Les enfants réfugiés d’Afrin scolarisés malgré l’exil & la guerre

0
229
ROJAVA – SHEHBA – Dans le canton de Shehba, 13 610 étudiants de Shehba et d’Afrin assistent aux cours. Les leçons ont lieu dans des maisons et des écoles détruites et temporairement reconstruites.
 
À la suite des attaques de l’occupation turque contre Afrin par l’occupation à partir du 20 janvier 2018, une grande partie de la population du canton a commencé à s’enfuir dans la région de Shehba. La population du canton de Shehba a plus que doublé avec l’exode d’Afrin. Le Comité de l’éducation pour une société démocratique (CPK-D) a commencé fin août à préparer la formation du nombre considérablement accru d’étudiants.
 
Après avoir terminé les préparatifs de l’année scolaire 2018-2019, le 15 septembre, 81 écoles primaires, secondaires et secondaires ont été ouverts pour les élèves d’Afrin et de Shehba. 64 de ces écoles sont des écoles élémentaires fréquentées par 11 728 élèves. Dix autres écoles sont des écoles secondaires où 1017 élèves sont enseignés. En outre, 465 étudiants sont en train d’être formés dans sept écoles préparatoires.
 
Dans le même temps, 1015 étudiants suivent des cours dans les camps d’Afrin, Berxwedan et Serdem. Au total, 977 enseignants travaillent dans les écoles.
 
Éducation multilingue
 
Dans les trois types d’écoles, les élèves suivent des cours de mathématiques, de sciences, d’histoire, de géographie, de physique, de chimie, de moralité, de culture et de musique. L’école préparatoire enseigne également la sociologie et la jinéologie (science de la femme). Le multilinguisme est l’un des fondements de l’éducation. Ainsi, les étudiants apprennent en kurde, en arabe, en anglais et en français. Des manuels scolaires et du matériel scolaire ont déjà été distribués aux 11 728 élèves du primaire. La distribution de matériel pédagogique aux niveaux secondaire et préparatoire est toujours en cours.
 
Maisons converties en écoles
 
En raison des combats dans la région, il ne reste que les ruines des nombreuses écoles du canton de Shehba. Afin de continuer à enseigner, le CPK-D a transformé certaines maisons en écoles.
 
Comités d’étudiants
 
Par ailleurs, les comités d’élèves travaillent dans des établissements d’enseignement secondaire et des établissements d’enseignement secondaire préparatoire afin que les élèves eux-mêmes puissent exprimer leurs intérêts et leurs besoins.
 
L’étudiante Heyfa Haşim, dont l’école a été réduite à néant par les attaques de l’armée turque, a déclaré : « L’important, c’est que nous puissions apprendre. L’endroit n’est pas important du tout. Même si nous allions continuer à apprendre sous un arbre. Nous recevons nos leçons de livres préparés dans notre langue maternelle, ce qui nous permet de résister à l’anéantissement culturel de l’occupation turque. »
 
Fayza Al-Salim, âgée de 10 ans, déclare qu’elle et sa famille ont dû quitter Alep à cause de la guerre et sont allées à Afrin. À cause des attaques, ils ont également dû quitter Afrin et se réfugier à Shehba. En fait, elle devrait maintenant être en quatrième année, mais à cause de la guerre, elle ne visite plus que la deuxième classe. Elle déclare : « Nous apprenons l’arabe, les lettres et les mots. Nous apprenons aussi les mathématiques. Nos professeurs nous aident et facilitent notre compréhension. »
 
Sêrîn Silêman, de l’administration du CPK-D, a déclaré que l’objectif de son travail était de permettre aux étudiants de poursuivre leurs études et de les tenir à l’écart des effets de la guerre.
 
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici