AccueilMoyen-OrientIranIRAN. Mahabad International : La révolution, ce sont les gens dans la...

IRAN. Mahabad International : La révolution, ce sont les gens dans la rue

IRAN / ROJHILAT – Les Kurdes et les Baloutches, minorités les plus persécutées d’Iran, ainsi que les travailleurs de l’industrie pétrochimique portent le mouvement de protestation et de grève provoqués par le meurtre de Jina Mahsa Amini en septembre 2022 alors que dans les autres régions du pays, les manifestations s’estompent et que les mollahs ont accéléré l’exécution des manifestants depuis début 2023. Pour le comité Mahabad International, « la révolution, c’est le peuple dans la rue en Iran, au Baloutchistan, au Kurdistan. Ils sont la voix du futur. »

Alors que les manifestations de rue régulières diminuent dans la plupart des régions d’Iran, la manifestation des vendredis après la prière se sont encrées au Baloutchistan. Cette association avec les mosquées contribue à l’allégation selon laquelle le mouvement au Baloutchistan est conservateur et axé sur la religion. Mais les gens dans la rue nous convainquent du contraire : des slogans progressistes comme « A bas tous les oppresseurs – que ce soit le mollah ou le chah » et les revendications féministes dominent les manifestations hebdomadaires. Le 20 janvier, malgré le déploiement massif des forces répressives, de milliers de personnes ont de nouveau manifesté à Zahedan.

Le collectif Mahabad International a écrit:

Grèves dans l’industrie pétrochimique

Celles-ci sont historiquement significatives : lors de la révolution de 1979, les grèves dans l’industrie pétrolière, l’un des piliers centraux de l’économie iranienne, ont été parmi les principales forces utilisées pour renverser le régime du Shah. Contrairement à cette époque, cependant, il n’y a pas aujourd’hui d’organisation paritaire et interentreprises des travailleurs, c’est pourquoi seuls les employés officiels ont jusqu’à présent arrêté leur travail et il n’y a pas encore eu de grève générale dans tout le secteur.

Les grèves en cours doivent être replacées dans le contexte de la situation générale de l’industrie pétrolière et gazière : même si l’Iran possède l’une des plus grandes réserves de pétrole et de gaz au monde, il y a eu des coupures de gaz dans le pays ces dernières semaines. Dans des villes comme le nord-est de Torbat-e-Jam, il y a eu des manifestations massives en raison de pannes d’approvisionnement en gaz, qui mettent la vie en danger dans les températures négatives qui prévalent. En plus des sanctions existantes imposées par l’Occident, l’une des raisons des coupures de gaz est que les investisseurs et acheteurs internationaux tels que la Chine et la Corée du Sud commencent à se retirer. Ceci et la crise économique générale entraînent des difficultés de financement.

Classification des Gardiens de la révolution (CGRI) comme organisation terroriste

Le Parlement européen travaille à l’inscription du CGRI sur la liste du terrorisme, mais certains États membres n’ont pas encore donné leur consentement. Même s’il s’agirait d’un signe politique important, nous devons tout de même être conscients d’une chose : par le passé, les interventions militaires des États occidentaux ou de l’OTAN dans les régions du Moyen-Orient étaient le plus souvent légitimées par le « contre-terrorisme », mais il est clair que l’expansion de sa propre sphère d’influence économique et politique.

Surtout dans le contexte de la guerre en Ukraine et de la perte associée pour l’Occident de la Russie en tant que source bon marché de pétrole et de gaz, nous ne devons pas nous leurrer en pensant que les États occidentaux soutiennent les forces « démocratiques » et néolibérales en Iran pour des raisons morales. et, quoique très timide à s’opposer au régime islamique. Cependant, classer le CGRI comme une organisation terroriste ouvre également la porte à une intervention plus directe.

Effondrement de la coalition de droite ?

La coalition des forces conservatrices et libérales annoncée en début d’année n’a même pas pu maintenir sa cohésion jusqu’à la fin du mois. Depuis quelques jours, certains d’entre eux utilisent un hashtag pour autoriser le fils du Shah, Reza Pahlavi, à diriger ce mouvement. D’une part, cela, comme les forces fascistes à la base de l’aile monarchiste, semble trop radical pour les néolibéraux et ils commencent à s’en détourner. En revanche, cette « coalition », qui ne veut changer que la face mais pas les structures du pouvoir politique et économique en Iran même, connaît des résistances importantes, notamment de la part du mouvement local. Bien qu’ils puissent parfois mobiliser un grand nombre de personnes dans les villes occidentales et sur les plateformes de médias sociaux, mais aucune foule importante ne s’est alignée derrière eux dans les rues d’Iran, même après plus de 120 jours de manifestations. Même si le régime essaie de les utiliser pour détourner l’attention des revendications émancipatrices des protestations, par exemple en infiltrant les manifestations avec des affiches de soutien à Pahlavi, elles sont à plusieurs reprises rejetées par la population. Nous nous réjouissons que ces forces contre-révolutionnaires puissent s’exposer et, espérons-le, disparaître bientôt dans l’insignifiance.

Conclusion

Comme par le passé, ce ne sont ni les coalitions libérales ni les célébrités de la diaspora ni les États occidentaux qui ont quelque chose à dire sur la révolution en Iran ou qui changeront quoi que ce soit pour le mieux. Il est dans la nature de chaque État d’agir de manière impérialiste pour maintenir sa propre économie en marche – nous ne devons jamais l’oublier.

La révolution, c’est le peuple dans la rue en Iran, au Baloutchistan, au Kurdistan ; les travailleurs, les femmes et LGBTIQ, les jeunes et les étudiants. Les comités et organisations locales auto-organisées, les réseaux de soutien aux familles de prisonniers et de martyrs.

Vous êtes la voix du futur. Écoutons ce qu’ils disent et soutenons-les là où nous le pouvons !

***

Mahabad International – le Comité de solidarité pour la révolution en Iran est composé d’internationalistes ayant des positions et des expériences sociales différentes qui soutiennent les forces révolutionnaires de gauche et les voix anti-autoritaires en Iran et souhaitent renforcer les liens internationaux pour contrer la cooptation de la révolution par les forces réactionnaires (royalistes iraniens ou moudjahidin). La déclaration complète peut être lue ici : https://mahabad.international/mahabad-international-solidaritatskomitee-fur-die-revolution-im-iran/

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici