Le responsable du Conseil de Raqqa tué sur l’ordre des renseignements turcs

0
523

 

RAQQA- L’ancien membre de DAESH qui a tué l’administrateur du Conseil civil de Raqqa, Ibrahim Halil, a avoué qu’il avait reçu les ordres du MİT (services secrets turcs). Il est apparu que le MİT et Daesh sont à l’origine du mouvement Kiyam (« Mutinerie »), qui se présente comme une organisation indépendante de Syriens.

Il y a eu des sabotages et des assassinats contre les administrateurs du Conseil civil de Raqqa et du Conseil militaire de Manbij dans le nord de la Syrie au cours des trois derniers mois.

Lors du premier assassinat contre les administrateurs du Conseil civil de Raqqa en 2018, l’avocat Ibrahim Halil, administrateur du Conseil, a été pris pour cible dans le village turkmène de Gire Spî. Halil a été grièvement blessé lors de l’attaque du 11.01.2018. Au cours de l’enquête menée par les forces de sécurité de Rojava, l’un des suspects était un ancien membre de Daesh, Ismail Ahmet Necim. Necim lui-même est également originaire du village turkmène de Hamam, et a été mis sous surveillance. Après avoir été détenu dans le cadre d’une opération secrète, il a avoué avoir commis l’assassinat et qu’il avait reçu ses ordres des services de renseignement turcs.

Quelque temps après l’arrestation de Necim, en octobre 2017, un groupe appelé Mouvement Kiyam (« Mutinerie ») est apparu dans le nord d’Alep. Le Mouvement Kiyam a annoncé sa fondation en affirmant qu’ils allaient « lutter contre les groupes séparatistes », et leurs meurtres rappellent les meurtres du MİT dans les années 90.

Le Mouvement Kiyam a ciblé les administrateurs du PYD, des YPG, du Conseil militaire de Manbij et du Conseil civil de Raqqa -comme le fait l’État turc- et a perpétré des assassinats. Bien qu’ils essaient de donner l’impression d’être indépendants des services de renseignements turcs et d’une organisation formée par des Syriens, les aveux d’Ismail Ahmet Necim ont confirmé que l’organisation a été fondée par le MİT.

L’un des meurtres les plus importants que le mouvement Kiyam, créé par le MİT, a commis mais n’a pas revendiqué est celui d’Ömer Alluş (administrateur kurde au Conseil civil de Raqqa).

« LES INSTIGATEURS ÉTAIENT LES FORCES DU BOUCLIER DE L’EUPHRATE À JARABLUS »

Les aveux d’Ismail Ahmed Necim (né en 1991) sont les suivants :

« Je suis allé à Jarablus en 2017 pour traverser en Turquie. Mon objectif était d’aller en Turquie et de travailler. Là, j’ai vu Huseyin Muhammed Salih, il venait aussi de mon village. J’étais aussi allé à l’école avec lui. Je l’avais vu une fois après quand je faisais des affaires avec mon père. A part ça, nous n’avions pas de relation. Des années plus tard, je l’ai revu à Jarablus pour la première fois. Il était sous les forces du Bouclier de l’Euphrate. J’y suis resté dix jours. Je voulais passer la frontière avec la Turquie, mais je n’ai pas pu, alors je suis retourné dans mon village. Environ 4-5 mois après mon retour dans mon village, je l’ai vu là-bas. Il est venu me voir un jour avant de tuer cet avocat. »

ORDRES DES SERVICES SECRETS TURCS :  « Il m’a dit qu’il était venu à Jarablus pour affaires, qu’il s’en occuperait et qu’il y retournerait. Je lui ai demandé ce qu’il avait à faire. Il a dit : « Mes affaires tuent des gens. » Puis il m’a dit : « Vous faites partie des Forces du Bouclier de l’Euphrate. » J’ai dit que je ne l’étais pas, et il a dit :  » C’est bon, ne faites rien, soyez juste mon guetteur. « Je vous donnerai 500 $Je lui ai demandé pour qui on faisait ça. Il a dit que c’était pour Abu Azam, qui vient des forces du Bouclier de l’Euphrate et qui fait le travail des services de renseignement turcs. »

« IL M’A DIT QUE JE DEVAIS LE TUER POUR APPRENDRE » : « Le lendemain, il est revenu. Nous sommes passés devant la maison de l’avocat en moto. Il a dit : « Vas-y, tue-le, tu apprendras. » Il m’a donné l’arme. Mettez le pistolet et tirez quand vous verrez l’avocat « , a-t-il dit. J’ai tiré 7 balles quand l’avocat est arrivé. »

« IL A DIT QU’IL VIENDRAIT POUR DE NOUVEAUX EMPLOIS » : « Je suis allé chez lui plusieurs fois, mais je ne l’ai pas vu. 3 jours plus tard, j’ai envoyé un message sur WhatsApp et j’ai posé des questions sur l’argent. Il a dit : « Je serai de retour dans 4 à 6 semaines ». Puis j’ai envoyé un message vocal sur WhatsApp, mais il n’a pas répondu. Je l’ai attendu pendant un mois et demi, je me suis fait avoir. »

LES IMAGES DE L’ASSASSINAT PUBLIÉES

Ismail Necim a été pris dans une opération secrète par les forces de sécurité de Rojava et sa capture a été gardée secrète. L’organisation de contre-guérilla appelée Mouvement Kiyam a publié des images de cet assassinat le 7 mars, c’est-à-dire après la capture de Necim. Les images montrent Ismail Ahmet Necim ciblant Ibrahim Halil près de la salle de bain, comme dans sa confession.

TRACES DE KIYAM DANS LE MEURTRE D’ÖMER ALLUŞ

Les commentaires de Huseyin Muhammed Salih, qui est l’instigateur et le superviseur du meurtre mentionné dans les aveux d’Ismail Ahmet Necim et qui prétend avoir reçu des ordres d’un officier de MİT, sont également significatifs pour le meurtre d’Ömer Alluş le 15 mars 2018.

Huseyin Muhammed Salih a dit à Ismail Ahmet Necim que son entreprise tue des gens. Puis il a dit qu’il reviendrait dans 4 à 6 semaines. Le meurtre d’Ömer Alluş chez lui coïncide avec ces dates. Il a également été tué avec une arme à feu et un silencieux.

Le Mouvement Kiyam a assumé l’assassinat d’Ibrahim Halil en publiant des images, mais n’a pas assumé le meurtre d’Ömer Alluş, qui était un administrateur kurde au Conseil civil de Raqqa à Gire Spî et appartenait à la famille du leader du peuple kurde Abdullah Öcalan, qui s’est rendu pour la première fois à Rojava.

Mais l’agence principale de l’Etat turc, l’Agence Anadolu, a annoncé que Alluş a été tué chez lui avec une arme à feu et un silencieux, juste après l’incident et avant que les forces de sécurité de Rojava ne publient une déclaration sur la façon dont il a été commis. Les médias du pool ont également affirmé que Alluş a été « exécuté par le PKK » pour « aller contre le PYD ».

Avec ce meurtre, Ömer Alluş, qui a joué un rôle important dans l’avenir de Raqqa et de la Syrie, a été neutralisé conformément aux objectifs de l’Etat turc, et ils ont tenté de mettre le meurtre sur le dos des responsables du PYD et du nord de la Syrie.

En tant que tels, tous les assassinats et sabotages perpétrés par le Mouvement Kiyam à ce jour ont été commis dans des domaines où l’État turc est à l’ordre du jour et ont coïncidé avec leurs objectifs politiques et militaires.

PARTENARIAT DAESH-MIT : LE KIYAM

Le suspect dans l’assassinat d’Ibrahim Halil Ismail Ahmet Ahmet Necim est un ancien membre de Daesh. Après la libération de Gire Spî, il est entré à Raqqa. Selon son propre compte, il était gardien dans un hôpital de Daesh. Necim a fui Raqqa et s’est rendu au YPG, et après qu’il est resté en prison pendant un certain temps, et qu’il est devenu évident qu’il n’était pas impliqué dans des attaques armées, il a été libéré avec grâce.

Les forces de sécurité de Rojava se sont penchées sur la question et ont placé Ismail Ahmed Necim sous surveillance après l’assassinat car il est un ancien membre de Daesh. Ensuite, ils ont déterminé que la personne en question avait toujours une relation avec Daesh.

Cette information fournie par les forces de sécurité et les aveux d’Ismail Ahmed Necim montre la relation entre les gangs d’Etat turcs qui s’appellent les Forces du Bouclier de l’Euphrate, le MİT et Daesh, et que l’organisation de contre-guérilla qui s’appelle le Mouvement Kiyam est également composée d’ISIS, MİT et des membres des gangs du Bouclier de l’Euphrate.

Article d’origine : https://anfenglishmobile.com/features/orders-from-the-mIt-murders-from-the-kiyam-movement-26047

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici