Du Rojava à la lutte Mapuche : Les graines révolutionnaires kurdes se propagent en Amérique latine

0
938
Depuis plusieurs années, les Kurdes sont à l’avant-garde d’une révolution au Kurdistan occidental (Rojava). Leur système alternatif au capitalisme a résonné dans le monde entier. Leur société est organisée selon le confédéralisme démocratique, une forme éthique d’organisation politique qui rassemble les idées du municipalisme libertaire, de l’écologie sociale et du féminisme.
 
En Amérique latine, l’un des endroits où la pensée du Rojava a pris racine est Wallmapu, le territoire ancestral du peuple mapuche, le plus grand groupe autochtone du Chili et de l’Argentine. Les Mapuches luttent depuis des siècles contre la répression, les déplacements et la dépossession de leur territoire et de leurs terres.
 
Le peuple mapuche, inspiré par la lutte kurde – et en particulier le mouvement pour la liberté des femmes kurdes – a été motivé à travailler avec divers groupes chiliens pour former, par exemple, le Comité de solidarité avec le Kurdistan, la Región Chilena y Wallmapu (Comité de solidarité avec le Kurdistan, le Chili et la région wallmapu).
 
Ce comité est une plateforme de communication qui diffuse des informations sur la lutte kurde et s’efforce d’apporter son modèle d’organisation sur le territoire chilien et mapuche. Pendant ce temps, en Argentine, pays qui nie également au peuple mapuche son droit à l’autodétermination, des gens de gauche et des féministes se sont rendus au Kurdistan et ont écrit des livres sur leurs expériences avec le système politique alternatif en construction dans cette région.
 
Le Rojava est la région kurde située au nord de la Syrie où les gens développent ce qui pourrait être l’une des révolutions les plus importantes de l’histoire. Au milieu d’une répression militaire maintenue par le gouvernement turc et syrien et l’Etat islamique, des femmes et des hommes kurdes luttent ensemble pour leur liberté et celle de leur peuple.
 
Les populations autochtones des montagnes du nord du Moyen-Orient – les Kurdes – participent actuellement à une lutte armée pour protéger une partie du territoire qui leur reste dans les régions de Kobanê, Jazira et Afrin. Cette dernière région a récemment été occupée par les forces militaires de l’Etat turc et les Kurdes tentent de la récupérer.
 
Au milieu de cette résistance, les Kurdes créent un nouveau système politique, social et économique appelé confédéralisme démocratique, qui repose sur la liberté des femmes et la construction d’une démocratie directe.
 
Il s’agit d’un projet de démocratisation radicale de la société, qui propose, comme le dit leur chef Abdullah Ocalan dans son livre Confédéralisme démocratique, « l’auto-administration politique, dans laquelle tous les groupes de la société et toutes les identités culturelles s’expriment dans des réunions locales, des conventions générales, des conseils. Une telle démocratie ouvre un espace politique à toutes les couches sociales et permet à divers groupes politiques de s’exprimer. »
 
Tout comme le Kurdistan s’est vu refuser son existence et a été contraint d’être divisé entre les frontières territoriales de la Turquie, de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie, le territoire ancestral du peuple mapuche colonisé par les États du Chili et de l’Argentine l’est aussi. Aujourd’hui, seulement 5% de ce territoire est officiellement reconnu comme territoire mapuche au Chili. La plus grande partie de Wallmapu est sous le contrôle de familles riches, de l’État ou de sociétés qui extraient les ressources naturelles de la région.
 
Ce mépris contemporain du droit à l’autodétermination des Mapuches n’est pas nouveau. Depuis la colonisation espagnole, le peuple mapuche a connu la migration forcée et la dislocation territoriale par d’innombrables actes oppressifs et injustes perpétrés par l’État chilien. Tout comme les Kurdes sur leurs terres, les Mapuches ont été témoins de la dépossession de leurs terres sous la violence de la police nationale et des militaires. Comme des enfants kurdes, des enfants mapuches ont été abattus et tués par la police.
 
Le peuple mapuche s’est probablement aussi senti solidaire lorsqu’en 2015, Sur, Cizre et d’autres régions kurdes du sud-est de la Turquie étaient sous couvre-feu militaire. L’Araucanie, la région qui compte le plus grand nombre de Mapuches, est aussi celle qui a la plus forte présence de forces militaires.
 
Ce groupe autochtone se bat actuellement pour ses droits et ses terres, mais aucun des gouvernements n’a reconnu son autonomie. En 1973, sous le régime d’Augusto Pinochet qui a duré de 1973 à 1990, les Mapuches qui étaient contre le régime ont été torturés, exilés ou ont disparu de force. La terre mapuche subit actuellement une remilitarisation sous la présidence de droite de Piñera.
 
Les luttes mapuche et kurde, bien qu’elles se déroulent sur deux continents et dans des cultures complètement différentes, sont plus liées que beaucoup ne le pensent. Les deux groupes sont des peuples autochtones qui revendiquent le droit à l’autodétermination et luttent pour protéger leurs terres ancestrales et contrôler leurs propres ressources face à la violence de l’État. Ils sont aussi, par conséquent, les victimes de ce que l’on appelle la « guerre contre le terrorisme », lancée par les États-Unis.
 
Pour l’Etat turc et les autres pays qui soutiennent le président turc oppressif Erdogan, le mouvement kurde est un mouvement terroriste parce qu’il s’oppose à l’Etat par une lutte armée, même si leur lutte armée a été déclarée en réponse à la violence implacable de l’Etat contre le peuple kurde (il y a des décennies, ils ne pouvaient même pas parler leur propre langue).
 
En effet, les seuls Kurdes soutenus par l’Etat turc sont ceux qui renoncent à leur propre identité : ceux qui s’opposent au mouvement pour la liberté et soutiennent Erdogan. En Turquie, même les personnes qui critiquent sur les réseaux sociaux l’invasion par la Turquie d’un territoire kurdes en Syrie peuvent être accusées d’être des terroristes. Ceux qui soutiennent Erdogan, cependant, ne sont pas considérés comme des terroristes.
 
Cette situation est similaire à celle des Mapuches du Sud. Depuis la colonisation, les Mapuches ont été divisés en au moins trois groupes : ceux qui sont prêts à abandonner leur patrimoine si cela signifie éviter la discrimination et le racisme continus à leur égard, ceux qui sont apathiques et ceux qui continuent à parler leur langue (les Mapuches étaient également interdits de parler leur langue) et/ou participent activement aux organisations politiques et sociales pour récupérer leurs terres et leur autonomie.
 
C’est ce dernier groupe, tout comme leurs homologues kurdes, qui a attiré l’attention de l’État. L’existence de personnes qui défendent l’identité mapuche a provoqué la militarisation des territoires où vivent non seulement plus de Mapuches, mais où ils sont plus politisés. Pour les criminaliser, l’État a élaboré une loi spécifique : La Loi antiterroriste, qui a été créée sous la dictature de Pinochet pour arrêter, torturer ou accuser les militants qui étaient contre son régime. Depuis la fin de la dictature, cette loi a été utilisée pour mettre les Mapuches politisés en prison ou même les condamner à mort.
 
Il n’y a pas si longtemps, il y a eu le cas de Machi Francisco Linconao, un guérisseur, figure d’autorité et ancien de la communauté mapuche qui a été accusé par l’État après la mort dans un incendie du riche couple Lucksinger-Mackay. Ce couple vivait au milieu d’une région qui concentre la plus forte population mapuche. Leur famille et eux sont propriétaires de nombreuses entreprises et sont bien connus pour être l’une des familles les plus riches du Chili.
 
Machi Linconao a été mise en prison après que deux agents aient placé de fausses preuves dans sa maison pour l’accuser de ce meurtre. Linconao, comme beaucoup le pensent, était probablement puni pour ce pour quoi il était connu : la défense de la terre mapuche. Après une grève de la faim et la solidarité politique de tout le pays, il a été libéré et l’État a finalement reconnu que les « preuves » utilisées pour l’inculper étaient fausses.
 
Les Mapuches et les militants chiliens ont créé le Comité de solidarité avec le Kurdistan, le Chili et la région de Wallmapu pour contester collectivement cette criminalisation des mouvements populaires au Kurdistan et au Chili.
 
Lua Montiel, membre de cette commission, a déclaré qu’elle travaillait « à la diffusion du projet politique kurde et du mouvement pour la liberté des femmes qui en est à la base. » Le groupe organise notamment des cours d’autoformation pour les membres du comité et des ateliers publics sur le confédéralisme démocratique.
 
Les femmes créent des rencontres pour parler de Jineoloji, qui est « la création d’un paradigme féminin ». Jineoloji était un concept issu de la lutte pour la liberté des femmes kurdes et qui vise à donner, selon Montiel, « l’accès des femmes et de la société à la science et au savoir » et à renforcer les liens entre les deux.
 
Le concept de Jineoloji est particulièrement intéressant pour les femmes du Chili, d’Argentine et d’autres pays d’Amérique latine, car, explique Montiel, « il nous aide à surmonter le féminisme occidental et colonial, et à connaître une nouvelle expérience des luttes des femmes, encore plus dans le contexte de guerre auquel elles font face. »
 
De même, en Argentine, plusieurs personnes soutiennent le mouvement kurde de défense de la liberté et travaillent en coopération avec d’autres comités pour diffuser les idées du mouvement et les amener en Amérique latine. Par exemple, ce comité a organisé le lancement du livre Mujeres de Kurdistán, La Revolución de las Hijas del Sol (Les femmes du Kurdistan, la révolution des filles du soleil) écrit par les auteurs argentins Rom Vaquero Díaz et Leandro Albani.
 
En Amérique latine, les gens veulent non seulement apprendre de l’expérience kurde, mais aussi apporter cette façon d’organiser au Chili et au peuple mapuche à travers des ateliers, des éditoriaux et de nouvelles stratégies d’organisation.
 
Comme l’a dit Nahuel Valenzuela, membre du comité chilien-mapuche, ce groupe « était considéré comme un vaste espace de gauche qui cherchait à ajouter des individualités ainsi que des collectifs d’un large éventail, en particulier ceux des zones anarchistes et des tendances révolutionnaires et socialistes. »
 
La graine kurde s’est déjà répandue à travers l’Amérique latine et s’enracine parmi les militants qui sont désireux de collaborer. Comme l’Armée Zapatiste de Libération Nationale, la lutte kurde a inspiré la formation de nouveaux groupes, comités, organisations et personnes qui partagent des expériences similaires, et tous semblent se joindre à ce qui est juste un combat : la lutte pour notre vraie liberté.
 
Pilar Villanueva, militante féministe et rédactrice en chef du magazine Zanganos.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici