Les notes d’une femme écossaise au Rojava

0
877

Sarah Glynn est membre du comité de Solidarité écossaise avec le Kurdistan (www.sskonline.org.uk). Elle vient de rentrer du Rojava et elle a publié un article sur Bella Caledonia. L’article intitulé « Afrin et Manbij – un conte de deux villes », dans lequel elle raconte les détails de son voyage.

Glynn a écrit : « Plus tôt cette année, le monde a appris brièvement à propos d’un endroit appelé Afrîn, il y avait même une discussion à la Chambre des communes, sans motion ni vote, et la BBC a dû interrompre sa couverture de la lutte. entre les forces gouvernementales d’Assad et les militants islamistes de la Ghouta orientale pour prendre acte de ce qu’ils appellent «l’autre bataille syrienne». Mais une fois la ville d’Afrîn capturée par l’armée turque et les milices djihadistes avec lesquelles elle s’aligne, Afrîn devient une vieille vite oubliée ».
 
Glynn a passé une semaine dans la Fédération démocratique autonome du nord de la Syrie, à majorité kurde, où elle faisait partie d’une délégation invitée par le Kongreya Star, le groupe parapluie des organisations féminines de la région.
 
«Partout où nous sommes allés – écrit-elle – on nous a rappelé l’importance d’Afrîn, et que la lutte pour Afrîn et pour tout ce qu’elle représente est loin d’être terminée».
 
La délégation a rencontré plusieurs personnes et institutions. « L’une de nos premières rencontres – écrit Glynn – a été avec le Conseil Démocratique Syrien, l’aile politique des Forces Démocratiques Syriennes, tout comme le SDF réunit les forces de défense kurdes – les YPG et les YPJ féminines – avec les forces alliées. Le co-président du Conseil (chaque organisation a deux têtes, hommes et femmes) est originaire d’Afrîn et a une famille parmi les personnes déplacées, elle a parlé des conditions de vie des personnes restées à Afrîn, où les djihadistes et les soldats turcs violent et kidnappent les civils pour obtenir une rançon, et considèrent les femmes comme étant au service des hommes ».
 
La délégation n’a pas pu se rendre à Shehba, car «il faut l’atteindre via une bande de terre contrôlée par le gouvernement Assad, et nous n’avons pas obtenu la permission requise», explique Glynn.
 
Au lieu de cela, la délégation a visité une famille d’Afrin à Kobanê (l’une des 300 personnes qui ont trouvé refuge dans la ville). «Ils étaient – écrit Glynn – relativement chanceux. Ils avaient été envoyés de Shehba parce qu’ils avaient besoin d’une aide médicale qui n’existait pas, le père avait une jambe blessée, et lui et sa belle-mère avaient tous deux besoin d’une intervention chirurgicale. La mère avait donné naissance à des jumeaux le lendemain de leur arrivée dans la ville et ils nous ont dit que lorsque l’administration autonome avait pris le contrôle d’Afrîn en 2012, ils étaient très heureux, ils pouvaient utiliser leur propre langue kurde et vivre comme ils l’entendaient. Quand la Turquie a attaqué, ils sont partis de leur village pour Afrîn, ne partant que pour Shehba quand le SDF a dit à tous les civils qu’ils devaient évacuer. La mère étant enceinte, la grand-mère incapable de marcher, le père blessé et un jeune enfant (…), ce n’était pas facile ».
 
La visite à Manbij était également très intéressante pour la délégation
 

Glynn écrit : « Manbij a été libéré par les forces démocratiques syriennes en août 2016, après deux ans sous le contrôle de Daesh. Contrairement aux cantons de Rojava, Manbij n’est pas majoritairement kurde. Au Conseil des femmes de Manbij, nous avons rencontré des femmes de différentes communautés ethniques : Arabes, Turkmènes et Circassiennes, ainsi que des Kurdes. Une partie importante de l’activité du conseil consiste à rappeler aux gens comment les différentes ethnies ont vécu ensemble dans le passé et à encourager les gens à reconnaître le mélange ethnique au sein de leur propre famille. Les députées nous ont dit comment elles se déplacent de maison en maison en maison en frappant à la porte des gens pour trouver des femmes de tous les groupes ethniques qui ne sortiront peut-être jamais de chez elles. Elles essaient de les impliquer dans la vie publique et de les aider à trouver un travail rémunéré qui leur donne une certaine indépendance, et elles les aident aussi à résoudre les inévitables conflits au sein de leur famille. Ce n’est pas un travail facile et exige de la patience et de la persévérance. Elles ont expliqué que même si beaucoup de femmes qu’elles visitent savent ce qu’elles veulent, elles ont peur d’agir. Vivre sous le contrôle de Daesh les a rendus craintives et méfiantes vis-à-vis de l’activité publique ; et, contrairement aux régions kurdes où les idées d’Öcalan avaient inspiré un mouvement clandestin fort qui était prêt à se libérer, elles n’étaient pas habituées à défier les traditions culturelles patriarcales.

Une des femmes arabes nous a dit qu’elle avait été inspirée par la façon dont les femmes kurdes travaillaient ensemble quand elles vivaient sous Daech, et avait décidé de continuer cette activité après la libération. Une autre voulait exprimer ses remerciements au YPJ et au SDF pour les avoir libérées de ce qui semblait être la fin de la vie, les militantes essaient de parler avec tous les membres de la famille, y compris les hommes, afin de changer les attitudes sociales, et une troisième femme arabe a reconnu le soutien qu’elle recevait de sa propre famille. Elle a partagé sa pensée, mais toutes les familles ne sont pas compréhensives On nous a dit qu’il y a beaucoup de travail éducatif à faire avant qu’il soit possible d’introduire même une règle aussi fondamentale que l’interdiction de la polygamie. Il était remarquable que les seules femmes que nous avons vues à Manbij avec des têtes découvertes (…) étaient les membres du Conseil des femmes kurdes ».

 
À la fin de son article, Glynn écrit : « Alors que nous rentrions chez nous en avion, Teresa May, première vendeuse d’armes du Royaume-Uni, s’abaissait devant Erdoğan et ne mentionnait les Kurdes que comme  » terroristes « . Notre gouvernement ne sera pas forcé de changer de tactique à moins que les Kurdes puissent être vus comme ayant un large soutien populaire. Construire cela sera une tâche majeure, mais, comme le démontrent les expériences d’Afrîn et de Manbij, l’histoire est à la croisée des chemins, et les différents chemins mènent à des avenirs très différents ».

Source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici