ROJAVA : Les allégations de fermeture d’écoles syriaques sont fausses

0
623
SYRIE / ROJAVA – QAMISHLO – Salih Ebdo a déclaré que les allégations concernant la fermeture des écoles syriaques et chrétiennes étaient mensongères.
 
Muhammad Salih Ebdo, coprésident du conseil de l’administration de l’administration autonome démocratique de la région de Jazira, a déclaré avoir arrêté le travail de 14 écoles privées au cours du mois dernier car elles n’étaient pas en conformité avec la loi du contrat social du Rojava.
 
« Ces écoles ne sont pas des écoles syriaques ou chrétiennes. En réalité, ces écoles étaient liées au régime et au renseignement et soutenues par une partie des syriaques soutenant le programme anti-démocratique du régime », a déclaré Ebdo.
 
Le régime syrien et la presse turque ont rapporté que des chrétiens à Qamishlo seraient dans les rues pour protester contre l’administration autonome démocratique du Rojava.
 
Muhammad Salih Ebdo a répondu aux questions de l’ANF sur la raison de l’arrêt de certaines écoles privées avant la rentrée scolaire et sur la provocation contre la décision.
 
Nous savons que l’éducation de certaines écoles privées du Rojava a été interrompue par le gouvernement autonome démocratique depuis environ un mois. Avez-vous une loi à cet égard ?
 
Oui, le Conseil législatif a adopté en 2016 une loi basée sur le contrat social approuvé par toutes les sections de notre société. Il y a des articles spécifiques dans ce contrat social concernant les écoles privées recevant la licence du ministère de l’éducation. Selon la loi, les écoles qui n’ont pas de permis doivent être fermées dans les deux mois. L’article 2 stipule : « (…) Les écoles privées ne devraient pas utiliser le programme du gouvernement autonome démocratique ou le régime de Baath car ces écoles privées devraient créer leurs propres programmes et les utiliser dans leur éducation, pas le programme du régime. »
 
Cette décision a-t-elle été mise en œuvre ?
 
Après cette décision, de nombreuses écoles ont fermé leurs portes et n’ont pas obtenu de permis. Certaines écoles ont été ouvertes sous le nom syriaque et arménien. Nous avons eu de nombreuses discussions avec elles, nous avons fait des alliances. Mais malheureusement, elles n’ont pas respecté les alliances que nous avons faites. Les Syriaques en Syrie sont membres de la Ligue syriaque et leurs institutions font partie de l’administration autonome démocratique et de ces alliances.
 
De nombreux partis arabes et kurdes participent également à l’administration autonome démocratique. Cette loi est sortie avec l’approbation de toutes ces parties, les représentants du peuple. Tous les peuples l’ont approuvé. Mais certaines églises chrétiennes n’ont pas accepté cette loi. « Nous n’acceptons pas la formation en dehors du programme du régime », ont-elles déclaré. Mais nous avons négocié avec eux pendant 2 ans. Lorsque nous ne pouvions pas les persuader, nous avons fermé ces écoles avec nos lois lorsque nous avons constaté que leur programme ne changeait pas.
 
De combien d’écoles parlons-nous ?
 
Nous avons arrêté le travail de 14 écoles par décision de justice. Il y a un mois, nous avons arrêté le travail dans une école à Serekaniyê et Dirbesiyê, 4 écoles à Hesekê, 6 à Qamishlo et une à Derik. Ces écoles ne sont pas principalement des écoles syriaques. Il n’y a pas de formation dans la langue syriaque.
 
Les programmes de formation ne sont organisés que pour le compte de personnes syriaques, conformément au programme du régime. Ces écoles sont comme un lieu d’échange pour elles. Ils gagnent de l’argent en les utilisant. Ils enseignent aux enfants pour de l’argent. Il n’y a pas d’éducation payée dans l’administration autonome démocratique.
 
Pourquoi le régime ne pouvait avoir un programme ?
 
La raison pour laquelle le programme du régime ne doit pas être utilisé repose sur le cœur même du programme du régime. Il repose uniquement sur ses propres idées, à savoir le parti Baath. De plus, le programme du régime n’accepte pas d’autres identités, cultures et idées. « Une nation, une langue, un drapeau », voilà leur credo : ils n’accepteront rien en dehors de l’esprit du parti Baath.
 
Mais notre contrat social dit exactement le contraire. Selon le contrat social et les lois, nous avons adopté trois langues officielles en Syrie : l’arabe, le kurde et le syriaque. En tant qu’administration autonome démocratique, nous avons ces trois langues dans notre monde.
 
Selon nos lois, les Kurdes peuvent étudier en kurde, les Arabes en arabe et les Assyriens en syriaque. Sur cette base, nous avons préparé des programmes en kurde, en arabe et en syriaque tous ensemble. Bien sûr, cela s’applique à nos écoles au sein du gouvernement autonome démocratique.
 
Pour les écoles privées, comme il est dit dans la loi, elles devraient préparer leur propre programme mais pas le programme du régime. Parce que le programme du régime est complètement conforme à la mentalité du parti Baas. ce n’est pas démocratique.
 
Si le programme éducatif du régime est utilisé dans ces écoles, est-ce un problème ou un danger pour la population ?
 
Nous ne voulons pas que les programmes d’éducation soient conformes à nous, tout ce que nous voulons, c’est un programme d’éducation démocratique. Parce que le programme éducatif du régime est basé sur l’hostilité comme principale mentalité. Ils essaient de dresser les gens les uns contre les autres. Ils ne veulent pas que les Kurdes, les Arméniens, les Assyriens et les Turkmènes étudient dans leur propre langue. Ils veulent que la seule langue d’enseignement en Syrie soit l’arabe.
 

Comme je l’ai souligné, c’est une approche qui rend les peuples hostiles les uns par rapport aux autres. Alors que la Turquie veut que les enfants répètent chaque jour un slogan nationaliste, le régime Baath veut que les enfants soient loyaux envers le régime Baath et Bachar al-Assad.

Source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici