L’IFEX lance une campagne de signatures pour la libération de l’enseignante Ayşe Çelik

0
1467

L’IFEX, un réseau mondial de promotion de la liberté d’expression, a lancé une campagne de signatures appelant à la remise en liberté de l’enseignante Ayşe Çelik, emprisonnée la semaine dernière avec son bébé de six mois pour « propagande d’organisation terroriste » pour avoir parlé dans une émission de télévision des morts civils se déroulant dans les régions kurdes de Turquie.

Ayşe Çelik, une enseignante de Diyarbakır, avait appelé une émission populaire, « Beyaz Show », par téléphone le 8 janvier 2016, à un moment de conflit armé dans le sud-est de la Turquie entre les forces turques et des combattants kurdes.

« Êtes-vous au courant de ce qui se passe dans le sud-est de la Turquie ? Des enfants à naître, des mères, des gens sont tués ici … Les choses qui se passent ici ne se reflètent pas sur les écrans de télévision ou sur les médias. Ne vous taisez pas … regardez, écoutez et prêtez-nous la main. C’est dommage, ne laissez pas ces gens, ces enfants mourir; ne laissez plus les mères pleurer », avait dit l’enseignante, en référence aux victimes civiles du conflit en cours.

Çelik a été condamnée à 15 mois de prison en vertu de l’article 7/2 de la loi antiterroriste pour « propagande d’organisation terroriste », le 26 avril 2017; cependant sa peine avait été reportée en raison de la grossesse de Çelik.

Çelik, avec son bébé de six mois, a commencé à purger sa peine de prison. Çelik avait demandé à la Cour constitutionnelle turque de faire appel de sa condamnation; cependant, il est resté sans réponse par la plus haute cour du pays.

« Son appel à la Cour constitutionnelle reste sans réponse. Ayşe est allée en prison avec son bébé Deran le 20 avril 2018. A l’heure actuelle, il n’y a qu’une autorité pour arrêter la situation : la Cour constitutionnelle peut prendre une décision de précaution », dit la pétition de l’IFEX, qui demande 100.000 signatures.

Le texte intégral de la pétition est le suivant :

« L’enseignante Ayşe a été jugée à la Cour pénale lourde de Bakırköy No.2 en raison de la phrase qu’elle a dite « Ne laissez pas les enfants mourir, ne laissez pas les mères pleurer », pendant le programme de divertissement de Beyaz Show; avec 38 personnes qui ont partagé son crime (!?) en répétant la même phrase.

« Alors que d’autres ont été acquittés, Ayşe Çelik a été condamnée à 15 mois d’emprisonnement. La tragédie est qu’elle a été condamnée non pas à cause de ce qu’elle a dit, mais de ce qu’elle n’a pas dit ! L’accusation était « Ne pas mentionner la vérité qui était bien connue de tous ».

« La cour d’appel a approuvé la décision. Son appel à la Cour constitutionnelle reste sans réponse. Ayşe est allée en prison avec son bébé Deran le 20 avril 2018. Pour le moment, il n’y a qu’une autorité pour arrêter la situation: la Cour constitutionnelle peut prendre une décision de précaution.

Dans un rapport publié mardi, le Bureau des Nations Unies Haut – Commissariat aux droits de l’ homme (HCDH) a pris note des points suivants concernant la détention, l’ arrestation et la torture des femmes enceintes et les enfants en Turquie en 2017: le HCDH estime qu’environ 600 les femmes avec de jeunes enfants sont détenues en Turquie en décembre 2017, dont une centaine de femmes enceintes ou venant d’accoucher.

« Le HCDH a documenté au moins 50 cas de femmes qui avaient accouché juste avant ou juste après leur arrestation ou leur arrestation. Le HCDH a reçu un rapport concernant une femme qui avait été agressée sexuellement par un policier lors de son arrestation. De plus, des ONG ont attiré l’attention du HCDH sur au moins six cas de femmes détenues alors qu’elles rendaient visite à leur conjoint en prison. Ils ont été détenus avec leurs enfants ou violemment séparés d’eux. »

Depuis le coup d’Etat controversé du 15 juillet 2016, plus de 17 000 femmes accompagnées de 705 bébés ont été emprisonnées pour leurs liens présumés avec le mouvement Gülen. Les femmes sont accusées de fournir des bourses, d’organiser des ventes, de déposer de l’argent auprès du prêteur privé Bank Asya, d’envoyer leurs enfants dans des écoles affiliées au mouvement Gülen, de s’abonner aux journaux Zaman ou Bugün ou d’utiliser l’application de messagerie intelligente ByLock.

Les femmes qui se rendent dans les hôpitaux pour obtenir le contrôle des naissances ou pour accoucher sont des cibles claires pour les policiers. Cependant, selon l’article 5275 du Code pénal turc, « la peine d’emprisonnement est annulée / reportée pour les femmes enceintes ou qui sont dans les six mois suivant la conception ». Selon la loi, l’arrestation des femmes enceintes et des femmes enceintes ceux qui ont des enfants de moins de six mois ne sont pas du tout possibles. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) prend également sous protection les enfants nés ou à naître.

Les femmes qui ont été emprisonnés dans une répression sans précédent ont été soumis à la torture et les mauvais traitements dans les centres de détention et les prisons dans le cadre de la campagne systématique du gouvernement d’intimidation et de persécution des critiques et opposants, un rapport publié en avril 2017 par SCF.

Dans plusieurs cas, des femmes ont été détenues à l’hôpital immédiatement après l’accouchement et avant qu’elles aient pu se rétablir. Beaucoup de femmes ont été emprisonnées alors qu’elles rendaient visite à leurs maris emprisonnés, laissant les enfants bloqués dans le chaos qui s’ensuivit.

Source 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici