Patrizia Fiocchetti : Retour à Kobanê pour l’ouverture de l’académie des femmes

0
904

Patrizia Fiocchetti a été à Kobanê pour ouvrir l’Académie des femmes. Reportage 

« Quitter cette terre n’est pas facile. Dès que l’on sort, laissant Kobanê derrière soi, le sentiment de perte est tangible. Ce qui est reçu en termes humains et politiques est beaucoup plus que ce qui a été donné par des fonds pour la reconstruction : nous avons été accueillis par une communauté dans laquelle les différences signifient la richesse et la solidarité est l’épine dorsale du cycle de vie qui rend l’expérience de Rojava unique dans l’histoire contemporaine.

Hospitalité, différence, solidarité. Les mots offensés et dénigrés dans notre réalité, dans la région de l’Euphrate, au contraire, ils sont en pleine floraison, enracinés dans la pratique quotidienne des soins de l’autre où les frontières physiques ou conceptuelles n’ont pas de place.

Les Kurdes et les Arabes vivent ensemble à Kobanê et dans ses villages, ainsi que les réfugiés d’Afrin ou de Raqqa qui font partie de la vie collective car ils sont une partie active et responsable pour la corriger et l’améliorer.

Dans ce domaine est née la première forme de société humaine organisée, une communauté matriarcale qui a accueilli et redistribué les dons de la moisson, et toujours ici les femmes ont retrouvé leur rôle évolutif en le transformant en révolutionnaire ».

L’Académie des femmes – Le sens d’un projet commun

« Le 17 juin 2018 sera difficile à oublier, surtout pour Carla Centioni amie et présidente de l’Association Ponte Donna de Rome avec qui j’ai voyagé : c’est le jour de l’ouverture de l’Académie des femmes, un projet financé par l’Église valdese avec la participation de la Province autonome de Bolzano. Un projet pour lequel Carla s’est engagée en personne de 2015 jusqu’à notre retour de la mission de Kobanê. Le projet de reconstruction comprend également Uiki et le conseil de reconstruction, tous deux représentés par Ozlem Tanrikulu.

C’est le matin, l’entrée est déjà bondée de femmes, d’hommes, d’enfants et de journalistes. Beaucoup s’arrêtent pour regarder le panneau qui domine la porte d’entrée. Sur un fond violet, l’image d’une jeune femme souriante. A côté de l’inscription « Akademiya S. Silan Kobané« , dans laquelle « S. » signifie martyr shahid et Silan est le nom du premier martyr de la ville de Kobane (tué au Kurdistan irakien). L’Acamdey lui est dédié.

Les représentantes politiques du canton arrivent : la coprésidente accompagnée de la ministre de la condition féminine ; la co-maire et sa sœur (nous les avons rencontrées à Suruc en février 2015) ; les représentantes du Kongreya Star (Mouvement des femmes) et de la Fondation des femmes Kobane. Des sourires et des mots pour souligner la joie de l’événement.

Arjin, nommée à la tête de l’Académie par le mouvement féminin du canton, s’approche de Carla avec une dame plus âgée et vêtue de vêtements traditionnels avec une écharpe blanche sur la tête. (…)

Les trois se dirigent vers l’entrée où le ruban inaugural attend. Les mains se sont jointes à celles de la mère de Silan en serrant les ciseaux et en coupant la bande jaune et violette entre le zagharide bienveillant et les flashs de l’appareil photo.

Reconstruire la maison des femmes, bombardée par Daesh lors de l’attaque contre le canton, semblait être un « projet utopique presque impossible à réaliser« , se souvient Carla dans son discours lors de la conférence qui a lieu immédiatement après l’inauguration.

« C’était le fruit d’une détermination qui est dans la nature des femmes« . Les obstacles et les difficultés imprévues ont été surmontés : « J’espère qu’une fois les frontières réouvertes, il sera possible pour de nombreuses délégations internationales de venir ici à l’Académie des femmes de Kobanê pour apprendre de vous ».

Les représentants des institutions et des associations de Kobane se lèvent un à un pour témoigner de l’importance que cette place acquiert à leurs yeux

« Les propos de la Ministre de la Condition féminine, en particulier, sont révélateurs : « Toutes les femmes qui sont venues ici et qui ont tenu leurs promesses sont devenues partie intégrante d’un lien concret qui est essentiel pour nous ».

Parmi les applaudissements et grâce à Carla et Ozlem, l’assemblée est dissoute et tandis qu’au rez-de-chaussée nous nous arrêtons pour regarder le travail sur les murs en bois brun des plus de 70 artistes italiens et internationaux ont dédié à l’Académie répondant à une initiative lancée par Ponte Donna en 2016 (…)

Elle nous montre le programme : les droits des femmes, la jinéologie, la sociologie de la libération…. « Pour l’instant, seuls ceux qui sont destinés aux femmes commenceront, mais nous organisons aussi des cours pour les hommes », pour réaffirmer le sens de l’éducation en tant qu’inclusion et changement ».

L’Académie apparaît un peu comme la maison mère des nombreux centres pour femmes que l’on trouve dans chaque district de Kobanê et dans chaque village qui compose le canton, reconstruite immédiatement après l’expulsion des milices noires du territoire, comme l’urgence d’un système qui n’avait pas été éradiqué par l’attaque barbare mais qui avait été le cerveau de la victoire sur lui.

Et tandis qu’à Rome et en Italie, l’un après l’autre, les centres pour femmes sont menacés d’expulsion et fermés, annulés par une seule attaque bureaucratique, le chemin des années pour remplir les vides des institutions soudainement oubliées, au loin les femmes de Rojava reconstruisent et construisent des lieux inclusifs d’étude et de pratique des expériences communautaires ».

Jinwar – Le village des femmes

« La vue est suggestive. Le bleu du ciel encore plus puissant en raison du soleil de midi sur la terre rouge parsemée de bâtiments traditionnels bas dans une ombre plus sombre placés dans un demi-cercle d’une grande structure centrale.

Si Jinwar est le « lieu de la femme« , la nature en est le fondement.

Nous avons laissé Qamishlo derrière nous et nous sommes sur le chemin du retour vers notre monde. Le paysage qui nous accueille fait partie de la dernière étape de ce voyage plein d’émotions, retournant l’autre pierre angulaire du confédéralisme démocratique : vivre au nom du respect de l’environnement.

Pour nous accueillir, c’est Nujin, une jeune Allemande de 27 ans, membre du comité constitutif du village. Nous nous asseyons sur les bancs, l’eau fraîche pour étancher votre soif tandis que les yeux errent sur le travail des gens dans la terre d’où ils prendront les briques pour les maisons et les champs verts et le verger.

« Aujourd’hui vous ne trouvez que moi » – nous dit Nujin en souriant – « Les autres sont à Kobanê pour les entretiens de sélection des femmes qui ont demandé à entrer dans Jinwar« .

Il y en a beaucoup mais les critères sont exacts : la priorité sera donnée aux veuves de ceux qui sont tombés au combat, aux victimes de violence domestique et enfin à ceux qui sont motivés pour suivre cette voie ».

L’idée d’un lieu que les femmes pourraient construire de leurs propres mains remonte à 2015

« En 2016, le comité a été formé dans lequel les différentes associations féminines de Rojava étaient représentées.

Leur but était d’établir les principes sur la base desquels une expérience d’une telle ampleur pouvait réellement prendre vie. Le 25 novembre de la même année, à l’occasion de la Journée internationale contre la violence à l’égard des femmes, des nouvelles du projet ont été données lors d’une conférence de presse.

« Le corps central était préexistant et servait d’espace commun« . Les murs sont peints à fresque avec des symboles féminins. L’une d’entre elles attire particulièrement notre attention : une figure féminine dont les paumes des mains sont tournées vers le haut et d’où partent des arbres miniatures.

« Il y aura 30 maisons au total. Ensuite, une école pour enfants sera construite, une académie dans laquelle certains cours seront également ouverts aux hommes, et un centre de médecine naturelle. Nous vivrons d’une manière écologique« .

Les unités familiales, ainsi que les hommes célibataires, ne seront pas autorisés à vivre à Jinwar, mais une femme mariée qui décide d’emménager avec ou sans enfants peut le faire.

« Nous voulons expérimenter une nouvelle idée des relations, non seulement dans le contexte de la relation de couple, qui envisage le choix par la femme d’un modèle de vie indépendant, au-delà des sentiments et des obligations, qui met au centre un mode de vie libre des termes de la société« .

La nature, dans cette relation quotidienne, devient un élément central. « Travailler avec elle signifie la vivre comme une source d’évolution. Dans l’académie aura lieu des cours d’économie liés à l’écologie. La terre, l’eau et le blé sont essentiels pour créer ces briques qui construiront nos maisons. Et les fruits entreront dans l’économie de Jinwar, pour notre subsistance et aussi pour être vendus sur les marchés des villages voisins« .

Nujin nous guide dans une courte excursion de la place des femmes : la zone où les briques sèchent ; la cour de l’académie devant la piscine, « les femmes n’avaient pas de place pour aller nager. C’est pourquoi nous l’avons construit. L’eau sera alors utilisée pour les champs » ; la terrasse placée pour couvrir la maison patronale (matronale, plutôt).

Quand nous descendons, une femme avec une robe traditionnelle à fleurs nous attend. « Avant de commencer les travaux, une fois que la terre a été déclarée libre et accordée par l’administration locale, nous sommes allés parler avec les familles des différents villages voisins. Nous avons parlé à des hommes et des femmes pour leur expliquer le sens du projet et leur dire qu’ils étaient les bienvenus s’ils voulaient nous aider « , explique Nujin.

« Elle a neuf enfants et un mari. Elle nous a tout de suite demandé s’il pouvait venir nous aider. Maintenant qu’elle fait partie du comité, il arrive tôt le matin et retourne chez elle le soir. Même ses enfants viennent travailler et son mari l’aide aussi avec tout ce qu’il peut. Elle ne vivra pas ici, mais elle en fait partie intégrante ».

A la place des femmes, l’inclusion et l’ouverture à l’autre sont des réalités concrètes, et pendant que nous partons, nous demandons à Nujin si, dans le cas de trop de demandes, ils pensent à transformer le village des femmes en une ville de femmes.

Elle rit. « Dans ce cas, nous devrons penser à construire un Jinwar dans une autre partie de Rojava ». Beaucoup de lieux de femmes, peut-être construits dans différentes régions du monde ».

https://anfenglishmobile.com/features/return-to-kobane-part-iii-2851

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici