Appel à l’Europe pour 800 membres occidentaux de Daesh arrêtés par les Kurdes

0
507
BELGIQUE – BRUXELLES – Aujourd’hui, une conférence de presse a eu lieu à Bruxelles, concernant les membres de l’Etat islamique et leurs proches arrêtés au Rojava et dans le nord et l’est de la Syrie.
 

La conférence sur les membres étrangers de Daesh et de leur famille arrêtés en Syrie a mis en lumière le rôle de l’Europe.

La conférence a été organisée par Abdulkerim Omer, coprésident du Conseil cantonal des relations extérieures du canton de Cizire, et l’Institut kurde de Bruxelles au sein du Club européen de la presse.

Gerrit Loots, professeur de psychologie clinique à l’Université libre de Bruxelles, et Philippe Vansteenkiste, président de V-Europe (une ONG qui défend les victimes du terrorisme en Belgique) ont assisté à la conférence aux côtés d’Omer. Loots et Vansteenkiste avaient récemment visité Rojava et fait des observations in situ.

Les orateurs ont déclaré que les gouvernements européens étaient responsables de la sécurité et de l’avenir des enfants des membres de l’Etat islamique dans le nord de la Syrie, et ont ajouté que les citoyens européens membres de l’Etat islamique devaient être jugés et condamnés dans leur propre pays.
 
LES ATTAQUES TURQUES SONT UN SOUTIEN FLAGRANT A DAESH
 
Omer a déclaré que l’armée turque avait pris pour cible la région de Kobanê le 27 octobre alors que les forces démocratiques syriennes (FDS) avaient lancé une opération contre les dernières poches de l’Etat islamique dans la campagne de Deir ez-Zor, ajoutant que cela « constituait un soutien flagrant à l’Etat islamique ».
 
Omer a déclaré que l’Etat turc avait attaqué Kobanê et Gire Spî dans les jours qui ont suivi l’opération de Deir ez-Zor, ajoutant que Kobanê était de nouveau attaquée.
 
Omer a également souligné que l’attaque avait eu lieu un jour après le sommet à quatre de Istanbul.
 
«Nous condamnons ces attaques et demandons à la communauté internationale, la coalition internationale en particulier, de prendre la parole», a déclaré Omer, avant de parler des membres de gangs et de leurs familles arrêtés dans le nord et de l’est de la Syrie.
 
TERRITOIRES LIBÉRÉES PAR LES FORCES DÉMOCRATIQUES SYRIENNES
 
Omer a souligné les opérations des FDS et a déclaré : « La campagne militaire, lancée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) en coordination avec la coalition internationale, a permis de libérer de vastes étendues de terres dans le nord et l’est de la Syrie. On estime qu’environ 30% de la superficie totale de la Syrie a été libérée du terrorisme de l’État islamique. »
 
Omer a ajouté que la lutte contre le terrorisme Daesh se poursuivait et a souligné que celui-ci constituait toujours une menace pour le monde libre et les valeurs humaines communes.
 
« Les sacrifices consentis par nos forces pour vaincre le terrorisme au nom de toute l’humanité étaient lourds », a déclaré Omer, ajoutant : « 8 000 hommes et femmes sont tombés alors qu’ils combattaient le terrorisme et près de 5 000 sont atteints d’une invalidité physique permanente. L’Etat islamique a détruit des villes et des villages entiers et déplacé des milliers de leurs résidents, qui vivent maintenant dans des camps dépourvus de services de base. »
 
Omer a souligné que seule une Syrie nouvelle et démocratique pouvait arrêter des gangs tels que l’Etat islamique.
 
790 MEMBRES DE DAESH ORIGINAIRES DE 46 PAYS ARRÊTÉS
 
Omer a déclaré que des membres de l’Etat islamique originaires de 46 pays différents avaient été capturés dans la guerre en cours et a fourni des informations sur le nombre de membres de gangs et de leurs familles.
 
Omer a déclaré que 790 membres de l’Etat islamique, 584 femmes et 1 248 enfants avaient été capturés à ce jour et a ajouté que les femmes et les enfants restaient dans les camps de réfugiés d’Al-Hawl, Roj et Ayn Isa.
 
« Le nombre de terroristes et de leurs familles est toujours en augmentation en raison de la campagne en cours à Deir ez-Zor », a déclaré Omer, ajoutant que près de 5 000 combattants de l’Etat islamique seraient toujours dans les environs de Hajin et de sa périphérie, le dernier bastion de Daesh.
 
Les personnes arrêtées posent problèmes dus aux attaques turques
 
Omer a déclaré que les membres de gangs arrêtés posaient un problème important et constituaient une menace pour eux. Il a ajouté que les membres de Daesh arrêtés avaient la possibilité de fuir en raison des attaques de l’État turc, ils pourraient également constituer une menace pour l’Europe.
 
Omer a déclaré que la communauté internationale devait assumer la responsabilité des familles et des enfants des membres de daesh et a ajouté que cette question leur faisait peser un lourd fardeau. Omer a souligné que les membres des gangs capturés devraient également être jugés et condamnés dans leurs propres pays.
 
AUCUN PAYS EUROPÉEN NE SE MANIFESTE
 
Omer a ajouté qu’ils dialoguaient avec la coalition internationale mais qu’ils n’avaient reçu aucun soutien en la matière. Omer a également demandé aux médias européens de se saisir de la question et de faire pression sur les gouvernements.
 
Omer a souligné qu’il y avait des citoyens de tous les pays européens parmi les membres de Daesh arrêtés : « Mais aucun pays européen n’a fait appel. De même, aucun des pays de la coalition avec lesquels nous formons une alliance n’a lancé d’initiative. » Omer a ajouté que certains membres de l’Etat islamique avaient été livrés à la Russie et que la Belgique avait également envoyé un courrier électronique pour obtenir des informations sur les enfants.
 
Omer a déclaré que le nombre de membres de Daesh de chaque pays ne peut pas être rendu public pour des raisons de sécurité.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici