AccueilEuropeAllemagneALLEMAGNE. La justice allemande enquête sur la vente illégale de logiciels espions...

ALLEMAGNE. La justice allemande enquête sur la vente illégale de logiciels espions aux renseignement turcs

« Après avoir mené des enquêtes approfondies, des experts en informatique ont confirmé que le logiciel espion FinSpy avait été secrètement installé sur des ordinateurs et téléphones portables en 2017 via un site Web frauduleux, dans le but de surveiller le mouvement d’opposition en Turquie », révèle l’acte d’accusation dressé contre la société allemande FinFisher. La société est connue comme le développeur du logiciel espion FinSpy, qui aurait été vendu à l’agence de renseignement turque (MIT) et utilisé par la suite pour infiltrer les téléphones des membres de l’opposition lors de la Marche pour la justice de 2017 dirigée par Kemal Kılıçdaroğlu, qui est candidat à la présidence à l’approche du second tour des élections en Turquie.

L’acte d’accusation concernant la vente illégale de logiciels espions aux services de renseignement turcs a été renvoyée devant un tribunal allemand

L’enquête visant la société allemande FinFisher, accusée d’avoir vendu illégalement des logiciels espions aux services de renseignement turcs pour surveiller l’opposition turque, a été conclue en Allemagne, a rapporté mardi DW.

Le logiciel espion aurait été utilisé pour infiltrer les téléphones portables des membres de l’opposition participant à la Marche de la justice de 2017 en Turquie, qui était dirigée par Kemal Kılıçdaroğlu, le chef du Parti républicain du peuple (CHP) et candidat à la présidentielle turque pour les élections du 28 mai.

Elmas Topçu, journaliste pour DW Türkçe, a annoncé sur Twitter l’achèvement de l’acte d’accusation concernant la société allemande FinFisher. Selon Topçu, la société avait vendu clandestinement des logiciels espions à la Turquie, qui ont ensuite été utilisés pour surveiller les téléphones portables et les ordinateurs des participants à la Marche pour la justice de Kemal Kılıçdaroğlu.

Le parquet de Munich a inculpé quatre anciens dirigeants de l’entreprise en faillite, les accusant d’avoir enfreint la loi sur le commerce extérieur et les paiements en vendant des logiciels espions à des pays non membres de l’Union européenne.

L’enquête a été ouverte sur la base de plaintes déposées par quatre organisations de la société civile qui défendent la liberté de la presse et les droits humains. Des experts en informatique ont confirmé que le logiciel espion FinSpy avait été secrètement installé sur des téléphones portables en 2017 via un site Web frauduleux, dans le but de surveiller le mouvement d’opposition en Turquie.

L’acte d’accusation fait référence à la marche pour la justice de 2017 initiée par le chef du CHP, Kemal Kılıçdaroğlu. Le logiciel espion a été découvert sur un site Web apparemment favorable à la marche. On affirme qu’en cliquant sur l’application recommandée pour le téléchargement, censée fournir une assistance ou des mises à jour sur la marche, le logiciel espion a été installé sur les téléphones portables de milliers d’individus, y compris les membres du CHP.

Le logiciel espion FinSpy a facilité la surveillance des messages texte, l’enregistrement des appels, la surveillance des caméras, l’écoute clandestine via des microphones et le traçage de l’utilisateur. La société a développé ce logiciel pour une utilisation par les forces de l’ordre et les services de renseignement du monde entier.

Depuis 2015, une autorisation spécifique est requise pour vendre des logiciels espions en dehors de l’Union européenne. Cependant, l’acte d’accusation affirme que la société s’est soustraite à l’autorisation officielle en dissimulant ses ventes et en vendant illégalement le logiciel à d’autres pays par l’intermédiaire d’une société basée en Bulgarie. En janvier 2015, un contrat d’une valeur de plus de cinq millions d’euros a été signé avec l’Organisation nationale du renseignement (MİT), pour les logiciels espions, le matériel, le support technique et la formation susmentionnés.

Parmi les accusations portées dans l’acte d’accusation figure l’accusation selon laquelle la société a répertorié une société basée en Roumanie comme vendeur et une adresse inexistante, la « Direction générale du contrôle des douanes », à Ankara comme acheteur pour masquer la livraison. L’acte d’accusation indique également que depuis mars 2015, FinFisher s’est engagé dans des activités illégales par l’intermédiaire de filiales établies à l’étranger, alléguant que les accusés ont envoyé trois connexions de liaison logicielle au MİT pour téléchargement et ont dispensé une formation sur son utilisation. L’accusation en déduit que le mobile des accusés pour les crimes était de générer des profits substantiels.

L’acte d’accusation a été rédigé et soumis au tribunal de district de Munich. S’il est accepté, quatre accusés liés à l’entreprise seront jugés.

La Société allemande pour les libertés civiles, Reporters sans frontières Allemagne, le Centre européen pour les droits constitutionnels et humains et le site de journalisme d’investigation indépendant netzpolitik.org ont initialement porté plainte, affirmant que l’entreprise avait illégalement vendu le logiciel espion à la Turquie, sans obtenir l’autorisation appropriée. licence d’exportation du gouvernement allemand. Le parquet a poursuivi l’enquête malgré le dépôt de bilan de l’entreprise en avril 2022.

Information publié en anglais par le site kurde Medya News: Alleged illegal sale of spyware to Turkish intelligence referred to German court

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici