Rapport de l’APCE : l’impact négatif de l’état d’urgence sur les élections turques

0
557

TURQUIE – ANKARA- Une délégation pré-électorale de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), s’est rendue dans la capitale Ankara pour évaluer les campagnes électorales et les préparatifs des élections présidentielles et législatives du 24 juin, et a publié son rapport le 31 mai.

Au cours de leur visite de deux jours en Turquie, la délégation a rencontré des représentants du Conseil électoral supérieur (YSK) et du Conseil supérieur de l’audiovisuel (RTÜK), ainsi que des journalistes et des représentants de différentes partis politiques et d’ONG.

Après deux jours de réunions, la délégation préélectorale de l’APCE, qui enverra au total 37 observateurs en Turquie pour surveiller les élections anticipées, a préparé et publié un rapport concernant la période préélectorale.

Voici les points importants du rapport :

Dans le contexte de préoccupations plus larges concernant la liberté des médias, plusieurs interlocuteurs ont attiré l’attention de la délégation sur la couverture médiatique et la visibilité inégale des différents partis politiques et candidats à la présidence au profit du parti au pouvoir et du Président en exercice.

La délégation a rappelé que garantir l’égalité d’accès des médias aux différentes forces politiques et candidats et une couverture impartiale de la campagne est une condition préalable fondamentale pour permettre à l’électorat de faire un choix éclairé.

De nombreux interlocuteurs ont souligné que l’état d’urgence et les restrictions à la liberté d’expression et de réunion introduites sous son égide, ainsi que les opérations de sécurité en cours dans le sud-est et le nombre élevé d’arrestations de politiciens et de journalistes, ont un impact négatif sur l’environnement électoral et limitent l’espace de débat démocratique qui est encore plus essentiel pendant une campagne électorale.

La délégation a noté qu’un nombre insuffisant de candidates femmes a été inscrit sur les listes électorales pour les élections législatives.

La délégation a noté que des amendements substantiels à la loi électorale n’ont été adoptés qu’un mois avant l’annonce des élections, tandis que les lois dites d’harmonisation ont été adoptées encore plus tard.

Il a réitéré qu’un laps de temps aussi court entre l’introduction de modifications de la législation électorale et la tenue d’élections n’est pas conforme aux recommandations de la Commission de Venise. 

https://bianet.org/english/world/197745-pace-report-state-of-emergency-impacts-electoral-environment-negatively

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici