Pourquoi le 25 novembre est la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes ?

0
702
La violence à l’égard des femmes est considérée comme l’une des formes les plus graves de violence dans le monde. La violence contre les femmes est devenue un phénomène avec la domination du pouvoir masculin et son incarnation dans le système mondial. Cela reflète le vrai visage de l’anéantissement de la société par tous ses effets dans l’histoire de la société humaine.
 
Les Nations Unies ont annoncé le 25 novembre de chaque année Journée mondiale de lutte contre les violence violences faites aux femmes après l’assassinat des trois sœurs Mirabal en République dominicaine par Trujillo, contre lequel les trois sœurs s’étaient révoltées contre son pouvoir et son autorité.
 
La violence est considérée comme un moyen de domination masculine dont dépendent les femmes, la coercition et le déni, caractérisé par diverses formes de discrimination, d’oppression et d’agression, découlant du contrôle de l’autorité des hommes dans la société, qui prend diverses formes de dommages psychologiques et physiques.
 
La violence à l’égard des femmes varie de la violence individuelle verbale et physique à l’abus direct et indirect des femmes, entre la violence collective perpétrée par un groupe de personnes sur la base d’une identité ethnique, sectaire ou culturelle, caractérisée par le mépris, l’exclusion ou la liquidation, et la violence officielle (violence du pouvoir), qui se traduit par une violence politique envers l’opposition et les classes sociales générales mais toutes sortes de violence découlent de la pensée masculine de l’État nation.
 
Les femmes peuvent être exposées à diverses formes de violence physique et psychologique, sexuelle, spirituelle, communautaire et verbale. L’une des méthodes les plus courantes des femmes dans notre société est la violence sexuelle, psychologique et verbale, à commencer par les menaces, les coups de poing, les coups ou l’utilisation de moyens et d’outils nuisibles ainsi que des méthodes de violence physique qui peuvent entraîner directement la mort comme les brûlures, les tentatives de suffocation, les empoisonnements et les autres actes de même nature.
 
Les femmes sont les plus touchées par la violence
 
Depuis le début de la crise syrienne, les femmes ont souffert de tragédies majeures. Et les femmes ont été considérablement matraquées par la violence horrible pratiquée par le système mondial masculin contre les femmes dans la société syrienne, et les mercenaires qui n’ont pas cessé leurs attaques et pratiques contre les femmes. Selon les statistiques des organisations de défense des droits de l’homme annoncées au début de la crise, 10 000 femmes ont été tuées depuis le début de la crise à la suite de bombardements et d’exécutions massives ou par la torture, dont 3 614 enfants et plus de 461 ont été assassinés, 29 ont perdu la vie sous la torture et 1 million sont des femmes syriennes réfugiées dans les pays voisins.
 
Le nombre de femmes qui ont été exposées à la violence a encore été exacerbé par les attaques de bandes de mercenaires et le système masculin, qui tente d’anéantir la liberté des femmes dans de nombreuses zones syriennes, en particulier les zones sous domination des forces d’occupation turques notamment le meurtre de la jeune femme Rasha Basis où la scène du crime a été publiée sur les réseaux sociaux en octobre dernier.
 
Des centaines de femmes, comme Rasha Bessis, souffrent encore de la violence des pratiques d’occupation en l’absence de morale et de lois. La raison de la domination de la masculinité et l’exercice d’un système d’autorité systématique dans lequel les femmes ont perdu leurs droits les plus fondamentaux.
 
L’héritage des sœurs Mirabal
 
L’histoire se répète avec l’assassinat brutal, en 1960, de trois sœurs, Patricia, Maria et Antonia, qui ont décidé de ne pas garder le silence sur l’injustice. Et résister face au dictateur. Elles ont laissé derrière elles un héritage. La domination absolue du pays par le dictateur de la République dominicaine, Rafael Trujillo (1930-1961) Par son alliance secrète avec l’Eglise, les aristocrates et la presse, avec son administration de l’autorité militaire policière. Est-ce l’étincelle qui a réveillé les sœurs Mirabal ?
 
Les trois sœurs ont été brutalement assassinées par des assaillants inconnus le 25 novembre et plus tard, on a su que le dirigeant dominicain Rovail Trujillo était derrière l’assassinat. L’assassinat a porté un coup au régime de Trujillo. En commémoration de cette occasion, l’Assemblée générale des Nations Unies a consacré le 25 novembre, depuis 1999, à la Journée mondiale de la lutte contre la violence à l’égard des femmes. L’organisation recommande à toutes les organisations officielles et non gouvernementales et aux médias du monde entier de promouvoir la culture de l’élimination de la violence contre les femmes.
 
Journée mondiale pour l’élimination des violences faites aux femmes et la réalité
 
Le 25 novembre, l’Assemblée générale a proclamé la Journée mondiale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et a invité les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales à organiser ce jour-là des activités de sensibilisation à cette question majeure (résolution 54/134 du 17 décembre 1999)
 
Les militantes ont marqué le 25 novembre comme une journée contre la violence depuis 1981, depuis l’assassinat brutal en 1961 des trois sœurs Mirabal, qui étaient des militantes politiques en République dominicaine en 1936.
 
Malgré les développements majeurs dont les femmes ont été témoins dans le monde entier depuis lors, les femmes continuent d’être victimes de violence. Il existe des chartes internationales qui montrent qu’une femme sur trois dans le monde est victime de violence. (…)
Et les années passent encore, des millions de femmes sont violées par leurs parents, amis, étrangers, employeurs, collègues ou des groupes armés, si ce n’est par les forces armées des Etats lors de conflits, comme on le voit au Kurdistan sous occupation.
 
Via ANHA
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici