Patrice Franceschi : « Il y a des leçons à tirer d’Afrin »

0
1384

ROJAVA – AMUDÊ – L’écrivain français Patrice Franceschi a assisté à la deuxième journée du Forum international sur le changement démographique et le nettoyage ethnique à Afrin et a parlé de l’invasion turque à Afrin.

Franceschi a souligné que l’objectif premier à Afrin et dans d’autres parties du monde où des incidents similaires se produisent est de changer la structure démographique et a ajouté que l’Etat turc prend des mesures et développe des stratégies pour légitimer l’invasion et éviter une intervention des pouvoirs mondiaux.

L’écrivain français a déclaré : « L’Etat turc a voulu changer la structure démographique pour intimider les populations d’Afrin et leur faire baisser le moral, parce qu’ils n’ont pas réussi à démoraliser les combattants. »

Patrice Franceschi a déclaré que l’Etat turc avait perpétré des massacres pour ne laisser aucun témoin dans certaines zones : « Ils ont créé la peur et terrorisé les civils. Ces pratiques vont à l’encontre des droits de l’homme. »

Franceschi a déclaré que l’Etat turc utilisait l’affirmation selon laquelle il combat les gangs djihadistes pour éviter l’intervention étrangère et légitimer leurs attaques et a souligné que le régime d’Ankara avait obtenu le silence international par cette méthode.

Franceschi a déclaré : « Vous pouvez voir que personne de l’extérieur ne réagit à ces attaques. Je peux dire ceci au sujet de l’étendue de leur domination sur la région : La Turquie a intimidé à distance des civils pour qu’ils ne leur demandent pas de comptes, et a attaqué les civils qui se trouvaient à proximité par les gangs. »

L’écrivain français a déclaré que le régime d’Erdogan avait mené une « guerre diplomatique » avant l’invasion d’Afrin et a ajouté : « Le but de ces attaques était d’affaiblir le Rojava dans l’arène diplomatique. Autrement, l’invasion aurait été plus difficile à réaliser. « La Turquie a ainsi évité d’être également prise pour cible par l’OTAN, parce qu’elle en est membre. »

Franceschi a conclu en disant que l’État turc a des plans à long terme qui ne se limitent pas à Afrin seule et a mis en garde : « Il y a des leçons à tirer d’Afrin pour la protection de la région. »

 

Via ANF

 

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici