Arabisation, islamisation et interdiction du kurde dans Afrin occupée

0
1300
La Société allemande pour les peuples menacés a signalé l’arabisation, l’islamisation et l’interdiction de la langue kurde dans la région kurde d’Afrin, au nord de la Syrie.
 
La Société allemande pour les peuples menacés (Gesellschaft für bedrohte Völker, GfbV) a publié un communiqué de presse sur les atrocités alarmantes commises par l’armée turque occupante et les mercenaires alliés à Afrin.
 
« Alors que Donald Trump et Vladimir Poutine parlaient du conflit en Syrie à Helsinki, le président turc Recep Tayyip Erdogan a fait assassiner, expulser et exproprier des personnes par ses hommes de mains dans Afrin occupée. Tous les écritures et signes kurdes ont été enlevés et même les leçons du kurde dans les écoles », a rapporté mardi à Göttingen l’expert de GfbV pour le Moyen-Orient Kamal Sido, lui-même originaire d’Afrin.
 
Selon les données de la GfbV, entre le 1er et le 15 juillet, des activistes kurdes ont documenté environ 120 enlèvements, 7 meurtres, 10 pillages et 27 raids au cours desquels les biens des cicls ont été détruits. En outre, quatre champs ont été incendiés.
 
« Ceci n’est que le point visible de l’iceberg. Depuis l’occupation de la région kurde le 18 mars, l’armée turque a enlevé au moins 3 000 Kurdes, et selon les estimations, près de 7 000 Kurdes sont portés disparus et, par crainte d’autres attaques, de nombreuses familles touchées veulent rester inconnues. Les soldats turcs et les islamistes s’emparent des téléphones portables des civils pour savoir qui rapporte leurs attaques », a déclaré Sido.
 
Les craintes des Kurdes de faire confisquer leurs biens par des colons arabo-sunnites d’autres parties du pays sont également justifiées. « La semaine dernière, le « département juridique » du « conseil local » mis en place par les forces d’occupation turques, a ordonné à tous les résidents d’Afrin de soumettre leurs contrats d’achat, qui seront examinés pour compléter les procédures légales nécessaires pour l’immobilier », a déclaré Sido. Les quelque 250 000 Kurdes qui ont fui Afrin en raison des attaques d’invasion turques n’ont pas le droit de réclamer leurs biens.
 
L’armée turque a déjà amené des dizaines de milliers d’islamistes radicaux arabes dans la région kurde. Beaucoup de ces nouveaux colons sont armés et membres de divers groupes islamistes. Ils soutiennent l’armée d’occupation turque et tuent, torturent et pillent les civils kurdes qui restent à Afrin. Dans la région autrefois très libérale et ouverte, la charia islamique a été introduite dans la pratique. Les femmes sans foulard n’osent plus sortir dans la rue. Le paysage urbain est déterminé par des hommes avec de longues barbes et des femmes portant des vêtements islamiques dont la burqa. Grâce à cette islamisation, les Yézidis et les Alévis ne peuvent plus vivre à Afrin. Les quelques 1 000 personnes de la petite communauté chrétienne d’Afrin ont disparu.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici