ROJAVA: Le coprésident du TEV-DEM : « une nouvelle phase a commencé en Syrie »

0
497
Aldar Xelîl : « L’Etat turc joue sur plusieurs tableaux en même temps. Il n’a pas de politique qui soit aussi solide et primitive. La Turquie essaie de protéger ses intérêts en établissant des relations avec l’un et l’autre selon les jours. »
 
Après les accusations des Etats-Unis, de l’Angleterre et de la France contre le régime syrien qui, selon eux, avaient utilisé des armes chimiques à Douma, la crise syrienne connut un nouveau tournant, avec de nouvelles attaques menées par les Etats-Unis et la France. L’État turc se range du côté de la Russie et de l’Iran depuis deux ans.
 
Aldar Xelîl, co-président du Conseil exécutif du Mouvement pour une société démocratique – TEV-DEM , a parlé à l’ANF des activités diplomatiques pour Afrin et de la résistance à Afrin.
 

Voici quelques points importants de l’interview :
 
« Quand nous parlons d’armes chimiques, nous, en tant que Kurdes, sommes opposés à leur utilisation, peu importe qui les utilise, parce que nous avons vécu plus d’une fois ce que cela signifie d’être attaqué avec des armes chimiques. »
 
« Nous ne sommes pas une partie à ce problème, nous ne sommes pas du côté de ceux qui ont utilisé des armes chimiques, ni du côté des assaillants : l’option militaire ne devrait pas être la première option, mais ceux qui utilisent ces armes ne devraient pas restés avec cela. »
 
« Ces attaques ont en fait donné l’occasion de voir le contexte de la mise en place d’alliances sur la scène syrienne, et cette intervention est suffisante pour un accord entre ces forces opposées, car ni Trump ne pourrait le faire, ni la Russie. »
 
« L’Etat turc ne peut plus jouer d’un côté un jour et de l’autre dans le jour d’après. Nous pensons que la Russie va augmenter sa pression sur l’Etat turc pour contrer son occupation de la Syrie ».
 
« La chute d’Erdogan ne sera pas un déclin normal, sa chute sera très forte (…). L’occupation d’Afrin n’aboutira pas à ce que l’Etat turc voulait : cela pourrait fonctionner en leur faveur à court terme terme, mais à long terme, ils peuvent s’attendre à des jours très difficiles. »
 
« Toute personne kurde qui est entrée dans le conseil illégal [créé par la Turquie] et a légitimé l’occupation, les personnes qui soutiennent la Turquie, devenant l’ennemi de leur propre peuple, ces traîtres et tous les partis kurdes soutenant ces forces d’occupation seront considérées comme ils le sont. »
 
Et voici l’interview complète :
 
* Commençons par le sujet principal à l’ordre du jour. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué la Syrie à la suite d’allégations d’utilisation d’armes chimiques à la Douma. Comment évaluez-vous cette intervention ?
 
Cette attaque a des causes à court et à long terme. Bien sûr, il y a des objectifs à court et à long terme. La raison donnée pour l’attaque est l’utilisation d’armes chimiques. Nous, en tant que peuple kurde, sommes un peuple qui a expérimenté sur notre propre peau la douleur des armes chimiques. Si certaines personnes s’opposent «en théorie» aux armes chimiques, nous sommes opposés à ceux qui les utilisent parce que nous avons vécu «concrètement» leurs effets. Pour cette raison, quiconque utilise des armes chimiques doit être tenu pour responsable et nous devons prendre les précautions nécessaires pour empêcher que ces armes ne soient réutilisées. Mais il est important d’enquêter sur des questions telles que : qui a utilisé des armes chimiques, comment les a-t-on utilisées et d’où elles les ont reçues ?
 
Mais plus important encore est la question de savoir pourquoi ces armes chimiques ont été utilisées, pourquoi la Syrie opte-t-elle systématiquement pour des options militaires ? Ne pouvons-nous pas parler d’options politiques autres que l’option militaire ? Que ce soit aujourd’hui ou demain, les problèmes de la Syrie doivent être résolus par des méthodes politiques et de dialogue. Avant tout le monde, le régime syrien devait voir cela. Le jour où la crise syrienne a commencé, ils ont dû le voir. La Syrie doit résoudre ses problèmes, voir ses problèmes existants et trouver une solution. Tant que ces problèmes existent, il est nécessaire de voir que de telles situations existeront toujours. C’est-à-dire que le régime syrien doit comprendre que les crises internes ne peuvent être résolues en faisant appel à la Russie ou à d’autres forces. S’ils veulent réellement protéger la Syrie, ils devraient d’abord choisir la voie démocratique.
 
Nous ne sommes pas un côté de cette question. Nous ne sommes pas du côté de l’utilisation d’armes chimiques ni du côté de ceux qui attaquent. Il y a quelque chose que nous savons et avons dit depuis le début : nous devons rechercher un règlement pacifique. D’un autre côté, ceux qui crient contre l’utilisation de ces armes chimiques [à la Douma] devraient également voir les attaques contre Afrin, où des armes chimiques ont été utilisées. Des centaines de nos concitoyens ont été massacrés, des milliers ont été blessés, nos gens ont été forcés de fuir leurs maisons, nos maisons ont été pillées. Pourquoi n’ont-ils pas fait de bruit à ce sujet ? Mais permettez-moi de répéter encore une fois: l’option militaire ne devrait pas être le premier choix, même si celui qui a utilisé ces armes ne devrait pas s’en tirer avec.
 
* Une autre question qui est venue à l’ordre du jour après l’intervention était de savoir si ces attaques allaient se poursuivre. Selon vous, ces attaques vont-elles se poursuivre à court et long terme, quelles seront les conséquences si elles continuent ? Et s’ils ne le font pas ?
 
Nous avons parlé des effets à court terme de cette intervention. Mais il y a aussi des raisons à long terme. C’est la contradiction entre les Etats-Unis et la Russie, et aussi la contradiction entre les forces de la coalition et les forces actives en Syrie. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et leurs alliés n’acceptent pas que toute l’initiative sur la Syrie soit entre les mains de la Russie. Les négociations d’Astana et les mouvements effectués en Syrie ne sont pas des mouvements qui fonctionnent selon les intérêts des États-Unis. Les Etats-Unis veulent briser l’influence de la Russie. Pour démolir l’alliance entre la Russie, la Turquie et l’Iran, ils veulent réactiver Genève. Les États-Unis essaient de faire en sorte qu’ils restent la principale force en Syrie et dans la région. C’est pourquoi ils ont accusé le régime d’utiliser des armes chimiques à la Douma. Car en effet ils auraient pu le dire cent fois auparavant. La Russie l’a qualifié de « bluff ». La Russie a vu que la Syrie ne pouvait pas rester seule sur le terrain.
 
Avec ces attaques, ils ont saisi l’occasion de former des alliances. Une telle intervention était suffisante pour un accord entre ces forces opposées. Trump ne peut pas tout faire et la Russie non plus. Ils ont trouvé une solution commune. Dès que la Russie a été informée [par les États-Unis], certaines cibles ont été touchées [par les États-Unis]. Ainsi, ils ont donné leur message. Regardez, nous pouvons répondre quand nous le voulons, si vous voulez faire quelque chose en Syrie, vous savez aussi loin que vous pouvez aller. Clairement, cela aura des conséquences. Mais je ne pense pas que les militaires continueront trop longtemps. Cette intervention, les prochains mouvements russes en Syrie, le processus d’Astana, l’avenir de Genève, le slogan utilisé à chaque occasion « Sortir de Syrie », les relations russo-turques et bien d’autres processus politiques doivent être clarifiés.
 
* L’Etat turc parle de renverser le régime depuis le début de la crise syrienne. Depuis 2016, il agit avec la Russie. Turquie et a reçu le feu vert de la Russie pour l’occupation d’Afrin. Cependant, l’état turc a exprimé sa satisfaction sur les raids aériens américains. Dans le même temps, certains ministres de l’AKP ont fait allusion à la nécessité d’une solution politique pour la rendre plus douce pour la Russie. Comment lire cette politique ?
 
L’Etat turc joue sur quelques tables en même temps. Il n’y a pas de politique qui soit aussi solide et primitive. La Turquie essaie de protéger ses intérêts en établissant des relations avec l’un de l’autre selon le jour. Dans une situation chaotique et avec un état à court terme, la Turquie peut atteindre certains intérêts à court terme, mais il est très difficile de soutenir ce type de politique pour des intérêts stratégiques et à long terme. Après ce mouvement, il y aura quelques changements dans les relations de l’Etat turc. Il semble que les relations difficiles avec la Russie et l’Iran resteront les mêmes. De même, la relation avec les États-Unis et l’Occident ne sera pas la même. La Turquie sera finalement obligée de faire des choix. La Russie, après avoir donné la permission à la Turquie d’occuper Afrin, demandera des choses en retour. La Turquie sera obligée de repenser beaucoup de ses politiques. Ils devront voir cette nouvelle formule. Les Etats-Unis et l’Occident devront voir qu’ils ne sont pas silencieux sur la Syrie. Ils devront changer de table.
 
Bien que l’Etat turc soit considéré comme se rapprochant de la Russie, il reste membre de l’OTAN. Selon nos estimations, à partir de maintenant, la relation entre la Russie et la Turquie connaîtra une nouvelle étape.
 
* La Russie imposera une obligation à l’Etat turc …
 
C’est vrai. Il est temps pour ces obligations. Si l’Etat turc remplit ces engagements, il devra faire un choix, sinon il devra prendre une décision sur l’avenir de ses relations avec la Russie.
 
* Y a-t-il une possibilité que la Turquie reçoive Jarablus, Bab, Azaz et Afrin, qu’ils ont envahis en s’appuyant sur la Russie, sous la protection des Etats-Unis et de l’OTAN, faisant trébucher la Russie ?
 
Le nouvel état des choses et les positions des puissances internationales ne ressemblent pas aux relations et aux réseaux du siècle dernier. Dans le passé, le monde était bipolaire, si un pouvoir avait des relations avec un pôle, ne pouvait pas facilement avoir des relations avec l’autre. Mais maintenant ce n’est pas la réalité. Il y a des transitions entre les pôles. Pour cette raison, je ne pense pas que l’Etat turc sera complètement expulsé d’un côté ou de l’autre, mais nous pouvons dire que les calculs qu’il a faits ne sont pas ce qu’ils voulaient.
 
* L’Etat turc a fait plusieurs promesses à la Russie à plusieurs reprises dans l’histoire, mais il a toujours changé de position. Par exemple, dans l’établissement de l’Etat turc, la Russie soviétique s’est vu promettre des choses, mais la Turquie change d’avis par la suite. Y a-t-il un plan similaire dans l’esprit d’Erdogan ?
 
Erdogan finira par tomber. Sa chute ne sera pas si douce et normale, il y aura une très forte chute. Erdogan ne quittera pas la scène normalement. Je ne dis pas cela par rapport à la Russie. Les jeux qu’Erdogan joue dans la région le mèneront finalement à une telle fin. Lorsque certaines situations deviennent claires, Erdogan ne sera pas capable de jouer à des jeux comme dans le passé. Parce qu’Erdogan a aussi de très gros problèmes à l’intérieur. Il n’a pas laissé une seule chose digne du nom de démocratie ou de justice dans le pays. Tout est sur la répression et la somme de tout cela est un grand danger à la porte de la Turquie qui attend Erdogan dans un très proche avenir. Par exemple, l’invasion d’Afrin ne se fera pas comme ils l’auraient voulu pour eux. À court terme, ils peuvent dire que tout va bien, mais des jours très durs les attendent à long terme.
 
* Nous avons commencé avec des questions brûlantes, mais Afrin est la principale question à l’ordre du jour du peuple kurde. La résistance politique et sociale continue à Afrin. Certaines sections ont décrit les derniers développements comme « la malédiction kurde ». Comment évaluez-vous la dernière étape de la résistance Afrin ?
 
75% des habitants d’Afrin sont maintenant dehors et loin de chez eux. Si 75% de la population d’un lieu est retirée de ses terres, cet endroit est sous occupation. Cela montre qu’il y a une persécution. Le fait que tant de gens soient à l’extérieur signifie qu’ils n’acceptent pas le pouvoir mis en place. En même temps, cela montre que les gens sont connectés à leur territoire. Nos gens continuent de résister dans des conditions très difficiles. Nos forces militaires continuent leurs actions d’une part tandis que notre peuple résiste de l’autre, ce qui signifie que tout notre peuple est mobilisé pour Afrin. Nous poursuivons notre lutte politique et diplomatique pour Afrin. Nos gens à Shehba envoient leur message le plus fort au monde avec leur résistance, leur attitude et leur élection qu’ils veulent libérer leur terre.
 
Malheureusement, ceux qui parlent des droits de l’homme, de la tolérance internationale jouent aveugles, sourds et muets quand il s’agit d’Afrin. Nous ouvrirons les yeux avec notre résistance, et nous leur ferons entendre nos voix. Mais je déclare toujours que l’essentiel est notre résistance, la résistance de notre peuple. Nous pensons également que cette résistance augmentera encore plus et changera finalement l’équilibre.
 
* Vous avez parlé de lutte diplomatique. Nous aimerions également vous poser des questions sur le niveau de négociations diplomatiques que vous menez pour la liberté d’Afrin.
 
Notre travail diplomatique se poursuit depuis le début de la révolution Rojava. Mais après la situation à Afrin, ces activités ont encore augmenté. Nous avons des contacts avec de nombreux secteurs sociaux et pays. Les pays que nous rencontrons reconnaissent également qu’Afrin est contre l’occupation. Ils expriment leur opposition. Malheureusement, les négociations sur Afrin ont fini par être plus importantes que ces mots.
 
* Récemment, l’Etat turc a annoncé qu’il avait formé un conseil à Afrin. Vous avez déjà décrit cette assemblée comme un « conseil perfide » Comment le Kurdistan devrait-il réagir contre cette structure ?
 
Quand vous dites occupation, il n’y a plus rien à dire. Tout est très clair et ouvert là-bas. Nous répétons que ce qu’ils ont établi là est illégal, illégitime, n’a aucune reconnaissance. Tout Kurde qui entre dans cette assemblée légitimise réellement l’occupation et est donc un ennemi de son propre peuple. Nous ne les oublierons jamais. En outre, tout le monde doit s’y opposer. Celui qui dit que je suis un démocrate, je suis syrien, peu importe où il vit, devrait s’y opposer et ne pas accepter les collaborateurs des envahisseurs. Personne ne devrait accepter cela et en particulier les Kurdes. Les Kurdes ne devraient jamais permettre que ces personnes soient représentées en tant que représentants d’Afrin. Ces traîtres, tous les partis kurdes qui soutiennent ces agents seront tenus pour responsables. Une force kurde ne doit jamais légitimer les traîtres. Notre peuple doit montrer à ces traîtres ce qu’ils en pensent. (…)
 
* Vous avez dit que 75% des habitants d’Afrin sont loin de leurs terres. Selon la loi internationale, avec une centaine de milliers de signatures, les gens peuvent se rendre au tribunal international et récupérer leurs terres. Travaillez-vous également dans cette direction ? Pourquoi les Nations Unies sont restées silencieuses jusqu’à présent ?
 
Lorsque les attaques contre Afrin ont commencé, l’ONU et les organismes internationaux n’ont rien dit qui prouvait une fois de plus qu’il s’agissait en fait d’institutions impuissantes. Nous avons maintenant vu qu’ils ont perdu le pouvoir de défendre des droits, tels que les droits de l’homme et les lois. A Afrin également, des armes chimiques ont été utilisées sur la population mais personne n’a rien dit. Mais lorsqu’un agent russe aurait subi une attaque empoisonnée en Angleterre, vingt pays ont immédiatement coupé leurs relations diplomatiques avec la Russie. Cela montre leur double standard. Oubliez le fait de se tenir debout contre l’occupation, ils n’ont même pas rempli leurs devoirs humains après que des milliers de personnes aient été forcées d’émigrer. Ce sont nos organisations populaires et notre gouvernement autonome qui ont répondu aux besoins de ces réfugiés. Les agences internationales n’ont même pas envoyé de boîte de premiers secours aux habitants d’Afrin.
 
* En dernière question, voulez-vous dire quelque chose de plus sur la résistance d’Afrin ?
 
Il y a une grande résistance à Afrin et cette résistance continue. Où que se trouvent nos gens, ils doivent aider cette résistance à s’intensifier. Nous n’acceptons pas l’occupation d’Afrin. Nous devons continuer à nous mobiliser pour la liberté. Nous sommes confiants que notre peuple glorieux et la résistance Afrin seront rendus immortels à travers les souvenirs des héros et des martyrs.
source : https://anfenglish.com/features/tev-dem-co-chair-a-new-phase-has-begun-in-syria-26167

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici