Le bulletin hebdomadaire sur la situation à Afrin & dans la Syrie du Nord – du 13 au 19 avril

0
285

Le centre d’information Afrin Resist a publié un bulletin hebdomadaire sur les développements à Afrin et dans la Syrie du Nord entre le 13 et le 19 avril.

Voici leur bulletin pour la semaine du 13 au 19 avril : 

Avec la défaite de l’EI en Syrie et surtout après la libération de Raqqa en octobre 2017, l’Etat turc a intensifié ses menaces et ses attaques contre la Confédération démocratique de la Syrie du Nord. Sur ce fond, la guerre d’occupation turque contre Afrin a commencé le 20 janvier 2018 en violation du droit international et de la souveraineté du pays voisin. L’armée turque a lancé cette guerre en coopération avec les groupes djihadistes des rangs de l’armée syrienne libre (ASL). Beaucoup d’entre eux sont d’anciens membres d’Al-Qaïda ou de l’EI. Depuis le début du mois de mars, tous les quartiers et le centre-ville d’Afrin ont été soumis à de lourds bombardements aériens et terrestres et à des drones de surveillance de la part de l’armée turque ciblant particulièrement les civils. Le 18 mars, plus de 200 000 civils kurdes ont quitté le centre-ville et ont été évacuées afin d’éviter un génocide physique.

Dans cette nouvelle phase, la confrontation entre les puissances internationales et leurs intérêts s’intensifie dans toute la Syrie.

Après 78 jours de résistance à la guerre d’occupation turque, des centaines de personnes du canton d’Afrin sont toujours déplacées et font face à des conditions difficiles. L’armée turque et ses alliés djihadistes mettent en œuvre des politiques de nettoyage ethnique, d’assimilation et de colonisation, transformant ainsi la région Afrin de facto en un territoire de l’État turc. En même temps, des milliers de djihadistes ont été transférés de Goutha à Afrin pour créer des changements démographiques et installer un ordre islamo-turc. La résistance des forces YPG-YPJ dans tous les districts du canton d’Afrin se poursuit, ainsi que la résistance des personnes déplacées d’Afrin dans la région de Sherawa et Shehba. La Turquie a étendu ses menaces à la région de Til Rifat/Shehba, Minbij et Shengal. En outre, la tension entre les deux blocs Russie-Turquie-Iran et la coalition internationale dirigée par les États-Unis s’accroît.

Les conditions de vie des personnes déplacées d’Afrin dans la région de Shehba sont toujours très précaires. Cependant, des travaux de construction de camps et de distribution organisée de fournitures et d’aide humanitaire sont organisés par les auto-administrations de la Syrie du Nord et le Croissant-Rouge kurde. Deux camps de réfugiés ont été construits dans le district de Sherawa et dans la région de Shehba. Selon le recensement de l’administration Afrin et Shehba, la situation de déplacement des réfugiés est la suivante: 24 000 à Til Rifat, 40 000 dans le camp de Fafînê (maintenant rebaptisé « camp de résistance »), à Shehba Ehres plus de 37 000, 10 000 dans le district de Kefernayê. 30 000 dans le district de Sherawa d’Afrin, plus de 25 000 dans le sous-district de Nûbûl-Zehr d’Alep. Et ils estiment 100 000 personnes déplacées dans le centre d’Alep. Les habitants d’Afrin du camp de réfugiés de Fafinê (région de Shehba) font appel à l’ONU: « Accomplissez vos devoirs et respectez vos propres lois et principes ! Protéger les habitants  d’Afrin contre le génocide. Mettre fin à l’occupation de la Turquie et des groupes djihadistes de l’ASL et assurer le retour en toute sécurité des habitants  d’Afrin dans leurs foyers ! ». Le 31 mars, le Croissant-Rouge kurde a livré un convoi d’aide, composé de 26 camions, à la région de Shehba avec des vivres. Un autre convoi composé de 18 camions, apportant également des fournitures collectées dans le Kurdistan du Sud (état irakien) est arrivé le 4 avril. Jusqu’à présent, 5 convois humanitaires ont atteint Til Rifat (Du Croissant-Rouge kurde, 35 camions sont arrivés le 25 mars – dont trois de matériel médical, 26 camions le 31 mars et 18 le 4 avril; un convoi de la Croix-Rouge syrienne et du Croissant-Rouge syrien est arrivé à Til Rifat le 20 mars et un autre du Croissant-Rouge syrien et de différentes agences des Nations Unies le 25 mars). Jusqu’à présent, le Croissant-Rouge du Kurdistan a construit 7 dispensaires mobiles de santé pour fournir des soins de santé aux réfugiés, 2 dans le district de Sherawa (canton d’Afrin) et 5 dans le canton de Shehba.

Selon l’accord russo-turc qui prévoyait de remettre Til Rifat à la Turquie et aux djihadistes apparentés, les troupes russes sont parties, mais la région est toujours sous le contrôle des YPG / YPJ. Le régime syrien est également présent dans la région puisqu’en outre, après l’accord avec la Russie, la Turquie a amené le groupe « Jaysh Al-Islam » de l’est de la Gouta à Jarablus. De même, des combattants djihadistes et leurs familles de la Gouta orientale et d’Idlib ont été installés à Afrin.

L’armée turque et les djihadistes de l’ASL continuent à piller des propriétés, à menacer et à kidnapper des civils. Selon des informations, des dizaines de filles et de femmes ont été enlevées dans la ville d’Afrin. Surtout, un commandant de la brigade Hamza a visité les quartiers où se trouvaient des jeunes femmes qui sont détenues dans des maisons près de la rue Vilayat, dans le centre-ville. Ici, des femmes sont violées de la part de soldats turcs et de miliciens de l’ASL. Les gens sont forcés de quitter leurs maisons et de les laisser aux miliciens de l’ASL. En particulier, les Yézidis sont forcés par l’ASL de se convertir à l’islam et d’obéir à leurs «codes religieux». La photographe kurde Dilşan Qereçol a été arrêtée par la brigade Sultan Murad (groupe islamiste soutenu par la Turquie) dans la région d’Afrin et déportée dans le district d’Azaz.

La Turquie essaie de mettre en place un nouveau gouvernement d’occupation à Afrin. Le soi-disant «Congrès de libération d’Afrin» coordonne son administration depuis Antep (Turquie). Il est composé de 35 hommes sous le contrôle de l’armée et du gouvernement turcs, ainsi que de l’ASL. Hasan Shindi – connu pour sa collaboration avec le MIT (les services secrets turcs) et responsable d’un attaque terroriste à Afrin – en est le porte-parole. Il a déclaré qu’Afrin appartiendrait à la province turque d’Antakya. Cependant, les gouverneurs de district turcs, les chefs de police et les commandants de gendarmerie seront aux commandes comme à Azaz, Jarablus et Mare. Les hommes de l’ASL seront affiliés à une force de police de 450 personnes. A ce propos, le TEV-DEM (Le Mouvement kurde pour une société démocratique) a déclaré : « Le conseil de Dilok (Antep) des services secrets turcs et des personnes comme Fuad Aliko et Ibrahim Biro ont été la cause de la mort de 1500 personnes à Afrin, dont la moitié sont des civils.

Au cours de la dernière semaine, le YPG / YPJ a mené plusieurs actions contre les forces d’occupation: sur la colline de Mame Gur (district de Bilbile, 30 mars), Dayr Sawan (district de Shera, 31 mars), centre-ville d’Afrin (2 actions, 1er avril). En conséquence, 5 soldats turcs et 37 miliciens de l’ASL ont été tués, 1 char détruit. Le 2 avril, l’armée turque a mené une opération contre les forces YPG / YPJ dans les environs de Rajo et dans le triangle Bilbil, Shera, Mabeta en utilisant également des bombardements aériens. Les YPG / YPJ ne signalent aucune perte pendant cette opération.

La Turquie a fermé le barrage de l’Euphrate en coupant l’approvisionnement en eau de Minbij, ce que la Turquie n’a jamais fait pendant les années du régime terroriste de l’EI à Minbij. De plus, des attaques par engins explosifs sont menées dans la ville : un soldat américain et un soldat britannique de la Coalition internationale ont été tués dans une explosion. Deux autres engins explosifs ont été retrouvés et démantelés le 1er avril. Malgré l’annonce de Ronald Trumps de retirer les troupes américaines de la Syrie dans un court laps de temps, l’armée américaine a augmenté sa présence à Minbij et construit de nouvelles bases dans les banlieues. De plus, les forces spéciales de l’armée française sont arrivées dans la ville.

Le 2 avril, deux criminels inconnus ont fait exploser deux grenades de choc sur des motos à Raqqa blessant 17 personnes

La Turquie s’efforce d’étendre sa guerre d’agression et d’occupation également sur le territoire irakien. Le 1er avril, des avions militaires turcs ont bombardé les villages d’Alia Resh, Besta, Marado (district de Jarawa), Khakork, Lolan, Torta, Bert (zone de Bradost) et le village de Bokriska au sud du Kurdistan (État irakien). Après que les unités HPG et YJA Star (PKK) se soient retirées de Shengal (Sinjar) et qu’Erdogan ait commencé à menacer les troupes irakiennes arrivées pour assurer la sécurité de la région de Shingal avec les Unités de Résistance Shingal YBŞ et YJŞ.

Le 11ème jour de la grève de la faim devant l’ONU à Genève pour appeler à une intervention internationale contre l’invasion d’Afrin par la Turquie, les activistes du PYD ont pris leur tour. Le député Sirnak de HDP a déclaré: « (l’ONU) sait que la Turquie commet des crimes de guerre à Afrin mais ils ne font rien (…) ».

Le Commandement général de la HSNB (Forces de protection féminines Beth Nahrin) et le Conseil militaire syriaque ont célébré le 1er août le Festival Akitu du peuple chaldo-syriaque-assyrien et ont appelé à soutenir la lutte pour la paix, l’égalité et la démocratie.

Le 31 mars, lors des marches à Pâques en Allemagne (Hanovre, Hambourg, Francfort, Stuttgart), des manifestations ont éclaté contre l’occupation d’Afrin par la Turquie. De nouvelles manifestations de solidarité ont eu lieu dans de nombreuses villes européennes comme Berlin (Allemagne), Lorient (Bretagne), Paris et Montpellier (France), Stockholm, Göteborg (Suède) et Lavrio (Grèce) ainsi qu’en Amérique latine comme Huanchaco (Pérou). Lors de la marche à Londres (Royaume-Uni), la police a arrêté des manifestants, tandis que le peuple tentait de les libérer. À Bilbao (Pays Basque), le 2 avril, des dizaines de femmes ont mené une action de protestation contre l’occupation d’Afrin. De plus, dans la manifestation générale, la bannière disait : « Afrin = Gaza! Arrêtez le génocide au Moyen-Orient « et » Arrêtez de prendre nos terres et de tuer la nature ».

Une nouvelle campagne « Boycott du tourisme contre l’occupation de la Turquie à Afrin » a commencé. L’objectif est d’appliquer une pression économique, car le secteur du tourisme est une source importante de revenus pour la Turquie.

Une délégation du Royaume-Uni a atteint Rojava le 4 avril, composée de Lloyd Russell-Moyle (député / travailliste), Lord Maurice Glasman (Travail), pour Unite (Syndicat du Commerce) Simon Dubbing, Ryan Flecher et Ibrahim Dogus (Kurdish Progress). La délégation est là pour avoir des discussions et avoir une impression de Rojava.

Le 29 mars, le parlement portugais a approuvé une déclaration condamnant l’invasion turque d’Afrin la qualifiant d' »illégale ». Le 31 mars, le ministre turc des Affaires étrangères a condamné la déclaration des parlements portugais sur Afrin et fait pression pour la reprendre.

Après l’assassinat de 15 Palestiniens à Gaza, Erdogan et Netanyahu se sont querellés «envahisseurs de la terre des autres» et «terroristes». Ils ont tous les deux le droit de le dire, puisque les actions d’Israël et de la Turquie partagent une politique de répression et de massacres qui dure depuis des décennies.

Le 31 mars, des représentants de TEV-DEM et de la Fédération de la Syrie du Nord ont rencontré le président français Macron. Au cours de la réunion, ils ont discuté du soutien français dans la lutte contre l’Etat islamique, pour garantir les progrès réalisés en Syrie et sont menacés par les agressions de la Turquie à Afrin et sur l’ensemble du territoire de la Syrie du Nord. Dans une déclaration officielle, la France a salué le SDF dans sa lutte contre l’Etat islamique en Syrie du Nord, a condamné l’occupation d’Afrin par la Turquie et proposé une médiation entre la Turquie et le SDF pour ramener la stabilité. Selon différentes évaluations, le président Macron a pris cette décision pour avoir un siège dans la reconstruction de la Syrie, pour combler le vide si les troupes américaines pouvaient se retirer de la Syrie ainsi que pour assurer la sécurité intérieure de la France contre les attaques de l’EI.

Le 27 mars, la fondation d’un nouveau parti politique «la Syrie du Future» a été annoncée à Raqqa, dans laquelle différentes personnes, cultures et religions syriennes sont représentées. Le parti a déclaré que son objectif fondamental était de contribuer à une solution politique et à la fondation d’une «Syrie démocratique, pluraliste et décentralisée».

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et plus de deux douzaines de membres de l’OTAN ont expulsé des agents de renseignement russes suite à l’assassinat d’un ancien agent russe et de sa fille au Royaume-Uni le 4 mars. En réponse, la Russie a également commencé à expulser des dizaines de diplomates occidentaux. Ce sont des expressions de la confrontation stratégique globale entre les blocs USA / UE et la Russie qui se reflètent également dans la guerre en Syrie et ont eu un grand impact sur l’établissement d’une alliance turco-russe pour la guerre contre Afrin.

Le 4 avril, la Russie, la Turquie et l’Iran se sont rencontrés pour discuter de l’avenir de la Syrie. A cette occasion, les liens économiques croissants entre la Russie et la Turquie (nouvelle centrale nucléaire, système anti-aérien, gazoduc …) sont redevenus évidents. Selon l’accord de Til Rifat, la Turquie et ses mandataires pourraient prendre le contrôle d’une partie pertinente du territoire syrien. La Russie tente ainsi d’équilibrer et d’utiliser l’Iran et la Turquie les uns contre les autres dans les politiques du Moyen-Orient, tout en gagnant une influence plus hégémonique. En outre, la Russie s’efforce d’aggraver les contradictions au sein de l’OTAN à travers les menaces turques sur la région de Minbij et de l’est de l’Euphrate. De graves contradictions sur les politiques de sécurité américaines et les stratégies militaires au sein du gouvernement américain, de la CIA et du Pentagone ont également été évoquées. Alors que le président américain Trump annonçait que les troupes américaines se retireraient très prochainement de Syrie (et gelait les fonds pour les Forces démocratiques syriennes), les commandants de l’armée américaine ont souligné la nécessité de poursuivre le combat contre l’EIIL et de maintenir des positions en Syrie. En outre, l’Arabie saoudite a déclaré qu’elle serait disposée à contribuer économiquement à la permanence de l’armée américaine en Syrie, afin de contrer l’influence iranienne au Moyen-Orient.

source 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici