AccueilKurdistanBakurLa Turquie a raflé près de 250 Kurdes en 5 jours

La Turquie a raflé près de 250 Kurdes en 5 jours

TURQUIE / KURDISTAN – Le régime turc a raflé près de 250 personnes, dont des journalistes, des responsables politiques et des militants kurdes, au cours des cinq derniers jours à la suite de l’action de guérilla kurde ciblant le ministère turc de l’Intérieur à Ankara.

Le PKK a mené une action contre la Direction générale de la sécurité du ministère de l’Intérieur près du Parlement à Kızılay, à Ankara, le 1er octobre. L’action a eu lieu le jour où les députés se sont réunis pour la première fois au Parlement après les vacances d’été.

La police turque mène des opérations de détention dans plusieurs villes depuis le jour de l’action. Ces détentions, qualifiées d’opération antiterroriste, ont été justifiées par les autorités turques en invoquant les liens présumés des personnes concernées avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ainsi que leur soutien présumé à la guérilla à Ankara.

Le régime AKP/MHP en Turquie poursuit ses opérations visant à éliminer l’opposition kurde et démocratique pour la cinquième journée consécutive.

2 octobre

Le 2 octobre, au moins 20 personnes ont été arrêtées lors de deux opérations de police à Istanbul et à Kırıklareli, visant le Congrès démocratique du peuple (HDK) et le Parti démocratique du peuple (HDP). Une ordonnance de confidentialité a été imposée concernant l’enquête. Les détenus, qui n’ont pas eu accès à un avocat pendant 24 heures, ont été déférés au tribunal jeudi et 16 d’entre eux ont été libérés, tandis que 4 ont été placés en détention provisoire.

octobre

Le 3 octobre, 55 personnes, pour la plupart des réfugiés, ont été placées en détention dans le cadre d’opérations menées dans 16 villes, dont Urfa, Mardin, Diyarbakır, Antep, Mersin, Şırnak, Istanbul, Bursa, Batman, Denizli, Adana, Kayseri, Antalya et Konya, Isparta et Kocaeli.

Vingt femmes détenues ont été libérées après avoir fait leurs déclarations mercredi soir. Les femmes étaient accusées d’appartenance à une organisation terroriste.

Tandis que les procédures se poursuivaient, le nombre de personnes détenues a augmenté et 70 personnes ont été déférées aujourd’hui aux tribunaux.

4 octobre

Le 4 octobre, 37 personnes ont été arrêtées dans 15 provinces, dont Van, Urfa, Elazığ, Düzce, Diyarbakır, Bursa, Edirne, Kırklareli, Kilis, Iğdır, Hatay, Adana, Maraş et Denizli. Les détenus sont accusés de publications sur les réseaux sociaux.

5 octobre

Le ministre turc de l’Intérieur, Ali Yerlikaya, a annoncé que 24 personnes avaient été arrêtées lors de perquisitions dans des appartements dans les provinces d’Erzurum, Antep, Istanbul et Şırnak le 5 octobre. Un citoyen du nord-est de la Syrie, portant les initiales HM, a été placé en détention à Adıyaman pour « appartenance à une organisation terroriste ».

6 octobre

La police turque a pris d’assaut aujourd’hui des maisons dans onze provinces de Turquie et du Kurdistan du Nord et a arrêté au moins 75 personnes à Izmir, Eskişehir, Kilis, Kocaeli, Batman, Hakkari, Mardin, Diyarbakır, Ağrı, Bitlis et Şırnak. Parmi les personnes arrêtées aujourd’hui figurent Ahmet Kanbal, correspondant de l’Agence Mezopotamya (MA), les coprésidents provinciaux du HDP d’Izmir, Berna Çelik et Çınar Altan, le coprésident du district de Buca du HDP, Nihat Türk, le rédacteur en chef du magazine Önsöz, Songül Yücel, et Sena Şat, membre du comité de rédaction du magazine Önsöz, du HDP. Aynur Sento, coprésident provincial de Kocaeli, Şaziye Zorba, membre exécutif du district HDP de Gebze, Bülent Turan, membre exécutif du district HDP Kartal.

Le journaliste Ahmet Kanbal est accusé de « diffusion de propagande en faveur du PKK » en relation avec ses publications sur les réseaux sociaux et ses articles de presse.

À Istanbul, la police a pris d’assaut l’association artistique Ayışığı Ekin et le bâtiment de la maison d’édition Yeni Dönem, où est imprimé le journal Mücadele Birliği (Union de lutte).

À Izmir, le bureau provincial du HDP et les bureaux de district de Buca et Konak ont ​​été pris d’assaut par la police.

D’autre part, le parquet général d’Ankara a émis un mandat d’arrêt contre 23 personnes qui ont partagé sur leurs comptes de réseaux sociaux des publications sur l’action menée par la guérilla contre le ministère de l’Intérieur. Le parquet a affirmé que les personnes recherchées diffusaient de la « propagande terroriste ».

 

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici