Hommage rendu aux victimes du génocide de Dersim

0
3628
TURQUIE – DERSIM – Une cérémonie d’hommage a été organisée sur la place Seyit Riza pour honorer la mémoire des dizaines de milliers de Kurdes alévis massacrés par l’Etat turc entre 1937 et 1938.
 
Les Associations Démocratiques Alevis (DAD), les partis politiques HDP et EMEP, la branche Amed de la Fédération Alevi Bektashi « Pir Sultan », la Fédération des Conseils Socialistes (SMF), la Fédération des Associations de Dersim (DEDEF), la Fédération de l’Union Démocratique Européenne de Dersim (ADEF ) ont organisé un hommage à Seyit Rıza à Dersim, sur la place Seyit Rıza. Seyit Rıza avait été pendu le 15 novembre 1938 à 19:38.
 
Des photos du massacre ont été exposées devant le buste de Seyit Rıza où de nombreux représentants des groupes organisateurs se sont rassemblés. Nous pouvions lire «Nous n’avons pas oublié, nous n’avons pas pardonné», sur la bannière ouverte devant le buste, alors que la date de 1937-38 était écrite avec des bougies et entourée d’œillets.
 
Quand l’horloge a montré le 19:38, ceux qui s’étaient rassemblés pour participer ont rendu hommage à la mémoire de ceux qui ont perdu leurs vies dans le massacre.
 
Ensuite, une déclaration de presse conjointe a été lue par l’artiste Nurettin Güleç au nom des organisateurs de la cérémonie. Rappelant que le massacre de Dersim a été planifié en 1925 et a été effectué à partir du 4 mai 1937, la déclaration a rappelé que des dizaines de milliers de personnes qui ont été massacrées et d’autres ont été exilés.
 
Güleç a réitéré que les gens qui ont vécu le génocide de Dersim savaient que son planificateur était au Parlement turc. L’artiste a déclaré : «Des massacres similaires, des crimes contre l’humanité, ont été perpétrés dans de nombreuses parties du monde, mais beaucoup d’entre eux ont vu leurs responsables admettre leur culpabilité et assumer la responsabilité de ce qu’ils avaient fait. Nous sommes contraints de condamner la mentalité étroite d’un Etat et d’un gouvernement qui continuent à ignorer le génocide de Dersim en enfouissant leur tête dans le sable».
 
La déclaration était claire quant aux demandes : «Le gouvernement doit s’excuser auprès des habitants de Dersim, de Seyit Rıza, qui a été exécuté. Le lieu des tombes de Seyit Riza et ses amis doit être dévoilé. Un musée de l’humanité devrait être ouvert à Dersim et le 4 mai devrait devenir un jour commémoratif officiel pour le massacre de Dersim».

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici