Appel urgent à une action internationale pour empêcher la condamnation à perpétuité d’Eren Keskin

0
1082
(TURQUIE) – Le réseau mondial de défense et de promotion de la liberté d’expression (IFEX) a lancé un appel urgent jeudi pour une action internationale visant à empêcher la condamnation à perpétuité d’Eren Keskin, éminente avocate  des droits de l’Homme en Turquie.
Eren Keskin, éminente avocate des droits de l’homme, court le risque d’une longue peine de prison pour ses nombreuses années d’exercice du droit à la liberté d’expression et pour avoir défendu les droits de l’homme liés aux tabous dans la société turque. Les organisations soussignées appellent à une action internationale urgente pour empêcher l’emprisonnement d’Eren Keskin.
 
Eren Keskin(1959) est avocate et coprésidente de l’Association des droits de l’homme en Turquie (İHD). Ayant travaillé sur des questions de droits de l’homme bafoués pendant près de trente ans, Keskin a contribué à la protection des droits des minorités, a lutté contre la violence contre les femmes et a fait campagne pour défier le militarisme et mettre fin à la torture. Keskin est le fondatrice d’un bureau juridique fournissant des services bénévoles aux personnes trans et aux femmes qui ont été violées ou agressées sexuellement par les forces de sécurité nationales. Membre honoraire du Conseil de l’Ordre des avocats de Paris, Mme Keskin est lauréate de plusieurs prix internationaux pour son travail en faveur de la paix et des droits de l’homme, notamment le prix de la société civile d’Helsinki en 2018.
 
En représailles pour ses activités en faveur des droits de l’homme, Keskin a fait l’objet de multiples cas de persécution et de harcèlement, y compris de tentatives d’assassinat. Ardente défenseur de la liberté d’expression, Keskin a été condamnée et emprisonnée en 1995 pour avoir utilisé le mot Kurdistan. Aujourd’hui, encore une fois, Keskin court un risque immédiat d’imposition d’un montant exorbitant d’amendes et d’une peine d’emprisonnement pour le reste de sa vie.
 
En faveur du droit à la liberté d’expression et d’un geste symbolique de soutien à la rédaction emprisonnée, Eren Keskin a reçu de 2013 à 2016 le titre de «rédactrice en chef» pour Özgür Gündem, l’un des rares journaux indépendants en Turquie critique du gouvernement et connu pour ses nombreux reportages sur le conflit kurdo-turc. En raison de son titre de «rédactrice en chef», plusieurs procès ont été lancés contre elle devant les tribunaux turcs. Keskin a été visée par des condamnations pénales pour des nouvelles et des articles d’autres auteurs exerçant leur droit à la liberté d’expression. Selon la loi sur la presse turque, les rédacteurs en chef peuvent être inculpés pour des publications dans les cas où les auteurs responsables ne peuvent être tenus pour responsables.
 
Six de ces jugements ont abouti à des décisions de justice avec toutes les options d’appel déjà épuisées. Les condamnations visent à «insulter le président» et à «ne pas publier les corrections d’articles dans les journaux». Des amendes de près de 14 500 euros (72 000 TL) ont été infligées à Keskin. Le non-paiement des amendes pécuniaires entraînerait environ 8,5 années d’emprisonnement. Seules quatre jugements ont été conclues en faveur de Keskin.
 
Dans 69 autres jugements, Eren Keskin a été déclarée coupable, mais ils sont toujours en cours de révision devant la Cour d’appel ou la Cour suprême. À moins que les décisions des tribunaux de première instance ne soient annulées, une peine cumulative de 12,5 ans de prison et une amende d’environ 93 000 euros (460 000 LT) seront infligées à Keskin, notamment en raison des infractions suivantes : «propagande contre une «Loi sur la lutte contre le terrorisme, article 7 (2)», «dénigrant la nation turque, la République de Turquie, les institutions et organes de l’État» (Code pénal turc, article 301), «insultant le Président» ( Code pénal turc, article 299), «défaut de publier des corrections d’articles dans les journaux» (article 18 de la loi sur la presse), «révélant l’identité de l’accusé» (article 21 c) de la loi sur la presse) et « insulte » (Code pénal turc, article 125). 
 
En avril 2018, il y a encore 47 affaires contre Keskin en attente de jugement. Des sessions de la Cour dans des procès liés à son titre de «rédactrice en chef» d’Özgür Gündem ont lieu les 3 et 7 mai 2018. En outre, Keskin est l’une des neuf accusés, y compris des membres du conseil consultatif, des journalistes et le directeur de la rédaction d’Özgür Gündem, dans une autre poursuite en cours, qui comprend des infractions « liées au terrorisme ». Cette poursuite comporte le risque d’une peine pouvant aller jusqu’à 24 ans de prison. La prochaine session du tribunal dans cette affaire est prévue pour le 4 juin 2018.
 
En plus des inculpations liées à son titre de rédactrice en chef auprès d’Özgür Gündem, Keskin a également été accusée pour des déclarations qu’elle a faites après le meurtre d’un père kurde et d’un enfant par la police à Kızıltepe, district de la ville kurde de Mardin. Elle a écrit sur les abus commis par les forces armées turques, intitulé «Le Mal Absolu».
 
En plus des nombreuses inculpations, le travail continu de Keskin en tant qu’avocate des droits de l’homme est également contesté: l’équipe juridique du Bureau du Président de Turquie a déposé une demande auprès du Barreau d’Istanbul pour imposer des mesures disciplinaires à Keskin dont sa radiation. Une interdiction de voyager a également été imposée à Keskin.
 
Dans le contexte de l’abus flagrant du pouvoir judiciaire en Turquie contre Keskin et du harcèlement juridique continu des représentants de la communauté des droits de l’homme dans le pays, les organisations soussignées appellent une attention politique de haut niveau au cas d’Eren Keskin.
 
Les organisations soussignées appellent le Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, le Représentant de l’OSCE pour la liberté des médias et le Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’indépendance des juges et des avocats. avec le gouvernement turc pour atténuer les menaces imminentes à Eren Keskin, plaidant pour acquitter Keskin.
 
Les organisations soussignées appellent l’UE et ses États membres ainsi que d’autres agences et organes internationaux à dialoguer avec le gouvernement de la Turquie pour :
 
Appelle à des déclarations publiques, par des démarches officielles et des pourparlers bilatéraux avec le gouvernement de la Turquie pour l’abandon des accusations et l’acquittement d’Eren Keskin, plaide pour la protection de Keskin et autres défenseurs des droits de l’homme et des journalistes en Turquie les fonctionnaires, y compris dans les négociations sur les voyages sans visa pour les citoyens turcs vers l’UE, ainsi que sur la coopération économique, le commerce et l’investissement;
 
Condamner la criminalisation de l’exercice de la liberté d’expression et le droit de défendre les droits de l’homme en Turquie;
 
Appeler à la révision de la législation restrictive en Turquie, y compris les grandes lois antiterroristes mal utilisées dans les actes d’accusation contre les défenseurs des droits de l’homme, les journalistes et d’autres voix dissidentes;
 
Demander la révision de la loi sur la presse, prévoyant la possibilité d’une série d’actes d’accusation contre les rédacteurs en chef et les auteurs, utilisés pour réprimer la liberté d’expression et la liberté des médias;
 
Appel à la levée de l’état d’urgence, utilisé pour protéger l’attaque contre les libertés fondamentales et la primauté du droit en Turquie.
 
Les organisations soussignées appellent les autorités turques à :
Mettre un terme à toutes les formes de harcèlement, y compris au niveau judiciaire contre Eren Keskin, car elles viennent en représailles pour son travail pacifique et légitime en faveur des droits humains;
 
Dans l’intervalle, garantir que toutes les procédures judiciaires en cours contre elle sont menées en pleine conformité avec le droit à un procès équitable;
 
Veiller à ce que les défenseurs des droits de l’homme en Turquie puissent mener leur travail pacifique et légitime sans entraves et sans craindre des représailles;
 
S’abstenir de criminaliser les défenseurs des droits humains sous des accusations forgées de toutes pièces;
 
Respecter toutes les dispositions de la Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits de l’homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 9 décembre 1998, en particulier ses articles 1, 6 a), 9, 11 et 12.2;
 
Assurer en toutes circonstances le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales conformément aux normes internationales relatives aux droits de l’homme et aux instruments internationaux ratifiés par la Turquie.
 
IFEX
Frontline Defenders
Fondation Helsinki pour les droits de l’homme
Pays-Bas Comité Helsinki
L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme (OMCT-FIDH)
Photo : Eren Keskin présente le document « Prix de la paix d’Aix-la-Chapelle » lors d’une conférence de presse à Aix-la-Chapelle, en Allemagne, le 1er septembre 2004.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici