La crise de l’eau : Les projets turcs menacent les Kurdes & les Arabes

0
1658

Depuis l’émergence de la crise de l’eau en Irak à cause du débit du Tigre réduit par la Turquie, les projets turcs et leurs dommages et bénéfices pour les populations de la région ont commencé à être discutés. Les projets de barrages menacent le patrimoine culturel kurde en enterrant des villes archéologiques entières. Les Arabes sont menacés également d’être privés d’eau, tandis qu’Israël en devient le bénéficiaire en achetant par des tuyaux « de la paix » la part de l’eau qui est prise aux Syriens et aux Irakiens

Nous avons souvent entendu parler de la guerre de l’eau et nous avons souvent entendu dire que les prochaines décennies seront le théâtre de conflits sur les quotas d’eau entre les pays de la région. Cela semble s’être rapproché de l’Irak avec la crise actuelle de l’eau suite à la construction du barrage turc d’Ilisu, qui le privera de la moitié de sa part de l’eau du fleuve Tigre.

La crise de l’eau en Irak n’est pas nouvelle. Les affrontements, les conflits et les désaccords entre l’Irak et les pays voisins remontent à de longues périodes au cours desquelles de nombreux accords et protocoles ont été mis en œuvre, dont certains sont restés oubliés pour des raisons politiques et de sécurité qui affectent souvent les relations économiques et commerciales entre les parties concernées.

Il semble que la Mésopotamie soit menacée si la crise de l’eau se poursuit. Son voisin du nord, la Turquie, a commencé à exploiter le barrage d’Ilisu, ce qui infligerait des dommages importants à l’Irak et aux Kurdes vivant dans les régions kurdes en Turquie.

Il était clair que cette année et l’année dernière ont été témoins de nombreuses  tensions entre l’Irak et ses voisins à cause de l’eau, pour ajouter une autre crise aux crises chroniques vécues sur la scène irakienne à l’intérieur et à l’extérieur.

Ces derniers jours, des images d’une partie du Tigre dans la ville de Mossoul ont été vues sur les réseaux sociaux montrant l’étendue de la sécheresse qui a frappé certaines parties du fleuve, où l’eau est censée être le premier point d’écoulement en provenance de Turquie.

Le Tigre est long de 1 850 kilomètres. Après avoir coulé des montagnes du Taurus, il se jette dans la partie sud-est de l’Irak et rencontre le fleuve Euphrate, qui lui est relié par des canaux naturels semi-permanents, pour former Shatt al-Arab dans le sud de la province d’al-Basrab.

Au cours des derniers jours, il y a eu des endroits dans le Tigre où des parties boueuses ont émergé, après que le niveau de l’eau a chuté de plus de la moitié. C’est la première fois que cela se produit parce que la Turquie a commencé à stocker de l’eau dans le barrage d’Ilisu.

Avec l’exploitation du barrage d’Ilisu vendredi dernier, l’eau qui entre en Irak s’élève maintenant à 390 m3 par seconde, alors que l’année dernière, elle était de 700 m3 par seconde, ce qui confirme que la part de l’Irak a chuté de près de la moitié.

Le barrage d’Ilisu est situé à environ 50 kilomètres de la frontière irakienne et a été lancé par le gouvernement turc en 2006 dans la ville d’Hasankeyf au Kurdistan du Nord, haut de 140 mètres et s’étendant sur 1 800 mètres.

Les bassins du Tigre et de l’Euphrate sont des aquifères importants, qui peuvent être considérés comme l’une des principales causes du conflit. Ceci est dû à la complexité du problème et à l’Etat (Turquie) qui exploite cette richesse pour assurer ses intérêts politiques et économiques au détriment des intérêts des autres pays du bassin.

Résumé du barrage d’Ilisu

Dans les années 1950, la Turquie a proposé la construction du barrage d’Ilisu, un projet hydroélectrique, qui a commencé en 2006, sur le Tigre près de la ville d’Hasankeyf, le long des frontières des provinces de Mardin et Şirnak au Kurdistan du Nord. Il a été achevé et entré en service en février 2018 et a commencé à remplir son réservoir d’eau au début de juin de cette année 2018.

Le projet de barrage a provoqué la colère internationale pour plusieurs raisons, notamment le faible niveau de l’eau qui coule vers la Syrie, l’Iran et l’Irak, ainsi que l’impact de plus de 50 000 habitants des zones entourant la zone du barrage de Bakur au Kurdistan, en particulier dans la ville d’Hasankeyf et d’autres villages environnants qui seront engloutis complètement sous les eaux du barrage. La Turquie a justifié la construction du barrage en disant qu’il fournissait de l’électricité et des emplois.

La crise de l’eau : un plan turc à long terme contre les peuples de la région

Le problème de l’eau et de la dépendance à l’eau pour l’Irak a commencé après que la Turquie a cherché à établir le projet du sud-est de l’Anatolie qui a commencé en Turquie depuis 1981. Ce projet menace les peuples vivant dans la région : les Kurdes et les Arabes et en même temps sert l’Israël.

Élimination du patrimoine culturel kurde

Selon les archéologues et les groupes de défense des droits de l’homme, les barrages menacent de détruire le patrimoine culturel d’un groupe ethnique particulier, les Kurdes qui vivent dans les régions en amont du Tigre et de l’Euphrate depuis des milliers d’années. En juillet 2001, le gouvernement britannique s’est dit préoccupé par la mise en œuvre de ce projet. Le projet de barrage, en particulier le barrage d’Ilisu est une attaque contre les droits des Kurdes en Turquie.

Les associations d’archéologues ont essayé d’arrêter le projet du gouvernement turc de construire le barrage d’Ilisu par tous les moyens, en forçant certains entrepreneurs à contribuer à la mise en œuvre du projet pour arrêter les travaux, ainsi que les agences de financement qui se sont montrées réticentes à accorder des prêts et des installations pour construire des barrages. Mais ils n’ont pas encore organisé d’enquête archéologique, pour découvrir les vestiges cachés, malgré le nombre de collines dans la vallée supérieure de l’Euphrate et le Tigre, indiquant l’existence de vestiges de villes anciennes enterrées de milliers d’années.

Pression politique sur les Arabes

Le plan turc est en vigueur depuis 1965. La Turquie a construit plus de 20 barrages sur le Tigre et l’Euphrate, notamment le barrage d’Ataturk sur l’Euphrate et le barrage d’Ilisu sur le Tigre. La Turquie essaie d’utiliser ce projet comme pression politique sur les pays voisins. Y compris des pressions politiques sur l’Irak pour obtenir des gains politiques et économiques.

Vente de l’eau à l’Israël prise sur la part d’Irak & de la Syrie

La vente de l’eau excédentaire est déduite des parts de la Syrie et de l’Irak à Israël à travers les soi-disant « tuyaux de paix ». Ce projet a vu le jour après la visite du président israélien à Ankara.

Turkménisation des fleuves d’Euphrate et de Tigre

La politique de l’eau de la Turquie repose sur l’idée que le bassin du Tigre et de l’Euphrate est un bassin et que les deux fleuves traversent les frontières internationales et non deux fleuves internationaux. Ainsi, la Turquie tente de construire les barrages sur les fleuves du Tigre et de l’Euphrate et lui donne le droit de disposer des eaux du fleuve à l’intérieur de ses frontières politiques.

La Turquie essaie de comparer les eaux du Tigre et de l’Euphrate avec le pétrole arabe, donc elle essaie de vendre de l’eau aux Arabes. En septembre 1997, un ministre turc a publié une déclaration selon laquelle la Turquie devrait vendre l’eau de l’Euphrate et du Tigre à ses voisins du sud.

La Turquie rejette tout règlement de cette question conformément au droit international

La Turquie a utilisé cette carte pour influencer la politique des pays bénéficiaires du Tigre et de l’Euphrate et a rejeté tout règlement de cette question conformément aux principes du droit international. Elle a refusé d’approuver la Convention internationale sur l’utilisation des cours d’eau internationaux à des fins autres que la navigation, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 21 mai 1997.

http://www.hawarnews.com/en/haber/water-crisis–turkish-project-threatens-kurds-arabs-serves-israel-h2023.html

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici