remaniements ethniques ont eu lieu. Les ressources en eau ont été redirigées vers des zones dominées par les Arabes, tandis que les terres, les fermes, le bétail et les vergers ont été remis à des familles arabes transportées d’autres parties de la Syrie pour s’approprier les terres kurdes. De même, dans le cadre des politiques délibérées du régime, l’assainissement, l’urbanisme et les infrastructures nécessaires n’ont jamais été mis en place dans les régions du nord comme un moyen délibéré de maintenir le sous -développement économique et donc de contrôler les aspirations kurdes.
 
Compte tenu de cette histoire et de l’impact de la guerre sur Daesh, ainsi que des frappes aériennes et des bombardements continus de la Turquie autour des régions africaines, il était essentiel que la terre soit ravivée non seulement comme un symbole vivant de cette alternative, mais aussi comme un moyen d’assurer la sécurité alimentaire dans une région soumise à un embargo massif de la Turquie.
 
En conséquence, des dizaines de coopératives agricoles ont vu le jour, dont beaucoup sont dirigées par des femmes ou des villages. À Kobanê, sous l’égide de mon ONG Hevi Foundation en 2017, nous avons recueilli plus de 15 000 $ de dons qui ont été remis à la municipalité, qui a ensuite acheté des jeunes arbres cultivés localement pour les planter dans la ville. L’idée derrière ce projet était que chaque arbre représenterait un martyr dont le nom serait placé à côté de l’arbre. La famille du martyr serait responsable de l’entretien et de la croissance de l’arbre, de son arrosage, etc. Tout ce qui se faisait à Kobanê et au Rojava avait un sens idéologique significatif. La plantation des arbres représentait un lien entre la communauté, ceux qui avaient le plus sacrifié et la notion de libération ; une libération qui vivait physiquement et métaphoriquement à travers les jeunes arbres nouvellement plantés.
 
Cependant, l’élément écologique a toujours pris du recul à la lumière de la guerre et des invasions en cours dans la région du Rojava. Au milieu de l’année 2015, dans le cadre de notre travail sous l’égide du conseil de reconstruction de Kobanê, chargé de reconstruire la ville détruite, nous avons discuté de l’importance des panneaux solaires pour remédier au manque d’électricité, mais nous avons été limités par le manque de fonds, la fermeture des frontières et la nécessité de fixer des priorités. Le 26 décembre 2015, le barrage de Tishrine était libéré et nous avons finalement eu l’occasion de retourner l’électricité à la ville. Malgré les immenses dégâts subis par les lignes électriques, moins d’un mois plus tard, Kobanê avait l’électricité. Cependant, les barrages hydroélectriques sont fortement tributaires de l’eau en amont de la rivière, contrôlée par la Turquie. Utilisant l’eau comme une arme, la limitation délibérée du débit de l’Euphrate a été une politique régulièrement adoptée par le régime d’Erdogan.
 
La mise en œuvre du processus de durabilité écologique n’a pas non plus été facile ni harmonieuse. De l’absence d’assainissement causant des dommages massifs aux systèmes d’approvisionnement en eau, à la mauvaise gestion des déchets, à l’absence d’une mentalité de recyclage engagée – sans parler des installations – aux centaines de puits d’eau creusés et à leur impact sur le bassin, les problèmes écologiques restent considérables. De même, des centaines de chiens et de chats errants erraient dans les tas d’ordures et se déplaçaient en meute à l’intérieur des villes, causant d’autres problèmes d’hygiène et d’assainissement. Au début, beaucoup de ces animaux ont dû être abattus car beaucoup avaient survécu pendant la guerre contre les cadavres. Ces problèmes persistent non pas parce que le Rojava n’a pas une conscience écologique durable, mais plutôt parce que la région est en proie à des conditions de guerre, que la guerre avec DAESH se poursuit, que l’économie a été gravement endommagée par l’embargo et que des décisions difficiles doivent être prises quotidiennement en matière de ressources, d’expertise, de matériel et de fonds. En tant que tel, le soutien international, l’expertise et les dons sont essentiels pour aider le Rojava à porter ce fardeau.
 
Je me souviens de la première fois que j’ai vu du bétail à Kobanê fin 2015. Les moutons erraient sur la colline de Mishtanur, le son de leurs cloches retentissant mélodiquement au petit matin alors que le soleil se levait sur la ville libérée. Une partie de mon travail à la Commission de reconstruction de Kobanê consistait à documenter le processus de reconstruction ; pour moi, ce moment était tout aussi important que la reconstruction des écoles et des routes. J’ai pris des photos. Je me sentais émue, même si je voulais rire de moi-même pour avoir pris des photos d’une scène aussi ordinaire qu’un troupeau de moutons. Cela représentait vraiment le retour de la vie à Kobanê.
 
A l’époque, nous ne savions pas que le même sort attendait la région d’Afrin sous l’invasion turque, soutenue par Daesh, l’Armé syrienne libre (ASL) et d’autres djihadistes soutenus par Ankara (Al-Qaida / Al-Nosra, etc.). Des milliers d’hectares de forêts et de vergers ont été détruits. Les oliviers, qui étaient sacrés et représentaient le lien du peuple avec la terre, ont été coupés par milliers. Les militants écologistes internationaux sont restés en grande partie silencieux à ce sujet.
 
Pour nous, Kurdes, la préservation de l’environnement n’est pas seulement une préoccupation éthique comme c’est le cas dans la plupart des sociétés privilégiées. La destruction de l’environnement fait partie des crises existentialistes systématiques en cours liées à la perte de la culture, de la langue et de l’histoire. La plupart des Kurdes s’intéressent vivement à la durabilité de l’environnement et tout internationaliste désireux d’apporter son aide doit d’abord comprendre l’histoire complexe susmentionnée des Kurdes et leur lien avec la terre. Une fois cette compréhension acquise, la solidarité peut être réalisée plus efficacement et les connaissances peuvent être partagées de manière pédagogique par les deux parties. Après tout, la révolution écologique du Rojava est un exemple vivant d’un modèle alternatif qui doit survivre et prospérer, non seulement pour les Kurdes, mais pour le monde entier.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici