Hommage au grand poète kurde Cegerxwîn

0
2849
Il y a 24 ans jour pour jour, les Kurdes ont perdu leur plus grand poète contemporain Cigerxwîn (Cegerxwîn) le 22 octobre 1984. Cigerxwîn est connu pour être l’un des écrivains et des poètes kurdes les plus influents de la région du Kurdistan. Son travail a été renouvelé pour la création de centaines de chansons et a joué un rôle crucial dans la préservation du patrimoine culturel kurde.
 
Le vrai nom de Cigerxwîn était Sheikhmous Hasan. Son nom de plume, Cigerxwîn, signifie « le foie en sang » en langue kurde, pour exprimer la douleur immense qu’on ressent dans son cœur. Il est en né en 1903, d’une mère yézidie dans le village kurde de Hesar, près de la ville de Batman, dans le Kurdistan du Nord – [Empire ottoman devenu Turquie près de 20 après]. En 1914, au début de la Première Guerre mondiale, sa famille s’est réfugiée à Amude, près de la ville de Qamishlo, au Rojava, dans le nord-est de la Syrie.
 
Cigerxwîn étudia la théologie et devint clerc en 1921. Avec ses compatriotes, il créa une association kurde à Amude. En 1946, il s’installe à Qamishli et se lance dans la politique. La même année, il devient secrétaire de « Civata Azadî û Yekîtiya Kurd » (Front de la liberté et de l’Union kurdes). En 1948, il rejoignit le Parti communiste de Syrie et devint candidat du Parlement syrien au Parlement syrien en 1954. Il quitta le Parti communiste en 1957 pour créer l’organisation « Azadî » (Liberté). Après un certain temps, ce nouveau parti a été uni au parti démocratique kurde de Syrie.
 
Cigerxwîn a été arrêté et emprisonné à Damas en 1963 et finalement exilé dans la ville de Suwayda. En 1969, il s’installe au Kurdistan irakien, où il participe au soulèvement kurde dirigé par Mustafa Barzani. En 1973, il se rend au Liban où il publie son recueil de poésie, Kîme Ez ? (Qui suis-je ?). En 1976, il est retourné en Syrie , mais trois ans plus tard, à 75 ou 76 ans, il s’est de nouveau réfugié en Suède. Il a pu publier plusieurs recueils de poésie en Suède.
 
Cigerxwîn est décédé à Stockholm à l’âge de 80 ou 81 ans. Son corps a été enterré chez lui à Qamishlo.
 
Cigerxwîn a commencé à écrire de la poésie en 1924. Après l’effondrement de la rébellion de Sheikh Saïd, il est devenu membre du parti « Xoybûn » (Indépendance), créé par les intellectuels kurdes en exil en Syrie.
 
Il a commencé à contribuer au journal kurde Hawar en 1927 en publiant des poèmes. Sa poésie exprime les idées du romantisme et du réalisme modernes tout en conservant la forme classique de la poésie kurde traditionnelle. Dans ses poèmes, il critique vivement les établissements féodaux et religieux arriérés qui étaient considérés comme la principale raison des conditions de vie misérables des ouvriers et des paysans kurdes. Il a également affirmé que ces forces arriérées constituaient le principal obstacle à la liberté et à l’indépendance ultimes des Kurdes. En 1961, il créa un nouveau département de langue kurde, centré sur le kurde (le dialect kurmanji), à l’Université de Bagdad. Au cours de la même période, il travaillait dans la section kurde de la Radio Bagdad.
 
Cigerxwîn a écrit en dialecte kurmanji et sa poésie a eu une influence énorme sur le peuple et la culture kurdes dans la région du Kurdistan, si bien que sa période est souvent appelée période de Jigerkhwin dans la poésie kurde. Il a bien pris soin du vieil héritage de poètes kurdes classiques tels que Jaziri et Ahmadê Khani. Sa poésie est simple et révolutionnaire avec un fort attrait populaire souvent au détriment de l’esthétique. Il a publié huit recueils de ses poèmes, un livre sur l’histoire du Kurdistan, un dictionnaire de langue kurde et un livre sur le folklore kurde.
 
 
Vous pouvez lire en français des poèmes de Cigerxwin publiés sous le titre « Cegerxwîn, grand poète kurde ; ses plus beaux poèmes d’amour » avec le résumé suivant :
« La poésie kurde raconte les louanges de l’amour, mais aussi la guerre, la souffrance du peuple et la recherche de la paix et de la liberté ; elle raconte l’épopée ainsi que l’identité du peuple kurde. Les vers de Cegerxwîn font plus qu’évoquer la passion amoureuse. Ils font ressentir au lecteur ce qu’elle comporte d’incertitudes et de déchirements. Les questions se succèdent sans appeler de réponses.
Le thème de la beauté est omniprésent : celle de la femme aimée mais aussi celle du monde ; « la vie est belle » nous dit le poète. L’amoureux semble souvent le jouet d’un destin qu’il n’a pas choisi, perdu dans un monde sans repères : « quel est l’ordre, quelle est la loi ? ». Celui décrit par Cegerxwîn est ainsi à l’image de la passion : sensible, terrible, incompréhensible, bon et douloureux à la fois.
Ainsi, c’est finalement la beauté de l’écriture qui semble redonner un sens au monde en mettant des mots sur les douleurs, les joies et les désirs. L’aspiration à l’abandon amoureux a pour corollaire un très fort attachement à sa terre : tout comme le coeur de l’amant pour sa belle, celui du poète « brûle pour l’amour de son pays ». Son courage passionné que jamais l’adversité ne rebute est aussi celui des Kurdes qui ne cessent de se battre pour la liberté. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici