La conférence internationale des femmes : une révolution en marche

0
143
ALLEMAGNE – FRANCFORT – La cinquième session de la Conférence internationale des femmes intitulée « Une révolution en marche » a abordé les besoins des femmes et exploré les moyens de lier les efforts, les luttes et les pratiques des femmes au niveau mondial.
 
La modératrice Meral Cicek de REPAK (Mouvement des femmes kurdes au Kurdistan du Sud) a déclaré : « Les bouleversements de notre époque ont non seulement engendré beaucoup de douleur, de violence et le déplacement de millions de personnes de leurs terres, mais ils nous ont également donné la possibilité de tisser notre propre voie, la vie. Quels sont les paramètres que nous proposons ? »
 
Pour répondre à cette question et à d’autres, plusieurs de oratrices ont été convoquées. Siana Bangura de la Black Feminist Platform, Royaume-Uni, a déclaré que les femmes avaient fait face à une répression raciste féroce, qui se manifestait dans la colonisation archaïque de l’esclavage et l’agression qui l’accompagnait sous différentes formes.
 
Radha D’Souza, lectrice en droit à l’Université de Westminster, a déclaré que les belles couleurs montrent comment les femmes indiennes osent, luttent et résistent contre les attaques des politiques néolibérales du capitalisme et des attaques globales du patriarcat. Mais elle a demandé comment faire de la place pour différentes formes de solidarité.
 
Shereen Abou Al Naga, professeure de littérature anglaise à l’Université du Caire, a déclaré que les femmes originaires d’Arabie subissaient la double peine de perte de liberté due au très dur patriarcat hégémonique arabe, qui a perdu son pouvoir régional et mondial sous le joug du capitalisme.
 
Sylvia Marcos, universitaire des mouvements indigènes dans les Amériques au Mexique, a expliqué comment les femmes du mouvement zapatiste leur racontent le même récit avec d’autres mots.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici