Le procès concernant le retrait du PKK de la liste du terrorisme a eu lieu devant la Cour européenne de justice

0
1530
LUXEMBOURG – L’affaire du retrait du PKK de la liste du terrorisme de l’Union européenne a été entendue ce lundi 16 avril à la Cour de justice de l’Union européenne. Le verdict devrait être annoncé dans 6 à 9 mois.

Le jury de juges a déclaré : « Au cours de la dernière décennie, le PKK n’a mené aucune action terroriste visible, mais on a insisté pour qu’il reste sur cette liste ». Les avocats de la défense du PKK ont déclaré que le jugement avait été positif et que le verdict pourrait être annulé.
 
Le PKK figure sur la liste des organisations terroristes de l’UE depuis 2002. Le bureau juridique du Prakken d’Oliveira, agissant au nom des administrateurs du PKK, Murat Karayılan et Duran Kalkan, s’était auparavant opposé à cette liste renouvelée tous les six mois. a été déposée auprès de la Cour de justice de l’Union européenne. L’affaire déposée le 1er mai 2014 avec la demande de renverser le verdict pour mettre le PKK sur la «liste du terrorisme» a été entendue hier, après un long combat de quatre ans pour la justice et la correspondance de longue date.
 
L’audience a débuté hier à la Cour de justice de l’Union européenne, et les avocats Marieke Van Eik et Tamara Buruma ont présenté leur défense en représentant les administrateurs du PKK. Le Conseil européen, la Commission européenne, le Royaume-Uni et la France se sont joints à l’affaire pour exiger que le PKK reste sur la liste.
 
ACCUSATIONS NON FONDÉES
 
Le panel de juges a donné la première défense à l’avocat du plaignant, qui a déclaré que le PKK devrait être retiré de la «liste terroriste» car ce ne sont pas des «actions terroristes» mais une «guerre» et des pertes dues à ladite guerre. Les avocats ont souligné que le PKK avait été mis sur la liste à la demande de la Turquie, et que près de 70 allégations étaient basées sur des articles sur les médias turcs, qu’elles n’avaient pas été étudiées ou clarifiées et ne restaient que des revendications.
 
PKK EST CONFORME AUX LOIS DE GUERRE
 
« Il est clair que la presse turque n’est pas neutre« , ont déclaré les avocats, ajoutant que plusieurs massacres commis par l’Etat turc ont été attribués au PKK. « Malgré le fait que le PKK condamne certains incidents, on affirme que le PKK les a commis. En regardant les incidents avec des victimes civiles, on peut voir qu’ils ont été faits pour mettre le PKK dans une position difficile« , ont affirmé les avocats de la défense et déclaré que le PKK respecte les lois internationales et ne va pas au-delà des lois de la guerre.
 
Les avocats ont souligné que la Turquie a combattu le PKK sous le couvert du « terrorisme », qui a terrorisé tout un peuple, et a ajouté que l’Etat turc a été le premier à causer des pertes civiles.
 
LE ROYAUME-UNI, LA FRANCE & L’EUROPE SONT IMPLIQUÉS
 
Après la défense des avocats des administrateurs du PKK, les représentants du Conseil de l’Europe et de la Commission européenne ont pris position. Les deux institutions ont fait valoir que le PKK poursuit ses actions et devrait rester sur la liste du terrorisme. Le Royaume-Uni et la France ont également souligné la nécessité de maintenir le PKK sur la liste du terrorisme.
 
QUELLE EST LA RAISON DU MAINTIENT DU PKK SUR CETTE LISTE ?
 
Après les défenses, les avocats ont répondu aux questions du jury. Lorsqu’on lui a demandé : « La liste de terrorisme européenne est renouvelée tous les six mois. En regardant la dernière décennie, pourquoi insistez-vous pour que le PKK reste sur la liste sans avoir commis un acte terroriste visible ? » Les avocats qui ont soutenu que le PKK devrait rester sur la liste ont eu du mal à répondre et ont tenté de défendre leur position en réitérant les actions passées.
 
Les avocats ont déclaré que leurs états avaient publié des verdicts classant le PKK comme une organisation terroriste et ont montré des verdicts par la France, le RU et les Etats-Unis comme exemples, mais le jury a indiqué qu’ils ne considèrent pas des verdicts par des états conseil ce qu’ils pensaient à ce sujet. Les avocats ont tenté de faire valoir que «même si le PKK ne commet pas d’actes terroristes, il existe un potentiel». Le PKK n’est pas une «organisation terroriste.»
 
Les avocats des administrateurs du PKK ont déclaré que les actions menées par le PKK ne peuvent être qualifiées de terrorisme et que les actions du PKK sont dirigées contre les forces militaires. Les avocats ont déclaré : « Il n’est pas correct d’expliquer les actes entre deux forces armées avec le terrorisme« , et ont ajouté que toutes les actions du PKK ont été dans le cadre de la légitime défense. Ils ont déclaré que le PKK, qui s’est également réuni pour des pourparlers de paix avec la Turquie, est engagé dans une lutte nationale, et que la Turquie et les puissances internationales se sont engagées avec le PKK en tant qu’interlocuteurs. Les avocats ont également souligné que « le PKK ne peut pas être qualifié d’organisation terroriste en raison de sa lutte contre le groupe terroriste Daech. Le tribunal devrait prendre cela en considération. »
 
AVOCATS: « L’AUDIENCE ÉTAIT POSITIVE »
 
Les avocats Marieke Van Eik et Tamara Buruma ont parlé à l’ANF après l’audience et ont déclaré: « L’audience a été très positive, tous les arguments que nous avons présentés ont été discutés. La chose la plus importante dans ce cas est la discussion sur la question de savoir s’il existe ou non un droit d’utiliser la lutte armée contre un régime oppressif. »
 
Les avocats ont déclaré qu’ils avaient expliqué au tribunal que les actions du PKK ne pouvaient pas s’expliquer par le «terrorisme» et ont poursuivi : « Légalement, nous avons posé un bon argument pour que le verdict soit bien évalué et qu’un bon verdict soit rendu. L’un des juges en particulier a demandé à l’avocat du Conseil si des efforts avaient été déployés pour déterminer si le PKK avait le potentiel et l’intention de commettre des actes terroristes. C’était une question importante. Le Conseil dit que l’interdiction du PKK est due à un verdict rendu au Royaume-Uni en 2001. Nous avons parlé de la façon dont beaucoup de choses ont changé depuis 2001, et en particulier parlé du processus de paix. Nous avons parlé de la lutte contre Daech, et a déclaré que leur raisonnement est invalide. »
 
LE VERDICT POURRAIT ÊTRE SUSPENDU
 
« Nous pensons que les deux verdicts seront infirmés après cette audience. Le premier est le verdict de mettre le PKK sur la liste en 2014. Et le Conseil a même considéré les affrontements militaires comme des actes terroristes en énumérant les raisons en 2015. Mais l’impression que nous avons est que les juges ne pensent pas dans cette ligne. Ils ont exprimé une opinion contraire à celle du Conseil de l’Europe.
 
LE PKK EST SENSIBLE AUX CIVILS
 
Nous avons souligné que le PKK a été très sensible aux civils et s’est efforcé de mener ses actions sans affecter les civils. Nous avons souligné qu’ils ont pris des précautions pour éviter les pertes civiles. Nous avons souligné que les lacunes occasionnelles dans les organisations ne mettront pas le fardeau sur l’organisation, et qu’une organisation ne peut pas être punie pour les actes d’un individu. Nous avons également déclaré qu’il devrait être pris en considération que le PKK a puni ceux qui ne sont pas sensibles aux civils. »
 
LES ETATS EUROPEENS DEVRAIENT SE CONFORMER AU VERDICT
Si le verdict de sortir de cette cour vient avec une bonne justification, il va créer des résultats importants. Tous les États d’Europe doivent se conformer au verdict. Tous les verdicts rendus par les tribunaux nationaux depuis 2014 seront annulés. Les personnes lésées récupéreront leurs droits.
Bien sûr, les Kurdes ne devraient pas compter entièrement sur l’issue de cette affaire. Ils devraient continuer les efforts de lobbying pour faire retirer le PKKK de la liste du terrorisme. »
 
La Cour de justice de l’Union européenne devrait annoncer le verdict sur l’élimination du PKK de la liste du terrorisme de l’UE dans 6 à 9 mois.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici