La fête de la grenade : une tradition kurde ancestrale

0
1859
ROJHILAT / IRAN – Le yarsanisme est l’une des plus anciennes croyances religieuses syncrétiques au Kurdistan.
 
La philosophie yarsane est étroitement liée à la foi et à la philosophie des Alévis. C’est une croyance basée sur la nature, la société, les lois et traditions sociales.
 
Pour montrer leur respect et leur proximité avec la nature et la société, les Yarsans, qui célèbrent toutes les saisons, célèbrent les produits de la nature qu’ils ont obtenus au cours de ces fêtes.
 
Pour les Yarsans, l’automne signifie le Festival de la Grenade. La grenade est l’un des derniers fruits à mûrir. Les Yarsans saluent avec ce festival la première partie de l’année tout en accueillant la seconde partie.
 
Le festival de la grenade, qui est célébré chaque année à la fin du mois d’octobre, a commencé lundi et durera trois jours pour se terminer mercredi.
 
Xawenkar
 
La fête de la grenade commence par une cérémonie religieuse et se déroule dans une ambiance festive. Le festival de la grenade s’appelle Ayinê Yari.
 
Ayinê Yari signifie cérémonie de fraternité. Les fleurs, les légumes, les produits sont issus de la nature dans toutes leurs couleurs. Par conséquent, toutes les cérémonies et fêtes sacrées tirent leur nom de la nature, des produits offerts par la nature à la société.
 
Le festival de la grenade, qui dure trois jours, prend le nom de Xawenkar.
 
Selon la croyance des Yarsans, le sultan Sahak et ses amis auraient été bloqués dans la grotte de Mireno à Shinawa, Halabja. Après trois jours, les amis se sont libérés et se sont retrouvés chez une pauvre femme. Elle n’a qu’un coq mais le partage avec bonheur avec le sultan Sahak et ses amis.
 
Cet événement a eu lieu il y a environ 700 ans. Depuis lors, la fête de Xawenkar est célébrée avec de la viande rôtie et du riz. La fête de Xawenkar est célébrée en tant que fête de la victoire et du salut pour le sultan Sahak et ses amis.
 
Après la présentation de la nourriture et des grenades, des prières yarsans sont lues.
 
Une fois la nourriture mangée et les grenades offertes, les groupes de tambourins, composés de centaines de personnes, commencent à jouer du tambour, symbole sacré du yarsanisme.
 
La fête de Xawenkar est célébrée sur la tombe de Bābā Yādgār, l’un des Pir (chef religieux) des Yarsans, dans la province de Kermanshah.
 
Un autre sanctuaire important est celui du sultan Suhak à Sheykhan, près du pont Perdīvar, également dans la province de Kermanshah.
 
Une croyance ancienne
 
Les Yarsans suivent les enseignements mystiques du sultan Sahak. Sahak a fondé la religion syncrétique à la fin du 14ème siècle dans l’ouest de l’Iran. Le nombre total de Yarsans est estimé à environ 2 000 000 ou 3 000 000.
 
Du point de vue des Yarsans, l’univers est composé de deux mondes distincts mais interdépendants: l’intérieur (Batini) et l’extérieur (zahiri), chacun ayant son propre ordre et ses propres règles. Bien que les humains ne soient conscients que du monde extérieur, leur vie est régie par les règles du monde intérieur.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici