À la mémoire de l’avocat kurde & défenseur des droits humains Tahir Elçi

0
945
TURQUIE / BAKUR – AMED – L’association du barreau de Diyarbakir (Amed) a préparé un programme de commémoration à l’occasion du troisième anniversaire de l’assassinat de son président, Tahir Elçi.
 
Tahir Elçi, avocat kurde et défenseur des droits de l’Homme, a été assassiné d’une balle dans la tête le 28 novembre. Il avait appelé à la fin des violences entre l’armée turque et la résistance kurde lors d’une réunion publique tenue à côté du « Minaret aux quatre piliers » de la mosquée Sheikh Matar, à Sur. Il tenait une conférence de presse quand il a été tué.
 
Le 28 novembre, les avocats et les citoyens se réuniront devant le palais de justice de Diyarbakır et le tribunal de Diyarbakır et se dirigeront vers le minaret aux quatre piliers de Sur où, à 10 h 53, une cérémonie commémorative aura lieu à l’heure exacte et à l’endroit où Elçi a été tué.
 
A 14 heures, il y aura une visite à la tombe d’Elçi au cimetière de Yeniköy.
 
À la Maison baroque, à 15h30, «l’exposition de photographies sur les droits de l’Homme Tahir Elçi» sera ouverte, tandis que le documentaire «Tahir Elçi O An» sera projeté.
 
Le programme de commémoration se poursuivra le 29 novembre dans la forêt commémorative Tahir Elçi, où des semences seront plantées.
 
Le réalisateur Özcan Alper présentera son court métrage «Au milieu des ruines».
 
Le même jour à 17 heures à la maison Baro, une réunion intitulée « Les avocats parlent de Tahir Elçi ».
 
Vendredi 30 novembre à 14 h 30, Mehmet Atli, coprésident de la Chambre des architectes de Diyarbakir Serefhan Aydin et de l’avocat Nuran Özdoğan du barreau d’Amed, participeront à une table ronde présidée par le président de l’Association du barreau de Diyarbakir, Cihan Aydin.
 
Qui était Tahir Elçi
 
Le 28 novembre 2015, Tahir Elçi, avocat kurde et défenseur des droits de l’Homme, a été tué d’une balle dans la tête alors qu’il appelait à la fin des violences lors d’une réunion publique tenue à côté du « Minaret aux quatre piliers » du Sheikh Matar. Mosquée de Diyarbakir. « La situation est très mauvaise, mais j’ai bien peur que ce soit pire », avait-il déclaré lors d’une de ses dernières interviews.
 
Dans son discours du 28 novembre, il a appelé au retour des négociations de paix entre le gouvernement turc et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
 
Ses dernières paroles avant son assassinat étaient les suivantes: « Nous ne voulons pas d’affrontements, d’armes et d’opérations dans ce lieu ancien. »
 
Avocat actif dans le domaine des droits de l’homme depuis les années 1990, Elçi (né en 1966) présidait le barreau de Diyarbakır et avait joué un rôle crucial dans les enquêtes relatives aux violations commises par l’État turc dans les régions kurdes.
 
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici