AccueilKurdistanBakurTURQUIE. Le siège militaire fait vider un village kurde

TURQUIE. Le siège militaire fait vider un village kurde

TURQUIE / KURDISTAN – Les habitants d’un village kurde de Şırnak sont assiégés par l’armée turque depuis 3 mois, les forçant à fuir leurs foyers. Dans les années 1990, l’armée turque avait brulé près de 4000 villages kurdes et chassés leurs habitants, aujourd’hui, elle transforme leurs villages en prison pour obtenir le même résultat…

Le blocus et l’interdiction de fait imposés par l’armée turque dans le village de Bilbês à Beytüşşebap (Elkê) se poursuivent depuis maintenant trois mois.

À la suite d’attaques militaires turques contre les zones de Red, Öküzburun, Siyahçeşme et Ballı à proximité du village, le gouvernorat de Şırnak a interdit l’entrée et la sortie du village à deux reprises, du 29 juillet au 23 août.

Alors que l’interdiction restait en vigueur, les soldats ont pris d’assaut de nombreuses maisons et arrêté des villageois dans un contexte de déploiement militaire, d’attaques aériennes et d’interdiction faite aux habitants de sortir de chez eux et de faire paître leurs moutons et leur bétail.

Face à l’ interdiction de facto en cours, les habitants se plaignant d’une répression incessante et d’un siège militaire ont l’intention de quitter leur village.

S’adressant à l’agence Mezopotamya (MA), les habitants du village ont déclaré : « Les soldats sont toujours stationnés dans les zones rurales. Ils prennent d’assaut nos maisons quand ils le souhaitent et effectuent des fouilles détaillées. Il y a une interdiction dans tout le village et nous ne sommes même pas autorisés à nous occuper de notre bétail. La plupart d’entre nous ont déjà vendu leurs animaux et quitté le village, et les autres ont commencé à le faire. Nous sommes confrontés à des déplacements forcés et à l’évacuation du village. Il y avait 30 maisons dans le village et la famille de 10 personnes est déjà partie. Les autres partiront également peu avant le début de l’hiver. »

Le village d’Ormaniçi (Bana), dans le district de Güçlükonak, est également assiégé militairement depuis fin juillet après l’éruption d’escarmouches entre guérilleros kurdes et soldats turcs. Depuis, l’état d’urgence de facto est en vigueur dans le village et il est interdit d’entrer et de sortir du village. Les habitants qui vivent de l’élevage ne sont même pas autorisés à entretenir leurs jardins et ont été contraints d’emmener leur bétail dans d’autres villages.

Les habitants du village ont déclaré que leur village était assiégé militairement depuis trois mois. Ils ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas entrer dans leurs jardins tant qu’ils n’avaient pas obtenu la « permission ».

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici