L’Iran assassinait le leader kurde Sediq Kamanger le 4 septembre 1989

0
719
ROJHELAT / IRAN – Sediq Kamanger était un avocat et l’un des dirigeants du Komala, un parti politique kurde de gauche. Il a été assassiné au Kurdistan du Sud par un agent du gouvernement iranien le 4 septembre 1989 à l’age de 43 ans.
 
Connu sous le nom de « Kak Sediq », Kamanger s’est engagé politiquement au cours de ses études à l’université, où il a connu d’autres étudiants partageant les mêmes idées. Kak Sediq rejoignit plus tard le Komala et devint l’un des leaders les plus connus. Le Komala était un groupe socialiste kurde qui se séparait du bloc soviétique et travaillait pour une société fondée sur la liberté, l’égalité et la justice sociale.
 
Kak Sediq était surtout connu pour son leadership pendant les tensions post-révolutionnaires de 1979 entre la République islamique et le peuple kurde au Rojhelat (Kurdistan d’Est). Ayant connu des discriminations politiques, ethniques et culturelles sous le régime du Shah, les Kurdes réclamaient maintenant leurs droits auprès du nouveau gouvernement.
 
Quelques jours après la révolution de 1979, Kak Sediq a encouragé les habitants de la ville kurde de Sinê directement depuis la station de radio et de télévision locale, qui continuait la protestation afin d’acquérir leur droit. La ville était désormais entre les mains du peuple kurde et des combattants de la liberté (peshmergas). Les dirigeants de Téhéran ont dû envoyer une délégation composée de membres du Conseil de la révolution islamique dont Taleqani, Rafsendjani et Banisadr à Sene pour résoudre le problème. Ainsi, une réunion a été organisée où Taleqani, ignorant la présence de Kak Sediq à cette réunion, a demandé: «Qui est ce Sediq Kamangar pour que je puisse l’exécuter immédiatement ?» Kak Sediq a crié : « Je suis Sediq Kamanger. Qui es-tu ? Et quelle est ta place dans cette révolution ? »
 
Les représentants du gouvernement qui étaient venus amener Kak Sediq et d’autres dirigeants pour les remettre à la « justice islamique » ont été obligés de négocier avec les Kurdes et d’accepter leurs demandes d’organiser leurs propres conseils. Cependant, cela n’a jamais été mis en œuvre par le gouvernement central et la révolte kurde a été sévèrement critiquée après l’ arrêt de la guerre sainte de Khomeini contre les Kurdes. Néanmoins, le peuple kurde a réussi à conserver son autonomie jusqu’au printemps 1980, date à laquelle une vaste campagne militaire sanglante a été organisée à son encontre. Par la suite, le Komala et d’autres groupes d’opposition iraniens ont été forcés de se retirer au Kurdistan irakien où Kak Sediq et ses camarades ont continué leur résistance. et sa famille a été envoyée en exile…
 
Kak Sediq a été assassiné au siège du Komala au Kurdistan du Bashur (Ouest, dans le nord de l’Irak) dans la nuit du 4 septembre 1989, un nommé Tofiq Gerjhali, un agent du gouvernement iranien. Gerjhali a réussi à s’enfuir après l’assassinat.
 
Kak Sediq avait déjà perdu deux frères dans cette lutte contre le gouvernement islamique, Raauf Kamanger en 1979 et Maaruf Kamanger en 1983.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici