Xatûzîn : La paysanne sculptrice du Rojhelat (Kurdistan d’Iran)

0
1086

Elle n’avait rien d’une Camille Claudel, pas d’instruction, pas d’amants, pas de « folie »… même si elle était traitée de « sorcière » par certains villageois et qu’on a fait vivre des « aventures » à ses œuvres.

C’est une pauvre paysanne kurde, comme on en trouve tant dans la campagne du Rojhelat. La mort de son mari l’oblige à trouver un moyen pour subvenir seule aux besoins de ses enfants. Alors, après la quarantaine, elle se lance dans la sculpture en autodidacte avec l’argile qu’elle va chercher dans la montagne.

Xatûzîn (Khatun Salehi) est née en 1921 dans le village de Bûgué-béssé proche de la ville de Seqiz, au Rojhelat. Elle a conçu et réalisé de multiples sculptures, artisanat tels que des fours traditionnels, des carafes, de la poterie etc. Certaines de ses œuvres sont gardées dans le musée d’artisanat d’Iran.

Xatûzîn avait 40 ans quand elle a perdu son mari. Alors, grâce à son travail de sculpture qu’elle a apprise seule, elle a pu subvenir aux besoins de ses enfants restés sans père. Elle avait un petit atelier dans sa maison et en poursuivant ses travaux, dans les dernières années de sa vie, elle est devenue une vraie artiste qui maîtrisait son art parfaitement.
 
Madjid Mahichi, directeur du documentaire sur la vie de Xatûzîn, tourné en 1997, écrit :
 
En été 1996, afin de faire un reportage sur la province du Kurdistan iranien avec un groupe d’amis, on est parti dans cette belle province, dans la ville de Seqqez. Dans le bureau d’administration, j’attendais d’avoir l’autorisation pour le tournage du reportage. A ce moment, j’ai vu des statues qui ont attiré mon attention. Étrangement, alors que je demandais le nom de la personne qui avait créé ces statues, on m’a dit que c’était les œuvres de Xatûzîn, une vieille dame campagnarde et analphabète qui habitait dans le village de Bûgbessé, entre la ville de Seqqez et la ville de Bukan.
Le lendemain, avec le groupe tournage, nous sommes allés au village de Xatûzîn et on a rencontré son fils et son épouse. Dans la maison, il y avait une petit pièce qui appartenait à Xatûzîn.
 
Certains villageois la présentaient comme une artiste avec des idées nouvelles et d’autres comme une sorcière. Certains opportunistes avaient aussi profité de la situation et avaient acheté les poteries réalisées par Xatûzîn. Ils les vendaient aux étrangers en pressentant comme les œuvres d’antiquité, après les avoir enterrées quelques temps dans la terre.
 
Certaines œuvres de Xatûzîn sans qu’elle-même le sache, ressemblent aux œuvres découvertes dans la collines Marlik (un site archéologique).
 
Quelques jours avant notre tournage, la chambre de Xatûzîn a brûlée. Elle a demandé de l’aide aux administrations de la ville pour la remettre en état mais elle n’a reçu aucune réponse.
 
Les œuvres de Xatûzîn sont souvent formées dans ses rêves. Les formes abstraites et étranges comprenaient la combinaison d’organes d’animaux et d’oiseaux. Elle a construit des sculptures et les a vendu aux villageois. Xatûzîn a créé ses sculptures en utilisant l’argile. C’est pourquoi, elle devait chaque fois aller à la montagne chercher de l’argile. Les derniers temps, comme elle était devenue âgée, son fils et sa belle-fille l’aidaient.
 
Xatûzîn était une femme ayant de l’humour et gentille avec des yeux colorés. Pour chaque statue, elle avait des anecdotes que l’on adorait écouter. Après un reportage de quelques heures, j’ai décidé de retourner au village seul. Ce qui a abouti au court métrage de « Xatûzîn» qui vous pouvez voir.
 
Après que je me suis installé au Canada, un jour le fis de Xatûzîn m’a appelé et il m’a dit « Xatûzîn qui vivait avec la terre, elle-même est retournée à la terre » . Après sa mort, Xatûzîn est devenue plus célèbre, mais malheureusement, au cours de sa vie, elle a vécu dans la pauvreté et le besoin.
 

Que son âme repose en paix. »

Photo Madjid Mahichi

Le documentaire à voir ici : https://www.youtube.com/watch?v=L6ettv0U2TY&feature=youtu.be

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici