Protestation contre la rencontre entre le ministre turc des affaires étrangères et le secrétaire d’Etat américain

0
515

ETATS-UNIS – WASHINGTON – Une manifestation a été organisée à Washington DC pour protester et condamner la rencontre entre le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, et le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo lundi.

Cette rencontre a porté sur les plans turcs d’invasion et d’occupation de Manbij, sous le couvert d’une « feuille de route » pour la « stabilité et la sécurité » dans la région – qui est déjà stable entre les mains des forces démocratiques syriennes (FDS). 

Selon le département d’État, les deux parties se sont mises d’accord sur une « feuille de route » pour y parvenir.

Les manifestants, y compris des Kurdes et des organisations de solidarité, ont transmis une déclaration au chef du bureau syrien du département. 

Déclaration 

« Après les élections du 7 juin 2015, l’Etat turc a entamé une campagne de nettoyage ethnique contre les Kurdes à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières, pour se venger des bouleversements électoraux causés par les votes kurdes et pour mettre en orbite l’ordre politique nationaliste autour de l’AKP. Il a détruit Sur, Cizre, Nusaybin et d’autres villes kurdes, déplacé des centaines de milliers de personnes et tué au moins 2 000 personnes – dont de nombreuses femmes et enfants – entre 2015 et 2016.

Le contexte électoral est crucial pour comprendre la campagne cruelle de l’Etat turc contre la population civile kurde, car elle a été couplée à une campagne sans précédent contre le seul parti pro-kurde au parlement turc, le HDP. Des milliers de membres du HDP, y compris des députés, ont été arrêtés. Les personnes qui étaient liées au HDP ou qui avaient signé des pétitions appelant à la paix au milieu d’une campagne massive de terreur d’État étaient représentées de façon disproportionnée parmi les milliers de personnes qui ont été élongées de leur emploi et de leur poste. 

Après que la campagne de nettoyage ethnique a atteint ses objectifs immédiats à l’intérieur des frontières de la Turquie, Erdogan a attaqué les Kurdes en dehors de la Turquie. Le 20 janvier, Afrin est devenue la cible d’une campagne militaire non provoquée et génocidaire menée par l’État turc et ses mercenaires djihadistes. Leur assaut impitoyable visait à détruire une île de paix, de liberté, de démocratie et d’autodétermination pour tous les peuples. Ils ont détruit des maisons, des écoles et des hôpitaux, déplacé des centaines de milliers de personnes, enlevé des femmes et des filles, forcé les Yezidis à se convertir à l’islam et remplacé la liberté pour laquelle le peuple kurde s’est battu et est mort par l’obscurité et la tyrannie.                                            

Aujourd’hui, le ministre turc des affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu rencontre des responsables américains ici au département d’État pour discuter de la « sécurité et de la stabilité » de Manbij, une ville qui a été sécurisée et stabilisée par les forces démocratiques syriennes (FDS)  avant la campagne turque contre elle. Il est clair que c’est le prétexte pour une autre tentative d’invasion contre la révolution Rojava et une autre tentative de remplacer notre société démocratique par le radicalisme et la dictature. Les FDS, avec le soutien des Etats-Unis, ont mené une campagne militaire pour libérer Manbij de Daesh en 2016. Ils ont payé un lourd tribut, avec des milliers de combattants kurdes, arabes et assyriens qui ont donné leur vie. Après des mois de combats, la ville a été libérée. La gouvernance démocratique y a été mise en place, selon le modèle observé dans le reste du Rojava. Les populations locales, principalement arabes, sont capables de se gouverner et de reconstruire leur vie. Les forces américaines sur place travaillent avec le conseil militaire local pour combattre les cellules daeshiennes restantes, tandis que la Turquie, qui est censée être un allié des États-Unis, les menace.                                                                       

L’Etat turc se sent affaibli et menacé par le succès du modèle démocratique de Rojava parmi les différents peuples de Syrie. Ils sont menacés par l’idée que des communautés diverses peuvent grandir et s’épanouir ensemble, sans que la culture, la religion ou la langue d’une personne ne soit privilégiée par rapport à celle d’une autre, car cela va à l’encontre des principes fondateurs de l’État turc. Ils espèrent garder la Syrie et tout le Moyen-Orient, divisés par la dictature et l’islamisme radical, et écraser la solidarité entre les peuples partout où elle existe.                                                                       

La Turquie a l’intention de répéter ses crimes d’Afrin contre le peuple de Manbij, puis contre toute la Syrie du Nord .  Elle souhaite détruire la démocratie locale et les efforts pour promouvoir l’égalité religieuse et la liberté des femmes, et construire des principautés rétrogrades gouvernées pour promouvoir les valeurs et les intérêts de leurs mandataires jihadistes wahhabites.                                                                       

Les États-Unis savent ce qu’est le fascisme turc. Aujourd’hui, des citoyens américains sont emprisonnés en Turquie, et les fascistes des forces de sécurité turques ont même attaqué des manifestants qui protestent ici à Washington. La violence dont les États-Unis ont été complices en Turquie, dont les conséquences ne peuvent être ignorées, a maintenant frappé les citoyens américains. Nous nous attendons à ce que les dirigeants américains comprennent cela et agissent en conséquence.         

Nous appelons tous les défenseurs de la liberté et de la démocratie à ne pas trahir les espoirs du peuple kurde et les valeurs démocratiques et égalitaires que les FDS défendent. Nous appelons ceux qui prétendent s’opposer au terrorisme à rejeter les plans de l’État turc visant à remplacer les forces qui ont écrasé Daesh par une règle qui ne peut être distinguée de celle de Daesh. Nous appelons ceux qui parlent pour la paix et la stabilité à défendre la Fédération démocratique du Nord de la Syrie et les peuples qui la défendent face à la dictature d’Erdogan et à ses gangs djihadistes.                                                                       

Le système démocratique du Rojava est le seul espoir de démocratie et de paix au Moyen-Orient. Ne laissez pas Erdogan détruire la démocratie, l’égalité et la paix dans la région !»

https://anfenglishmobile.com/news/demonstration-against-turkish-fm-in-washington-dc-27202

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici