Kobanê : Vivante et en lutte

0
684
ROJAVA – KOBANÊ – Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de Kobanê. Une façon de comprendre comment Kobanê a repris vie après sa libération par les YPG et les YPJ, en janvier 2015, est de vérifier le nombre de projets développés et mis en œuvre dans la ville et ses villages par l’administration autonome de la municipalité et du canton de Kobanê.
 
La plupart des travaux sont réalisés par l’Administration autonome elle-même, mais d’importants projets sont mis en œuvre grâce à la solidarité concrète et directe des institutions et organisations de différents pays.
 
A l’automne 2014, le canton de Kobanê a été attaqué par l’organisation terroriste de l’Etat islamique (DAESH) qui a réussi à s’emparer de tout le canton, à l’exception de certaines parties de la ville de Kobanê.
 
Toute la population de Kobanê a dû être évacuée. Bien que les Forces de défense du peuple (YPG) et les Forces de défense des femmes (YPJ) aient réussi à libérer le canton au printemps 2015 avec le soutien des forces alliées, la plupart des infrastructures du canton ont été détruites.
 
DAESH a piégé, pillé ou détruit la plupart des infrastructures lors de son retrait, tels que des silos à grain, des stations d’eau, des ponts, des routes, des écoles et des hôpitaux.
 
Jusqu’à 80% de la ville de Kobanê était en ruines, tout comme de nombreux villages cantonaux environnants.
 
La ville libérée est revenue à la vie
 
Depuis sa libération, plus de 350.000 personnes sont retournées dans les villes et villages de Kobanê, malgré les graves pénuries.
 
Outre sa propre population, le canton, tout en luttant pour se reconstruire, a accueilli un grand nombre de personnes déplacées d’autres régions de Syrie, notamment des villes voisines de Manbij et Raqqa, et plus récemment d’Afrin.
 
Le retour constant de la population est étroitement lié à la capacité et à la visibilité du processus de reconstruction par le Comité de reconstruction de Kobanê, en collaboration avec le Canton et la Municipalité, ce qui a généré un haut degré de confiance dans la communauté.
 
Le canton compte environ 450 villages et une population de 400.000 habitants avant le début de la guerre civile syrienne.
 
Le canton de Kobanê fait partie de la Fédération démocratique de la Syrie du Nord et est actuellement la zone la plus sûre et la plus stable de Syrie, tant sur le plan politique que militaire.
 
L’eau est l’un des principaux problèmes
 
L’un des principaux problèmes que connaît le canton est le manque ou la difficulté d’accès à l’eau.
 
Le projet Av, Jiyan, Azadi (eau, vie, liberté) a été un succès pour la municipalité de Kobanê.
 
Grâce au soutien de l’Arc du Comité Territorial de Florence, l’Office de l’eau de la municipalité de Kobanê a pu rééquiper deux importants puits du village avec de nouvelles pompes modernes et augmenter la disponibilité de l’eau dans la ville de Kobanê en installant une nouvelle pompe à eau dans la station de pompage Shyokh (Shegler).
 
Ce projet montre comment une solidarité concrète sur une question spécifique peut réellement faire une énorme différence dans la vie des gens.
 
Au total, 1 825 ménages ont (re)obtenu l’accès à l’eau grâce au réseau d’eau desservi par les trois stations de pompage réparées grâce à ce projet.
 
Avec une moyenne locale de 6 personnes par ménage, cela signifie qu’environ 10.950 personnes ont maintenant accès à l’eau dans leur propre maison.
 
Le projet Av, Jiyan, Azadi a été créé dans le but d’améliorer les conditions socio-économiques de la population du nord de la Syrie » à travers une série d’activités qui visent à contribuer à l’approvisionnement en eau de trois villages du canton de Kobanê et aux systèmes d’irrigation efficaces du canton de Kobanê.
 
Projets concrets : Eau, Vie, Liberté
 
Dans sa première phase, ces résultats devaient être atteints grâce à la réparation de deux pompes à eau dans les villages de Sheran et Alisar, et à l’installation de deux pompes à eau à Shegler (connues sous le nom de Shyokh en arabe).
 
L’amélioration de l’accès à l’eau pour les nouveaux ménages, ainsi que la fiabilité accrue et l’augmentation du nombre d’heures de disponibilité de l’eau pour les ménages qui étaient déjà raccordés aux trois réseaux d’eau, amélioreront considérablement le bien-être des populations non seulement en termes de santé et d’hygiène, mais aussi en termes d’augmentation des moyens de subsistance, notamment l’agriculture vivrière.
 
Les gens pourront dépenser moins de temps et d’argent pour apporter de l’eau chez eux à partir d’autres endroits, et la disponibilité croissante de l’eau à long terme permettra à de plus en plus de gens de retourner chez eux dans les villes et à la campagne de Kobanê, depuis les camps de réfugiés en Syrie et ailleurs.
 
En ce qui concerne la poursuite de la réparation de l’infrastructure hydraulique du canton de Kobanê, chaque commune du canton est responsable de l’entretien de ses pompes et canalisations. Avec une taxe d’eau de 1,00 dollar (500 livres syriennes) par mois par ménage, les réparations de base et l’entretien sont couverts.
 
Source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici