Pillage et écocide au Kurdistan

0
578
TURQUIE – AMED – Le député du HDP Van, Tayip Temel a déclaré qu’il y avait une guerre intense en cours et a ajouté : «L’Etat [turc] attaque la société, la terre et tous les êtres vivants au Kurdistan».
 
Les provinces kurdes renommées pour leur beauté naturelle, Amed (Diyarbakir), Dersim, Sirnak et Bingol ont été bombardées par l’armée turque depuis les airs et le sol pendant plus d’un mois. Des milliers d’hectares de terres ont brûlé jusqu’à présent et des incendies se poursuivent encore à plusieurs endroits. Les forces de l’État turc ne luttent pas contre les incendies, et la police et les soldats arrêtent chaque fois que les habitants essayent des les éteindre. Tayip Temel, député du HDP Van, a parlé à l’ANF de la guerre et de l’écocide encours au Kurdistan.
 
Temel a déclaré qu’il y avait une guerre intense au Kurdistan et que l’Etat turc attaquait la société, la terre et tous les êtres vivants au Kurdistan : « Toutes les régions du Kurdistan sont soumises à de grandes attaques. Il y a une guerre totale contre les Kurdes. Les incendies de forêt au Kurdistan font partie de cette guerre. Lorsque la guerre éclate dans un pays, l’environnement naturel est également visé et c’est le cas au Kurdistan. »
 
Armes interdites utilisées au Kurdistan
 
Temel a déclaré que certaines régions stratégiques sont spécifiquement ciblées au Kurdistan et a souligné que l’Etat turc souhaitait dépeupler la zone en forçant les populations locales à quitter leurs terres. Temel a déclaré que plusieurs zones avaient été déclarées interdites aux civils pour des «opérations militaires» et que des forêts y avaient été incendiées. Temel a ajouté :
 
« Il y a deux raisons principales à l’incendie des forêts du Kurdistan : premièrement, il y a une guerre hors de contrôle au Kurdistan. L’armée turque utilise toutes les méthodes pour nuire aux combattants kurdes. Ils utilisent des armes interdites dans la région. Ils utilisent également des armes classiques pour nuire à l’environnement naturel et à tous les êtres vivants. Et la deuxième raison est que le Kurdistan est brûlée dans le cadre de la politique. »
 
Quand il s’agit du Kurdistan, les défenseurs de l’environnement deviennent silencieux
 
Temel a ajouté que le gouvernement turc mettait en œuvre différentes politiques de guerre pour dépeupler la région : «L’une de ces politiques consiste à forcer les habitants du Kurdistan à migrer et à mener des massacres. Une autre consiste à incendier des forêts au Kurdistan. Les incendies de forêt au Kurdistan font partie de la politique de l’État. Les institutions environnementales en Turquie et dans le monde devraient prendre la parole et protester contre cela. Mais quand il s’agit du Kurdistan, tous les activistes environnementaux sont muets. Il y a des pillages et des écocide au Kurdistan, et les effets dureront mille ans. C’est un crime contre la nature. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici