SHEHBA: La mort rôde autour des réfugiés malades d’Afrin

0
877
ROJAVA, SHEHBA – Les réfugiés d’Afrin ayant des besoins spécifiques font face à la mort alors que les organisations d’aide restent inactives.
 
Les personnes ayant des besoins spéciaux et des maladies neurologiques, estimées à des centaines – principalement des enfants – courent le risque de perdre la vie en raison de l’échec des organisations humanitaires et médicales à leur fournir des médicaments.

 
Le Croissant-Rouge du Kurdistan travaille n’a pas les capacités nécessaires pour répondre aux besoins médicaux des patients, notamment en garantissant des médecins spécialistes et en fournissant des soins médicaux et du matériel médical nécessaires aux réfugiés d’Afrin vivant dans le canton de Shehba.
 
En raison du manque de médicaments et de médecins spécialisés dans le canton de Shehba, la souffrance et la tragédie des patients et de leurs familles augmentent, qui sont incapables de fournir même un comprimé à leurs enfants.
 
L’agence de presse Hawar (ANHA) a surveillé la situation des patients ayant des besoins spéciaux avec des maladies neurologiques et psychologiques dans les villages du canton de Shehba, considérée par les civils d’Afrin comme un refuge après un déplacement forcé à la suite de l’invasion turque.
 
La citoyenne Siham Sheiko, mère de Zalluok qui souffre de paralysie cérébrale : « Ma fille Zalloukh, âgée de 14 ans, souffre d’une paralysie cérébrale à cause d’une erreur médicale pendant l’accouchement. Des bruits de bombardements contre Afrin durant les attaques ont affecté sa santé.
Nous sommes maintenant dans le camp de Berxwedan et le Croissant-Rouge kurde essaie de fournir les médicaments de ma fille, mais les doses qu’elle prend sont peu. Elle a besoin d’un nouveau diagnostic. Elle a maintenant des épisodes épileptiques récurrents qui pourraient la mener à mort si elle n’a pas de médicaments de façon régulier. »
 
Zirin Mohammed, la mère d’une fillette de 4 ans atteinte de paralysie cérébrale, a déclaré : « Quand nous étions à Afrin, nous recevions ses médicaments d’un hôpital qui nous offrait un traitement. Maintenant, mon enfant est dans un état de déclin et le pire est la difficulté à obtenir ses doses. »
 
La souffrance de l’enfant Sevin Khalil avec des besoins spéciaux n’est pas moins grave que les deux autres enfants. Elle souffre également d’une perte d’appétit.
 
La porte-parole du Croissant-Rouge kurde, Reem Qarmo a déclaré qu’ils souffraient d’une grave pénurie de médicaments en raison de la défaillance des organisations humanitaires et des associations d’aide sur la question des réfugiés.
 
Reem a déclaré : « Les organisations qui nous ont rendu visite nous ont promis de l’aide, mais nous n’avons rien vu dans la pratique. »
 
Le nombre de patients ayant des besoins spéciaux augmente et a atteint 76 et devrait atteindre le nombre de centaines dans un plus grand recensement au niveau des villages de Shehba et du camp d’Al-Asr. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici