« Ni Poutine ni Trump ne devraient avoir quelque chose à dire en Syrie »

Entretien avec Nilüfer Koc concernant l'occupation turque à Afrin, l'axe Moscou-Ankara-Téhéran et le rôle des Etats-Unis en Syrie. Nilüfer Koc est co-présidente du Congrès national du Kurdistan (KNK), une fédération internationale de partis, d'organisations et d'individus kurdes basée à Bruxelles Quelle est la situation actuelle dans l'Afrin caton au nord de la Syrie occupée par la Turquie ? La plupart des civils ont été évacués le 17 mars vers les régions...

Le dilemme kurde

L'expérience démocratique la plus prometteuse au Moyen-Orient sera-t-elle autorisée à survivre ? La réponse dépend de plus en plus des caprices géopolitiques de l'administration Trump.   Tout au long de la guerre contre l'Etat islamique, les autorités militaires américaines ont à plusieurs reprises fait l'éloge des forces dirigées par les Kurdes en Syrie pour leurs efforts sur le champ de bataille.   "Ils ont une volonté indomptable" a déclaré général américain James Jarrard,...

Les Etats-Unis et la Turquie pourraient entrer en guerre

C'était un roman nationaliste avec une conspiration folle, mais en Turquie ce fut un best-seller instantané. Il y a presque 15 ans, les romanciers turcs Orkun Ucar et Burak Turna ont écrit un thriller intitulé Metal Firtina (Tempête de métal), qui décrit une guerre américano-turque dans laquelle les Etats-Unis occupent Istanbul. Un agent turc fait exploser une ogive nucléaire volée à Washington pour venir au secours de la Turquie....

SYRIE: Le sénateur américain Thomas Garrett fustige la décision de Trump

ETATS-UNIS - Le sénateur américain Thomas Alexander Garrett a critiqué le président Donald Trump pour la décision de retirer les troupes américaines de Syrie. Garrett a également défendu la sécurité, la stabilité et le modèle de coexistence dans le nord et l'est de la Syrie. Fin novembre, Thomas Garrett a rencontré des représentants de la Fédération démocratique du nord de la Syrie pour visiter la région. Plus tôt dans le...

Syrie : le régime met ses hommes en état d’alerte

"Dans l'anticipation de frappes américaines ou françaises, l'armée syrienne a commencé à évacuer les plus importantes de ses bases aériennes, transférant sur les bases russes son armement le plus sophistiqué et renforçant sa coopération avec la Russie et l'Iran." Article à lire ici : http://www.lefigaro.fr/international/2018/04/11/01003-20180411ARTFIG00030-syrie-le-regime-met-ses-hommes-en-etat-d-alerte.php

Protestation contre la rencontre entre le ministre turc des affaires étrangères et le secrétaire d’Etat américain

ETATS-UNIS - WASHINGTON - Une manifestation a été organisée à Washington DC pour protester et condamner la rencontre entre le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, et le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo lundi. Cette rencontre a porté sur les plans turcs d'invasion et d'occupation de Manbij, sous le couvert d'une "feuille de route" pour la "stabilité et la sécurité" dans la région - qui est déjà stable entre les...

« Le révisionnisme des faits en Syrie par Erdogan »

ETATS-UNIS - Le 7 janvier, le New York Times a publié un article du président turc Recep Tayyip Erdogan que l'écrivain et enseignant américain, Brian Glyn Williams, considère comme "un chef-d'œuvre du révisionnisme historique mieux adapté aux médias contrôlés par l'Etat turc, Erdogan se fonde sur le manque de conscience de la plupart des Américains de la situation sur le terrain en Syrie et affirme avec...

« Il est irréaliste de croire que la Turquie puisse prendre la place des Etats-Unis en Syrie »

"Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu'un partenaire comme la Turquie vienne prendre notre place, ou qu'un autre partenaire de la coalition prenne notre place. Ce n'est pas réaliste", a déclaré Brett McGurk. L'ancien envoyé présidentiel américain auprès de la Coalition mondiale, Brett McGurk, a déclaré que les États-Unis n'avaient aucun plan pour la Syrie après son retrait, ajoutant qu'il était "irréaliste" que la Turquie prenne la place...

Rencontre Erdogan-Trump: Qu’est-ce qui a pesé plus lourd que les Kurdes syriens?

Le mercredi 13 novembre, le président américain Donald Trump recevait le président turc R.T. Erdogan alors que la Turquie mène une guerre visant le déplacement des Kurdes du Rojava depuis le 9 octobre dernier.   Les détails de la rencontre qui a eu lieu à la Maison Blanche n'ont pas été dévoilés au public, mais on devine aisément, qu'en tant qu'homme d'affaire avide, Trump a fait passé ses intérêts personnels avant...