Après le massacre de Kobanê, les gens sont devenus plus forts

0
904
ROJAVA – KOBANÊ – Ce fut une matinée amère pour les habitants de Kobanê et le village de Buttan, à l’aube du 25 juin 2015. Bien que les alternatives et le prix étaient élevés, la leçon a été encore plus significative et les gens se sont renforcés.
 
La ville de Kobani et le village de Burg Buttan, à 27 kilomètres au sud de la ville, se sont réveillés avec une aube sanglante. Là où des éléments de l’Etat islamique (Daesh) se sont infiltrés dans un véhicule militaire (8 d’entre eux à Kobanê et 4 au village de Burg Buttan) et ont commencé à tuer tous ceux qu’ils rencontraient, jeunes ou vieux.
 
Le massacre de la ville de Kobanê et du village de Burg Buttan, qui ont fait 231 victimes, qui étaient des civils, tandis que des centaines d’autres ont été blessés, a été un choc absolu pour les gens de la région qui ont survévcu au massacre. Le deuxième plus grand massacre commis par les gangs de Daesh en Syrie.
 
Pourquoi Kobanê ?
 
Peut-être cette question est la question la plus importante qui concerne tous ceux qui ont vu le massacre ou qui en ont entendu parler. Bien sûr, les raisons pour lesquelles nous pouvons combler ce vide sont nombreuses.
 
L’histoire a commencé le 15 septembre 2014, un jour où les gangs de l’État islamique ont mobilisé leurs forces vers la ville de Kobanê, qui était assiégée de quatre côtés; La Turquie assiégeait le nord syrien et Daesh l’est, l’ouest et le sud.
 
Avant cette date, le 3 août de la même année, les gangs de l’Etat islamique ont attaqué la province de Shengal dont la population est majoritairement kurde yézidie et ont commis un massacre qui a coûté la vie à des milliers de femmes, enfants et personnes âgées… Comment tous ces événements ont-ils été les premiers pas vers le massacre de Kobanê ?
 
Après que les gangs de l’Etat islamique ont commencé leur attaque contre Kobanê, ils sont rapidement arrivés dans la ville et occupaient plus de 350 villages voisins, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu par les éléments de Daesh qui voulaient dominer la ville de Kobanê et ses villages en quelques jours. Mais les unités de protection du peuple (YPG) ont déjoué leurs plans et ont continué si violemment que Kobanê a été libérée après 134 jours de combat continu à l’intérieur de ses murs.
 
Cette résistance s’est répercutée dans les forums internationaux et les unités de protection du peuple (YPG) sont devenues les seules forces actives sur le terrain qui ouvaient lutter contre les gangs de l’État islamique. Par conséquent, ils ont bénéficié d’un soutien élevé de l’Occident, qui n’a pas été respecté par les ennemis du peuple kurde en Turquie.
 
Les victoires de Kobanê ont beaucoup influencé la situation en Syrie, en Turquie et en Irak bien sûr. Le massacre de Kobanê était une représaille pour les gains obtenus par la région grâce à la lutte qui avait eu lieu dans cette ville dont le but était la bataille de Kobanê et l’expulsion de sa population de la ville et de ses villages.
 
Comment l’ennemi n’a pas réussi à atteindre tous les objectifs du massacre ?
 
Ce qui peut être confirmé, c’est que le but du massacre n’était pas seulement de tuer 231 personnes. Les ennemis du peuple kurde ne manqueraient pas l’opportunité de tuer tous les Kurdes où qu’ils se trouvent. Les objectifs de ce massacre, tels que mentionnés ci-dessus, ont été déterminés.
 
La vengeance, l’assassinat du plus grand nombre de civils, vider la zone de sa population, infliger un coup à la révolution du Rojava, qui est entré dans une nouvelle phase après la bataille de Kobanê et réduire son impact en plus d’essayer de redéfinir les attentats de septembre 15, 2014 sur la même ville et le détournement des unités de protection du peuple (YPG) de l’objectif principal qui était la lutte contre les gangs de Daesh.
 
Si nous comparons les conditions qui ont suivi le massacre, nous verrons clairement que ces objectifs n’ont pas été atteints. Bien que des dizaines de familles aient été meurtries et que des dizaines d’enfants restent orphelins et que les femmes soient veuves, les gens sont plus forts. Ils se sont joints aux forces militaires et ont brisé l’attaque pendant le massacre en peu de temps. Les forces défendent les martyrs du massacre de Kobanê. Cette vengeance est toujours en cours jusqu’à ce jour pour leurs âmes.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici